RPG +16 ans
 

Partagez | 
 

 On met fin à l'exportation ! [pv : Jason Todd]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pamela Isley/ Poison Ivy

avatar


MessageSujet: On met fin à l'exportation ! [pv : Jason Todd]   Ven 23 Nov - 7:28

Le froid continuait de rester sur la ville. Moi cela ne me dérangeait pas vraiment, j'aimais toutes les saisons que la nature faisait et la neige n’empêchait pas les fleurs de pousser, mais les hommes eux ne savaient pas comment réagir face à ça. Les autorités de la ville étaient presque impuissante et certain quartier était dans le froid et le noir. Bien sur l'évacuation des civiles étaient en cours, mais l'armée ainsi que la police ne pouvaient pas être partout et là où l'ordre n'était pas, les prédateurs pouvaient sortir au grand jours. Pour ne pas mourir de froid, je portais un lourd manteau de cuir par dessus ma tenue de vigilante. Malheureusement s'il me permettait d'avoir chaud, il bloquait totalement les effluves d' « Influence ».

Caché dans l'ombre d'un bâtiment, je surveillais à la jumelle un bateau qui se trouvait sur le port. Il portait le pavillon d'un obscur payer de l'est, mais la société qui le contrôlait était une société bidon américaine. Mes poisons m'avaient permis de délier les langues et j'avais appris que ce bateau n'était rien de moins qu'au mains de la mafia. Je ne m'étais pas intéressé à lui par hasard loin de là. Il y a deux jours j'étais tombée sur un bande de mafieux entrain de récupérer des adolescentes et des jeunes femmes dans les quartiers les plus touchés par le froid. Je les avais sauvé et je m'étais occupé des mafieux découvrant qu'ils étaient entrain de travailler sur un réseau de traite des blanches. Le principe était simple, enlever des jeunes femmes et les revendre dans les pays d'Afrique ou d'Asie comme prostitués. Généralement les mafieux en profitait pour racheter à bas prix des jeunes femmes des pays visités et les ramenaient au U.S.A. Cela me révoltait. Qui ne le serait pas de toute façon ?

Mon premier objectif était de libérer les femmes déjà à l'intérieur. Le second, trouver des informations pour remonter la filière. Un troisième objectif pour le plaisir faire couler le bateau. De tout ce que je pouvais faire c'est sans doute ce qui aurait le plus d'impact à court terme sur le trafic, acheter un bateau cela avait un coût, l'entretenir et le faire réparer aussi. Un coût bien supérieur à celui des hommes et de la marchandise.

Des phares illuminaient la nuit et je me collais un peu plus contre le mur. C'était une petite camionnette qui roulait prudemment en direction du bateau. Dès qu'elle fut assez loin je sortis de ma cachette, profitant de l'obscurité pour me rapprocher aussi discrètement que possible. Il n'y avais que deux hommes qui gardaient l'entré, plus deux autres qui sortirent du camion. J'attrapais quatre carreaux « Perdition ». J'en armais dans mon arbalète et gardait les trois autres coincés entre mes lèvres. Je ne risquais rien. J'étais caché derrière une pile de caisse et je retirais mon lourd manteau de cuir. Je ne pourrais jamais être assez efficace avec ce poids énorme sur le dos. Je me redressais juste assez pour poser mon bras sur la caisse et regarder par dessus. J'allais devoir faire vite. Un simple mouvement de poignet et le carreau traversa l'air allant se planter dans le torse d'un mafieux qui émit un petit crie, avant de s'effondrer comme un pantin dont on aurait coupé les fils.

- Bordel qu'est ce qui ce passe !
Hurla l'un d'entre eux dans un costume marron impeccable.

Vite, je chargeais un second projectile et l'envoyais droit dans la fesse d'un second mafieux, mais je ne fus pas assez rapide pour continuer à faire ça discrètement. L'un d'entre eux avait attrapé une des filles dans le camion, une adolescente, elle ne devait pas avoir dix sept ans et la menaçait d'un revolver qui avait l'air énorme.

- Sorts de ta cachette ou je lui explose la cervelle !

