RPG +16 ans
 

Partagez | 
 

 Représaille

Aller en bas 
AuteurMessage
Le Pingouin

avatar

Localisation dans Gotham : Iceberg Casino

MessageSujet: Représaille   Mar 27 Nov - 9:36

((H.J. Suite à un accident de ma part le sujet original a été effacé. Je m'excuse auprès de Wilkes et de moi-même. Donc je vais faire un petit résumé de ce qui s’est passé dans le sujet antécédent))

Résumé: Wilkes qui entretient un petit réseau de trafic d'information a menacé un informaticien du nom d'Edward Blaze. Celui-ci refusa de se laisser faire et battit Wilkes presque à mort. Puisant dans ses dernières forces Wilkes réussit à revenir aux Iceberg Casino. Son père fit venir un médecin et on s'occupa de lui. Quelques heures plus tard, Wilkes se réveilla et dit à Oswald Cobblepot le nom de son assaillant. Quelques minutes plus tard, Oswald avait déjà tout planifié sa vengeance. Pour s'être attaqué à un Cobblepot, le pingouin tua tous les proches de Blaze et lui dit en plein visage. Après, il élimina Edward et mis le feu au bâtiment couvrant ainsi ça scène de crime. Tout aurait bien pu se terminer ainsi, si ce n'était de Wilkes qui inquiet de se faire découvrir par son père comme maître-chanteur, c'était caché dans la limousine personnelle du Pingouin. Témoin de toute la scène, le jeune Wilkes pris de panique dévoila sa présence. Les hommes du pingouin eurent tôt fait de lui mettre la main dessus. Après qu'Oswald l'est frappé pour son arrogance suite à une phrase que Wilkes lui aie dit, il repartir tous en voiture. La destination inconnue de Wilkes est le Crow Point.

Donc nous étions rendus à cet endroit précis. La suite... Immédiatement

Oswald n'avait pas dit un mot durant tout le trajet. Préférant penser à la situation plutôt que de l'affronter sans un verre. Avec ce que Wilkes avait vu, il devait se rendre à l'évidence, il faudrait parler, parler ou faire taire Wilkes à jamais. Mais la dernière option n'était pas envisageable, du moins pas pour le moment. Il préférait savoir ce qu'il en découlait et montrer à Wilkes la réalité. Après tout ça mère était bien une putain et il s’était bien accommodé de ça. C'était semblable... juste un cran plus haut. En arrivant au Crow point se qui saisissait c'était les deux portiers immenses et beaucoup plus gros que ceux de l'iceberg casino. Puis si on regardait à gauche ou à droit on voyait Gotham dans sa plus belle déchéance. Dealer de drogues, prostitué et sans-abri se massaient aux alentours profitant de la zone grise ou les policiers ne venaient jamais.

En approchant de la porte, les portiers se déplacèrent afin de laisser Oswald passer avec sa troupe. Seuls quelques mouvements de tête avec des : M. Cobblepot, en guise de salutation. Oswald entra dans le bar.