Je voulais lui tirer dessus, mais il s'était coller dos à la camionnette et bougeait dans tout les sens. Je risquais de toucher l'otage et si je tirais sur l'autre mafieux il aurait le temps de la tuer. Merde, je devais réfléchir, je devais trouver une solution.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jason Todd / Red Hood

avatar

Localisation dans Gotham : un peu partout

MessageSujet: Re: On met fin à l'exportation ! [pv : Jason Todd]   Sam 24 Nov - 16:03

Par une soirée comme celle là les affaires marchaient plutôt bien, depuis quelque temps une vague de froid avait déferlée sur Gotham plongeant dans le brouillard et la neige la plupart des recoins de la ville, certains quartiers plus touchés que d’autre. En ce qui me concernait le froid n’était pas plus dérangeant que ça si ce n’était l’humidité qui n’était pas bonne pour la conservation de mes armes à feu, aussi je prenais encore plus de précaution que d’habitude afin de les conserver dans le meilleur état possible. Le froid ? Pas de problème, mes vêtements gardaient la chaleur endothermique et me permettait ainsi de ne pas ressentir l’air glacial qui fouettait l’air. Mon casque rouge protégeait mon visage et mes mains gantées ne subissaient pas non plus la morsure cruelle du vent.

La nuit semblait tomber de plus en plus rapidement chaque jour, il faisait déjà nuit noire pour un début de soirée et moi j’avais parcouru les allées sombres pour me vaquer à mes occupations habituelles, j’étais toujours fermement décidé à prendre le contrôle de la pègre de Gotham afin d’en facilité l’éradication, une méthode bien plus expéditive que celle de cette chiffe molle de Batman, il n’a jamais compris qu’il était impossible de faire disparaître le crime, peu importe combien il en mettait en prison il en revenait toujours plus, pour un qui part, dix nouveaux se pointent, il y en avait des inoffensifs, de simples dealer en mal de fric mais il y en avait d’autre bien plus dangereux, d’autre qui si on les laissait faire atteindrait un jour ou l’autre la trempe du Joker même Black Mask.

Mais pour commencer il faut toujours s’en prendre au plus faibles, ceux qui on le moins de chance de résister et ainsi montrer à tous ses barons du crime qu’ils ne poursuivront pas leur office très longtemps. Pour ce soir, je me contentais de la basse besogne, tous ses petits criminels sans noms qui avait profité de la panique du au temps pour se sortir de leur train de vie de minable, ceux là ne méritait même pas que je leur propose une alliance, ils étaient tout simplement des nuisibles alors autant en finir avant qu’ils ne se décident à rejoindre un grand groupe où là en revanche, ils seraient plus dur à éliminer. Alors que j’avais déjà bien entamé mes investigations j’entendis des bruit d’agitation près du port, et ma curiosité me poussa à me rapprocher, je pris un peu de hauteur en me dissimilant sur le toit d’un entrepôt et pu ainsi apercevoir un gros bateau amarré surveillé par quatre homme enfin… trois, il y en avait un qui venait visiblement de se faire descendre, et un deuxième avait l’air blessé, j’avais emporté avec moi mes deux Glocks, une dague, toute sorte de gadgets utile et enfin un fusil sniper pratique pour les éliminations furtive, rien de mieux pour être discret. En regardant à travers la lunette de l’arme qui me permettait d’avoir un grossissement j’aperçu également une femme rousse dissimulé derrière des caissons, l’un des hommes qui gardait le bateau maintenait une jeune adolescente contre lui, un calibre lourd braqué contre sa tempe et s’agitait visiblement très peu rassuré.

Intrigué, j’observais l’inconnue dans l’ombre, elle possédait une arbalète et c’était visiblement elle la responsable de toute l’agitation chez ces gars. J’ignorais totalement ce qui pouvait bien se passer mais visiblement ils préparaient quelque chose dans ce bateau, quelque chose de gros. Intéressant, peut être que j’obtiendrai des informations en prenant part à l’évènement. M’allongeant sur le toi du bâtiment je visais la tête de l’homme qui menaçait son otage, à cette distance se serait un jeu d’enfant de l’avoir malgré ses petits mouvements imprécis, d’autant plus qu’il commençait doucement à se calmer ce qui rendait la tache d’autant plus facile. J’attendis le dernier moment pour presser la détente et une balle se propulsa silencieusement pour venir se loger en plein dans la tempe gauche de l’homme armée qui s’effondra sur le coup dans une giclée de sang. La petite otage ne se fit pas prier pour s’enfuir et avant même que le comparse de l’homme a terre n’ai le temps de réagir mon fusil était déjà braqué sur lui. Je pressais une nouvelle fois la détente et une balle vint perforer son poumon droit, il n’était pas mort mais se laissa tomber sur le col plié en deux dans une horrible douleur.

Je repassais mon arme dans mon dos avant de descendre de mon perchoir pour me rendre à mon tour derrière les caisses ou se cachait la jeune femme, je devais être prudent, elle était armée et avait déjà tué un homme, ce n’était pas une débutante ou si elle l’était elle était déjà très douée. Je restais donc sur mes gardes, une de mes mains prête à saisir mon arme en cas d’attaque. J’arrivais derrière elle et restait à une certaine distance avant de lui adresser la parole.


« Vous avez du cran de vous en prendre seule à ces hommes… qu’est ce qu’il y a de si intéressant dans ce cargo ? »

J’en venais directement au fait je n’étais pas du genre à tourner du pot lorsque je m’adressais à quelqu’un, même si la personne en question m’étais inconnue, les présentations viendraient au fur et à mesure de la conversation et même si elle ne voulait pas me répondre je pourrais bien lui reposer la question plus tard…

_________________



Dernière édition par Jason Todd / Red Hood le Lun 3 Déc - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pamela Isley/ Poison Ivy

avatar


MessageSujet: Re: On met fin à l'exportation ! [pv : Jason Todd]   Ven 30 Nov - 12:47

Le mafieux qui tenait en otage la jeune femme fut soudain frappé par une justice lointaine et silencieuse. Enfin presque, il s'effondra faisant autant de bruit qu'un arbre abattue par un bulldozer en pleine foret amazonienne. Immédiatement je me jetais sur l'otage, la venant la collé contrer le camion, hors de portée du dernier mafieux et d'une balle éventuelle.

Elle tremblait dans mes bras, pleurant, mais ne se débattant pas. Doucement mon parfum faisait effet, la calmant tout la privant de sa volonté. Rien de méchant, elle s'en sortirait rapidement, mais comme ça elle restait calme. Je lui caressais les cheveux pour la réconforter. Elle était mignonne et maintenant j'étais certaine qu'elle ne devait même pas avoir dix-huit ans. Pauvre petite, j'espérais qu'ils ne lui avaient rien fait autrement que de l'enlever pour la revendre dans un autre pays.

Prudente, je réarmais mon arbalète, ce n'est pas parce qu'on m'avait aidé que je pouvais baisser ma garde. Je ne le vis qu'à peine arrivé, se plaçant derrière les caisses où je me trouvais quelques instants auparavant. C'était un homme, mais il m'avait aidé et surtout avait aidé les jeunes femmes, il méritait bien le bénéfice du doute. Même si le casque rouge faisait un peu phallique.

- Ce ne sont que des hommes et il fallait le faire. Quelqu'un à décidé de profiter du froid pour s'emparer des femmes isoler de la ville et les revendre dans d'autre pays.


Je parlais rapidement, ne cherchant pas à cacher tout le dégout qu'une telle idée faisait naitre chez moi, avant d'ouvrir la porte du camion. Il y avait une dizaine de jeunes femmes à l'intérieur. Il n'y en avait qu'une ou deux qui devait être majeur dans le lot et toutes faisaient partie de la communauté blanche de Gotham City. Dès qu'elles me virent elles se mirent à hurler, mais de nouveau bien vite mon parfum réussit à la calme.

- Calmez vous les filles. Je suis là pour vous aider. Dis je doucement.

Je m'approchais de la première, essayant de voir si je pouvais ouvrir ses menottes. Bon sa je ne savais pas vraiment faire, il faudrait que je pense à un poison pour ronger l'acier, mais là tout de suite je ne pouvais rien faire, sans parler du froid qui m'engourdissait les doigts. Elles aussi étaient atteinte par le froid, ce n'était pas encore trop grave, mais il ne faudrait pas qu'elles restent encore trop longtemps à l'extérieur.

- Le bateau doit encore être chargé de filles et de mafieux. Tu m'accompagnes à l'intérieur, tu as l'air plutôt efficace.
Dis je en sautant hors du camion.

Je faisais attention à ne pas trop m'approcher de lui, histoire que mon parfum, odeur d'herbe coupé et de caramel ne commence pas à attaquer ses facultés mentales. S'il m'accompagnait se serait gênant, sinon je pouvais toujours lui faire gouter à « Addiction » et il ne deviendrait plus qu'un outil que je pourrais manier à ma guise. Ce n'était pas vraiment moral, surtout qu'il m'avait aidé, mais si cela pouvait me permettre de sauver des jeunes femmes, je n'hésiterais pas.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jason Todd / Red Hood

avatar

Localisation dans Gotham : un peu partout

MessageSujet: Re: On met fin à l'exportation ! [pv : Jason Todd]   Lun 3 Déc - 18:34

M’avançant prudemment vers la rouquine inconnue, je constatais avec soulagement qu’elle n’agit pas de manière hostile en me voyant arriver, au contraire elle répondit sans se poser de question à la mienne ce que j’appréciait particulièrement, c’est pas toujours marrant de se retrouver face à des septique qui vous pointe avec un flingue ou tout autre projectile parce que vous vous montrer de façon un peu soudaine. Et puis en l’occurrence je venais de l’aider j’en conclus donc qu’elle n’avait aucune raison de s’en prendre à moi. Alors comme ça il s’agissait d’un cargo visant à ramener clandestinement des jeunes filles dans un autre pays afin d’y être vendue ? Un peu comme la traite des noirs ou la route de la soie par le passé mais avec des adolescentes Gothamites… c’est fou comme la société savait se venger de l’histoire ingrate dont on l’affublait.

J’hochais de la tête, et à entendre le ton sur lequel la jeune femme m’avais expliqué la situation elle était loin d’être enchantée, compréhensible, y avait de quoi être révolté quand on voit que le pays qui à aboli l’esclavage se voue encore à ce genre de pratique. J’observais attentivement l’inconnu s’approcher du camion qu’elle ouvrit pour dévoiler un fond remplie d’autre jeune fille totalement apeuré, même sans m’être approché du véhicule j’avais pu entendre leur hurlement de terreur qui pourtant se calma bien vite d’après moi. D’un mouvement de tête je regardais à l’intérieur du camion, les otages semblaient étrangement apaisées … curieux. En la voyant essayer de défaire les menottes d’une des filles je croisais les bras, malheureusement je n’avais rien prévu sur moi pour retirer ce genre de truc.

La tentative fut brève et la rouquine sortie rapidement du camion avant de s’adresser à moi. L’accompagner ? Quoi de mieux pour travailler ma curiosité, moi qui commençait à m’intéressé à ce qui se passait la dedans je n’étais pas contre l’idée de botter quelque cul et peut être même pouvoir en apprendre un peu plus sur ce trafique de jeune fille. Je souris, un sourire invisible derrière mon casque mais qu’est ce que ça aurait changé, et puis on sentait bien un certain entrain dans ma façon de parler, un ton plutôt motivé et sur de moi.


« Okay, j’te suis !! »

On en été rapidement passé au tutoiement, mais visiblement c’était pas le principal de la conversation de toute façon j’avais jamais vraiment pour habitude de vouvoyer les gens, même ceux que je ne connaissais pas. Je suivis donc la jeune rouquine, laissant les otages libres de quitter le camion si elles en avaient la force et le courage de toute façon trois des gardes bouffaient à présent les pissenlits par la racine et le quatrième n’allait surement pas tarder à les rejoindre, les filles n’avaient plus à s’inquiéter. En revanche à l’intérieur du navire se serait surement différent.

Lorsque nous entrâmes par l’arrière du cargo il faisait affreusement sombre, pratiquement impossible d’y voir à plus de 5 mètres, heureusement j’avais la possibilité d’activer une vision infrarouge pour me permettre de me débrouiller dans l’obscurité. L’avantage d’avoir passé tant d’années avec un gars qui se fabriquait toute sorte de gadgets différents. J’avançais prudemment, un grand silence régnait, mais l’ambiance n’était pas pour me déplaire, on se serait presque cru dans un film de science fiction. Mais si vous croyez que j’aurais profité du silence pour réfléchir, vous vous fourrez le doigt dans l’œil jusqu’au coude, non, moi ce qui m’intéressais pour le moment c’était de savoir avec qui je collaborais temporairement


« Au fais… qui est tu pour t’être emmêlée comme ça à cette histoire ? Une Eco-féministe qui veut faire valoir ses droits aux femmes de la société ? Ou simplement une héroïne de l’ombre comme on en voit tant d’autres dans Gotham ? »

Je ne faisais qu’émettre des hypothèses, ça pouvait tout aussi bien être une de ses filles à la Catwoman qui usaient de leur charme pour faire les poches de leur victimes, elle pouvait même être si ça se trouve la pire des garce que je ne m’en serait surement pas aperçu. En fait elle dégageait une « aura » si on pouvait appeler comme ça, relativement posée et calme de façon à ce qu’on se sente toute de suite moins en proie à l’énervement et l’agitation… un truc pas tout à fais explicable mais que j’arrivais à ressentir néanmoins. A force, nous nous enfoncions toujours plus profond dans la cale du bateau, mais aucun signe de femmes prisonnières ou de mafieux dérangé à l’horizon.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On met fin à l'exportation ! [pv : Jason Todd]   

Revenir en haut Aller en bas
 
On met fin à l'exportation ! [pv : Jason Todd]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Unrest (2006, Jason Todd Ipson)
» Jason Todd, The Red Hood.
» Jason Todd, aka Red Hood ; died nobly, came back a little less noble
» SWEENEY TODD - (RAH 412)
» La femme de Jason Behr joue dans Private Practice !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Gotham :: Gotham City :: East Side-
Sauter vers: