RPG +16 ans
 

Partagez | 
 

 Souvenir d'une mère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Pingouin

avatar

Localisation dans Gotham : Iceberg Casino

MessageSujet: Souvenir d'une mère   Jeu 25 Oct - 21:37

[justify]=> Suite du Post : Visite macabre

Ils étaient à nouveau tous les trois en route dans la limousine en faites ils étaient maintenant quatre. Wilkes, Franck et Cobblepot. Dereck s’était joint au petit groupe. Dereck le plus fidèle homme de main d'Oswald, presque un ami. Quand, il était rentré de l’hôpital, il y a 4 jours, Franck s’était permis un commentaire. Normalement Oswald n'aurait pas apprécié et lui aurait fait payer, mais cette fois-ci c'était différent. Franck lui avait dit.

Vous savez Patron, je crois que vous avez raison de faire ce que vous faites.

Oswald avait senti la sincérité du propos. Ce n'était pas simplement l'argent qui avait fait parler Franck, mais c'était un élan du coeur. Pingouin avait remarquer aussi le visage de malaise de Franck qui n'avait pas fait exprès, il c'était mis à marcher rapidement afin de rejoindre Wilkes qui était parti vers l'avant. Cobblepot était monté et c'était couché. Il avait continué ses démarches durant les 4 jours afin de préparer un enterrement convenable pour Maryn. Il avait fait venir un costume noir pour Wilkes et avait fait également les choix funéraires à la place du jeune homme. Rien de trop extravagant, mais plus chic que ce qu'elle aurait jamais put se permettre.

La limousine s'arrêta et les 4 comparses sortirent. Dereck restait proche de Cobblepot, il savait pourquoi il était de service aujourd'hui. Oswald n'était pas revenu ici depuis la mort de sa mère. En fait si, mais la dernière fois c'était mal terminé et le caveau de son père en portait encore les marques. Depuis, il avait tout fait pour garder le souvenir de sa mère vivant. Revenir ici était comme une confirmation de sa mort.... à nouveau.

Le prêtre de confession catholique protestante était là. Il était seul avec le croque-mort devant le cercueil surélevé. Oswald avait fait préparer 4 chaises et une rose était posée sur la chaise de Wilkes. Oswald ne comprenait pas pourquoi il avait tout fait cela pour le petit. Mais il fallait dire que probablement que son histoire lui rappelait la sienne, sauf évident que sa mère à lui n'était pas une traînée, mais une femme respectable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Wilkes Welhet

avatar


MessageSujet: Re: Souvenir d'une mère   Ven 26 Oct - 21:14

Les quatre jours qui suivirent ma « visite » à l’hôpital passèrent avec une lenteur hors du commun, je ne sais pas encore si c’était du au fait que je redoutais le jours précis des funérailles de ma mère ou bien si c’était à cause de l’attente que prenait les résultats du test ADN à nous parvenir, certes ça ne se faisait pas en un jour et ce n’était pas un travail à prendre à la légère, mais même si j’étais quelqu’un de patient, j’étais on ne peux plus pressé de pouvoir enfin laisser la vérité éclater au grand jour. Alors je n’eu pas d’autre choix que d’attendre, m’occuper comme je le pouvais, je profitais de certaines soirées, mais je n’étais pas du genre à me montrer lorsque l’Iceberg Casino était plein à craquer, ce qui était souvent le cas, alors je passais en général mes soirées dans la pièce qui me servait de chambre. Mes journées m’avais semblé un peu vide, je n’irais pas jusqu’à dire que l’ambiance scolaire me manquait… ce n’était pas vraiment le cas non, mais ici, je n’avais pas l’impression de me sentir à ma place.

Lorsque le jour de l’enterrement arriva, j’avais été surpris de constater que mon hôte avait fait venir un costume pour moi, encore une attention que j’avais du mal à comprendre venant de lui mais ce n’était surement pas le moment de faire de remarque à ce sujet. C’est la première fois que je porte des vêtements aussi chics, je suis presque étonné en me regardant dans le miroir. Je réfléchis. Longtemps. A observer mon reflet dans la glace et finalement, c’est l’heure. Dans la limousine c’est le silence complet, il y a un autre homme avec nous, je l’avais déjà vu une fois à mon arrivée. Le trajet se déroule dans le calme, je fixe longuement le paysage grisaillé par un ciel couvert, je n’ai pas trop envie de penser à ce qui va se passer tout à l’heure, je sais bien que ca va être dur, j’en ressent déjà la sensation à l’intérieur de moi, mais je ne peux pas me permettre de faire comme à l’hôpital, cette fois là j’avais faillit à ma règle d’or, et aujourd’hui je ne referai pas cette erreur… tout du moins je l’espérais.

Lorsque nous arrisons au cimetière, l’ambiance est des plus maussades, c’est normal, même si je veux paraître serin, l’appréhension doit certainement se lire sur mon visage plus tendu que d’habitude, mais c’est encore acceptable, je n’irai pas plus loin en terme d’émotion. Plus loin, deux hommes sont déjà là et nous attendent, il y a quatre chaise disposée en face d’un trou dans le sol, le cercueil de ma mère en évidence. Lorsque je m’approche plus près je me rends compte qu’une rose est déposé à l’endroit ou je suis supposé prendre place, je regarde longuement la fleur avant de m’en saisir. Avant de m’assoir j’observe les alentours, il n’y à évidement personne à part nous, ça ne m’étonne pas, la famille de ma mère l’avait complètement renié depuis qu’ils avaient appris comment elle gagnait sa vie, autant dire longtemps. Ils ne sont probablement même pas au courant de mon existence eux non plus.

Personne n’a ouvert la bouche depuis que nous somme arrivé au cimetière, mais en même temps il n’y a plus rien à dire maintenant, et de toute façon je n’ai pas très envie de faire la conversation. Je voudrais juste que tout se termine enfin, mais d’un autre côté, j’ai l’impression que je ne réalise pas tout à fait que c’est ma mère qui est enfermée dans cette boite dont je n’arrive pas vraiment a détacher mon regard, que c’est bel et bien fini.

A présent le prêtre commence son discourt, alors qu’il parle, je baisse les yeux pour regarder vers le sol, la rose passe d’une main à l’autre, une façon comme une autre de calmer mon angoisse, j’écoute attentivement et dans un même temps je réfléchis, avant de jeter un très bref regard vers Cobblepot, c’est lui qui a tout organiser encore une fois, je n’arrive pas à comprendre pourquoi. Mais le moins qu’on puisse dire, c’est que ça m’avais touché.
Revenir en haut Aller en bas
Le Pingouin

avatar

Localisation dans Gotham : Iceberg Casino

MessageSujet: Re: Souvenir d'une mère   Sam 27 Oct - 8:31

Cobblepot écoutait d'une oreille distraite le discours de la prête. Après tout, il faisait l'éloge d'une personne qu'il n'avait pas connu. Il disait souvent la même chose : une femme généreuse qui à tout donné pour son fils, une Bonne Mère aimante, etc etc. Personne n'allait se lever pour dire : Non, c'était une putain et elle se foutait de son fils. Certes ce n'était pas le cas, mais même si ça l'avait été, dans la mort tous nos péchés sont absolus (ou presque). Cobblepot avait fait enterrer la mère de Wilkes dans la partie "moyenne" du cimetière. Ce qui veux dire que sa pierre tombale était en vraie pierre, son nom et son épitaphe gravée avec style.

Il ne savait pas trop quoi faire écrire. Il avait simplement écrit son nom l'année de sa mort et les mots: mère aimante, sur la pierre. C'était peu, mais c'était fort probablement mieux que ce qu'elle aurait pu se permettre. Les gens comme elle normalement ne font pas de prévision funéraire et si elle en avait fait, probablement que c'est une petite croit en bois, avec la racaille de Gotham qu'elle aurait fini.

La prête venait de fermer sa bible. Il invitait maintenant Wilkes à déposer sa fleur avant qu'on descende le cercueil. C'était une belle tradition ça. Même s'il doutait que Wilkes eût acheté une fleur à sa mère de son vivant. Au moins dans la mort elle serait accompagnée. Cobblepot ne dit rien. Il regardait un peu plus loin ou on pouvait apercevoir le mausolée Cobblepot. Il redoutait un peu d'y aller, mais il ne pouvait pas venir au cimetière sans aller voir sa mère.

Il s'alluma une cigarette. Il remarqua la mine déconfite de l’homme d'Église quand il le fit, mais il lui relança un regard du genre : La ferme ou tu finiras dans un trou toi aussi. l’homme d'Église ne dit rien. Le fossoyeur c'était avancé prêt du cercueil il allait actionner la manivelle qui ferait descendre tranquillement le tombeau dans sa nouvelle demeure. Il s'alluma également une cigarette voyant que Cobblepot avait pris cette permission. Oswald n'en fit pas de cas, normalement il l'aurait sûrement puni pour avoir pensé qu'il était son égal, mais aujourd'hui il allait voir sa mère. De plus l'existence du fossoyeur était déjà assez pénible comme ça, il ne pouvait presque rien lui faire, pour la rendre plus triste.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Wilkes Welhet

avatar


MessageSujet: Re: Souvenir d'une mère   Sam 27 Oct - 17:57

La voix du prêtre me parvient clairement un peu comme une bande son puisque je ne le regarde pas alors qu’il s’exprime pour parler de ma mère. Mon regard est toujours dirigé vers le sol, je n’ose pas vraiment regarder les gens qui m’entourent, en fait je me dis qu’ils sont tous là par principe, presque par obligation. En y réfléchissant plus, c’est vrai que la seule personne qui avait une véritable raison de ce trouver ici aujourd’hui c’était moi, ni Cobblepot, ni Franck ni même le second homme de main ne connaissait ma mère. Aucun d’eux n’avaient déjà vu son visage souriant et entendu sa douce voix, l’homme de foi en fait son éloge alors qu’il ne la connait pas, il ne sait pas a quel point chacun de ses mots sont lourd de sens. Ma mère était réellement une femme formidable, même si tout le monde ne voyait en elle qu’une prostituée avec un gosse, moi je savais qui elle était vraiment, et je pense bien qu’elle à été une mère exemplaire et avec une force de caractère hors du commun. Combien à sa place m’aurait assumé jusqu’à sa dernière heure, combien aurait enduré les sarcasmes et les insultes sans rien laisser transparaître ? Surement très peu, peut être même aucune.

Alors au fur et à mesure que le discours avançait je me disais qu’aujourd’hui, j’étais vraiment le seul à savoir et à comprendre, j’essayais de comprendre les raisons qui avaient poussé mon hôte à tout organiser alors que tout laissait croire qu’il ne portait aucune attention à mon égard. On dit souvent de ne pas se fier aux apparences, j’ai longtemps acquiescé ce dicton, que ce soit en prenant ma mère comme exemple ou peut être en me reconnaissant aussi dans ces mots, mais aujourd’hui alors que j’essayais encore une fois de l’appliquer je me rendais compte que j’avais plus de mal en ce qui concernait Cobblepot. Probablement parce que nous étions encore des étrangers l’un pour l’autre.

Lorsque la voix du prêtre se tue enfin, je relevais la tête dans la direction du cercueil en lançant un bref regard à l’homme d’église qui m’invitait à m’avancer. J’hésitais un bref instant en jetant un regard autour de moi avant de m’avancer finalement vers le cercueil avec ma fleur dans les mains. Je fixais le prêtre un court instant qui me soutint d’un mouvement de tête. Je déposais la rose sur le cercueil, de plus près on pouvait voir qu’il était de qualité alors je restais un petit moment à l’observer dans le silence, au fond de moi j’étais tellement reconnaissant à mon hôte d’avoir fait tout ça alors que je n’aurais pensé assister aux funérailles de ma mère un jour, tout du moins pas si jeune. Qu’est ce que j’aurais pu faire si j’avais été seul ? Rien du tout c’est sur. Les mains jointent l’une sur l’autre je fini par tourner les talons pour revenir à ma place et observer le fossoyeur faire descendre le cercueil dans l’emplacement qui lui été réservé. Seule était visible à présent, la plaque de pierre ou été gravé le nom de ma mère. Me dire qu’à présent je ne pourrais plus jamais la revoir et que je ne pourrais très certainement jamais retrouver un jour tout l’amour qu’elle avait pu me donner me laissa un instant dans le flou, je sentais à nouveau cette boule dans ma gorge, mais cette fois je saurais me métriser.

Une fois la cérémonie terminée, je restais un cours instant à observer la tombe de ma mère puis je regardais finalement dans la direction de Cobblepot avec toujours cette même difficulté à le regarder dans les yeux. Je lui devais beaucoup, et pourtant je n’étais pas en mesure d’offrir quoi que soit pour tout ce qu’il avait fait d’un certain côté ça me mettait encore plus mal à l’aise que je ne l’étais déjà. Je baissais légèrement la tête avant de murmurer…

« Je vous remercie… pour tout ça… »

Ma gêne m’empêchait d’en dire plus, et pourtant il y avait tant à dire, mais comme j’étais incapable de prévoir comment mon hôte allait réagir je préférais ne pas trop en faire. En fait, ça me rappelait un peu la scène dans la voiture en sortant de l'hôpital où il n'avait finalement pas réagit à mes remerciements...
Revenir en haut Aller en bas
Le Pingouin

avatar

Localisation dans Gotham : Iceberg Casino

MessageSujet: Re: Souvenir d'une mère   Dim 28 Oct - 14:24

Cobblepot avait assisté à toute la scène. Se rappelant les funérailles de sa mère à lui. Beaucoup de dignitaires étaient venus. Pas parce qu'il la connaissait, mais bien parce que c'était la mère d'Oswald Cobblepot. Il se rappelle s'être senti bien seul à ce moment. Il avait eu un flash ou tout le monde était disparu sauf lui. Puis la servante de sa mère était venue se joindre à lui. Oui, elle, elle avait raison d'être là. Elle aimait Esther Cobblepot, elle en avait fait l'éloge à Oswald lors d'un entretien privé. Il avait tout écouté distraitement.

Wilkes le remercia. Il se leva, fit un signe de tête à Wilkes sans dire un mot. Un signe disant: Ce n’est rien... Dereck se leva également. Cobblepot marcha tranquillement dans le petit sentier et passa la grille du côté du cimetière pour les familles aisées de Gotham. Il se foutait que quiconque le suivre. Il marchait doucement, sans presser le pas ne s'appuyant pas sur sa canne/parapluie, qui était plus esthétique que pratique. Il s'arrêta devant un caveau. Il entra. La lumière passait dans l'interstice de la porte et couvrait la façade intérieure droite du caveau.

Il y avait longtemps que la beauté du caveau n’impressionnait plus Oswald. Les grosses lettres pesantes et gravées à la perfection formaient le mot Cobblepot. Il était magnifiquement entretenu et des fleurs étaient déposées chaque matin par une pleureuse. En entrant on pouvait lire plusieurs noms à gauche et au fond dont le plus célèbre des Cobblepots : Theodore. Mais ce n'était pas pour honorer son aïeul célèbre qu'Oswald était là.

Il fixait la face droite du caveau, des noms y étaient écrits avec des inscriptions. Toutes les pierres semblaient avoir reçu un seul et unique coup qui les avait percés un peu. Mais ils avaient été réparés depuis, mais les marques de cette fracture paraissaient encore.

Tucker Cobblepot : Faithfull father
Jason Cobblepot: Handsome Boy never to be forgotten
Robert Cobblepot: The Eldest Son, Gone before is time
William Cobblepot: Belovend Brother tragically Taken


Seule la tombe en bas à droit n'avait subi aucun dommage apparent.

Esther Cobblepot: Mother

Oswald fixait cette pierre tombale sans dire un mot. Les larmes lui montèrent aux yeux, mais ne coulèrent pas. C'est de sa voix rauque et triste qu'il finit par dire

Bonjour Maman...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Wilkes Welhet

avatar


MessageSujet: Re: Souvenir d'une mère   Lun 29 Oct - 11:47

Cette fois ci non plus Cobblepot n’avait pas répondu à mes remerciements, pourtant, si la dernière fois dans la voiture il m’avait complètement ignoré, cette fois ci j’avais pu noter son signe de tête, ce n’était pas grand-chose, mais c’était surement déjà beaucoup venant de lui. Je décidais de ne rien dire de plus, de toute façon il n’y avait plus rien à dire pour le moment, tout avait déjà été dit et fait par la même occasion. Je jetais un nouveau regard à la tombe de ma mère avec une certaine amertume, elle venait à peine de partir et elle me manquait déjà, un sentiment qui n’était surement pas près de me quitter de si tôt. J’eu à peine le temps d’observer la pierre tombale quelques que seconde que lorsque je me retournais j’étais déjà presque seul. Je lançais un regard de chaque côté pour me rendre compte que mon hôte faisait déjà route vers une autre partie du cimetière. Je fini par le suivre, poussé par la curiosité. Je marchais légèrement en retrait, et fini par passer une grille, a voir l’ornement de cette partie la du cimetière, il s’agissait uniquement des tombeaux des familles aisées de Gotham.

Je vis finalement Cobblepot disparaître dans un caveau et plus je m’approchais plus mon pas s’accélérait, lorsque j’arrivais finalement à l’entrée du mausolée je m’arrêtais quelques secondes, est ce que j’avais le droit d’entrer là dedans ? Après tout ce que mon hôte était venu faire ici ne me concernait surement pas. J’hésitais. En fait, on pouvait dire que j’avais peur oui, j’avais peur qu’une fois que j’aurais posé un pied à l’intérieur du caveau je ne me face renvoyer vite fait bien fait pour mon insolence. Je jetais un rapide coup d’œil à l’intérieur et à force d’essayer de me rapprocher un peu pour mieux voir, je finis par pénétrer à mon tour dans l’enceinte magnifiquement entretenu. Il y avait une atmosphère lourde et pesante, comme si ce lieu regorgeait d’une histoire sombre. Je levais le nez vers le haut, puis tout autour de moi pour observer les moindres détails, c’était beau c’est le moins qu’on pouvait dire.

En fait j’avais presque oublié que je venais d’entrer dans un lieu privé, l’information me revint à l’esprit lorsque j’entendis la voix de mon hôte murmurer quelque chose. Je regrettais d’être entré, j’étais persuadé que ça allait mal se finir, mais bon, maintenant que j’y étais, autant aller jusqu’au bout des choses. Je regardais avec attentions les murs où étaient gravés plusieurs nom et prénom, puis en me retournant sur la droite j’aperçu Cobblepot devant d’autres tombes. Je regardais de loin. Intimidé. Puis finalement, j’osais enfin m’approcher pour me retrouver derrière mon hôte, légèrement décalé sur le côté pour pouvoir lire les expressions sur les pierres. Je portais mon attention sur le seul nom féminin. Mother. C’était donc sa mère, je crois que je commence à comprendre.

Mon cœur se serrait presque dans ma poitrine, ca me faisait quelque chose de me retrouver ici, mais le fait d’être seul avec Cobblepot me mettait bien mal à l’aise d’autant plus que celui ci n’avait pas eu l’air de faire attention à moi. Ce n’était surement qu’une question de temps avant que je ne me face renvoyer. Alors que je restais silencieux, je détournais légèrement la tête vers mon hôte pour le fixer du coin de l’œil, son regard était différent, légèrement plus brillant. En fait, je comprenais cette douleur, comment ne le pourrais-je pas, j’avais presque l’impression de revoir la scène que je venais de vivre mais d’un point de vue extérieur. Je ne dis rien, je ne bougeais pas, je restais simplement là aux côtés de cet homme qui en peu de temps en avait fait beaucoup pour moi. Je n’avais aucune idée sur comment je pourrais me montrer reconnaissant, alors pour l’heure, je me contentais de rester là, dans le plus grand respect dont je pouvais faire preuve.
Revenir en haut Aller en bas
Le Pingouin

avatar

Localisation dans Gotham : Iceberg Casino

MessageSujet: Re: Souvenir d'une mère   Lun 29 Oct - 12:26

Je sais... que... je sais que je ne viens pas souvent. Mais... c'est que... on dirait que c'est baisser les bras que de venir te voir ici... et je ne suis pas prêt à t'abandonner à eux...

Cobblepot avait parlé sans remarquer que Wilkes s’était approché de lui. Cependant il s'en rendit compte bien assez vite. Sur le coup il sentit une profonde colère mêlée à une profonde gêne. Mais rapidement elle s'estompa quand il vit tout le respect que commandait le petit garçon. Pas un mot, solonel, les yeux baissés vers le sol. Il démontrait tout le respect dû à sa mère, sans poser de question ou sans essayer d'imposer sa présence. Il s’était placé comme un spectateur silencieux. Oswald appréciait. Il se retourna et marcha jusque l'énorme banc de pierre dans le centre du Mausole. Il s'assied. Puis retira son chapeau.

Il regardait toujours la tombe de sa mère. Puis il regarda Wilkes qui était toujours debout à fixer la tombe de sa mère. Il fallait qu'Oswald dise quelque chose. Il ne voulait pas parler de sa mère. Il ne pouvait pas se résoudre du fait qu'elle est morte. C'était sa mère à LUI, et maintenant tout son père et ses frères lui avait volé, il cherchait encore un moyen de la récupérer. C'était ses projets, mais il savait bien que lorsqu'on ramenait quelqu'un de la mort, on ne ramenait jamais son âme, juste le corps de sa mère ne lui suffisait pas. Il voulait sa mère. Il décida donc de briser le silence lourd afin d'engager une conversation avec son supposé fils.

C'est le mausolée de ma famille. Le mausolée Cobblepot...

C’était une évidence, mais Oswald continua sur cette lancée.

Tucker est mon père, Robert, William et Jason mes frères... Ils sont tous morts en bas âge, des accidents et des maladies.

Bon c'était, des meurtres, mais pas selon les autopsies. Oswald les avait tous tués afin de garder sa mère pour lui seul. Mais c'est eux qui l'avaient bien cherché. Ses frères et son père le traitaient comme de la merde, ils avaient tué tous ses oiseaux, alors qu'il ne leur avait rien fait. C'était des gens méchants et sans âme qui méritaient ce qui leur était arrivé.

Les Cobblepot sont enterrés ici depuis des générations. Depuis Theodore Cobblepot, le plus grand maire que Gotham est jamais ne connut. Certes il y a eu le salissage en règle fait par les Waynes qui a précipité une chute. Mais les mensonges sont parfois plus attrayants que la vérité. Mais oui Théodore Cobblepot était un grand homme, un homme d'idée et de pouvoir. Il a fait de Gotham ce qu'elle est aujourd'hui, la plus grande et belle ville du monde.

Il y avait un peu d'admiration dans la voix d'Oswald, lorsqu'il parlait de Théodore. Si Oswald était gêné et déçu de sa famille en général, sa mère et Théodore étaient les paravents d'une ancienne garde. Celle des Cobblepot prestigieux et visionnaire. C'était des âmes charitables et qui avaient un projet pour faire avancer Gotham. Théodore eu la vision de Gotham, Esther la vision d'Oswald et de se qu'il deviendrait. Oswald se plaisait à penser que lui aussi faisait partie des gens d'exceptions qui marqueraient l'histoire et de qui on parlerait longtemps encore après sa mort.

_________________


Dernière édition par Le Pingouin le Mar 30 Oct - 9:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wilkes Welhet

avatar


MessageSujet: Re: Souvenir d'une mère   Mar 30 Oct - 7:01

Non, Cobblepot n’avais toujours pas remarqué ma présence, si bien qu’il c’était exprimé une nouvelle fois alors que j’étais à quelques centimètre de lui, j’arrivais à ressentir une certaine émotion dans sa voix, la tristesse, le regret. J’arrivais presque à me voir, à me transposer en lui, une même douleur une même peine. Alors que je l’observais discrètement, il se rendit finalement compte que j’étais là, mon regard pris la fuite pour aller chercher soutien près du sol, je me préparais déjà à me faire sévèrement réprimander et pourtant, alors que je fixais toujours silencieusement les tombes pour esquiver le regard de mon hôte, il ne me dit rien du tout. Le silence perdura un certain temps, plus long que ce à quoi je m’attendais. Alors il ne me jette pas dehors ? Oui je devais l’avouer j’étais sacrément étonné, après tout, au premier abord, je n’étais pas à ma place ici et il aurait été compréhensible que Cobblepot m’envois voir ailleurs s’il y été en un rien de temps. Mais non. Alors après quelques secondes, je le vis s’en retourner vers un banc de pierre au centre du Caveau. Je restais encore un peu à observer la tombe de cette femme avec un regard mélancolique.

J’aurais pu rester comme ça longtemps si la voix de mon hôte n’avait pas résonnée entre les murs pour m’adresser la parole. Je détournais vivement la tête vers lui et soutint son regard un moment, c’est la première fois que je ne me sens pas mal à l’aise en le regardant dans les yeux. Je me doutais bien que je me trouvais dans le mausolée de sa famille, mais je ne dis rien de plus, me contentant de me taire et d’écouter ce que Cobblepot avait à me dire. Lorsqu’il énuméra les noms de son père et de ses frères, mon regard se détourna automatiquement vers les tombes pour pouvoir suivre. Cette famille avait visiblement été sujette à une tragédie, tous partis visiblement très tôt. Alors, il n’avait plus de famille ? Je ne pouvais pas m’empêcher de me sentir empathique, même si ma situation était bien différente de la sienne, moi qui n’avait jamais connu mon père et n’eu aucun frère et sœur pour compagnie, mais dans mon cas, je n’avais plus personne non plus, enfin il restait toujours l’hypothèse que Cobblepot soit bien mon père mais ça, nous n’avions malheureusement pas encore la réponse et j’avais beau y croire à 200% je craignais tout de même l’arrivée des résultats ADN.

Lorsque mon hôte reprit la parole pour s’exprimer, je déplaçais une nouvelle fois mon regard vers lui pour lui montrer que je l’écoutais. Il commença à me parler de son aïeul et en entendant son histoire ça me rappela quelque chose, peut être que j’avais déjà étudié ça à l’école toujours est-il que cette histoire ne me paraissait pas inconnue. A entendre mon hôte, il avait effectivement l’air d’avoir été un grand homme, quelqu’un qui se serait donné corps et âmes pour sa ville. Ca forçait l’admiration. Un sourire à peine visible c’était dessiné sur mes lèvres, cette histoire avait suscité un réel intérêt chez moi et j’avais presque envie d’en savoir plus. Mais ce n’était ni le lieu, ni le moment de s’emballer sur un tel sujet, nous étions encore à l’intérieur du Caveau baigné de lourds souvenirs dont j’ignorais encore l’existence et je ne voulais pas paraître irrespectueux en lançant une remarque quelconque. D’ailleurs en y réfléchissant, qu’est ce que je pouvais bien lui dire. En fait j’avais l’impression que parler était inutile, voir même superflu. Il n’est pas toujours nécessaire de prendre la parole pour se faire comprendre et j’avais bien été forcé de m’en rendre compte.

De toute façon j’étais bien trop ignorant à ce sujet pour pouvoir dire quelque chose qui ai un réel intérêt à la conversation, alors je me contentais d’écouter avec un certain enthousiasme en acquiesçant d’un signe de tête qui aurait pu vouloir dire « Je vous comprends »
Revenir en haut Aller en bas
Le Pingouin

avatar

Localisation dans Gotham : Iceberg Casino

MessageSujet: Re: Souvenir d'une mère   Mar 30 Oct - 9:20

Oswald resta un temps à regarder la tombe de son aïeul. Un jour c'est peut-être lui qu'on regardera avec admiration. Puis ses yeux se posèrent à nouveau sur Wilkes. Peut-être était-ce l'endroit, peut-être était-ce l'idée d'avoir quelqu'un pour le glorifier plus tard, ou était-ce le regard de ça mère en ce lieu, mais Oswald se dit: Que si Wilkes était vraiment son fils, peut-être que ça serait pour le mieux. Ils auraient les résultats demain. Évidemment, il doutait encore beaucoup de cette histoire de paternité, mais l'idée commençait à se creuser. Si le test était positif, il garderait probablement Wilkes.

Il avait effleuré l'idée de s'en débarrasser quand même, peu importe le résultat du test. Pour l'instant ça avait toujours été la curiosité et la justification qui avait poussé Oswald à garder Wilkes au Casino. Maintenant c'était autre chose. Pas de l'amour, certainement pas, mais une sorte de sécurité. De savoir que si Oswald mourait et que Wilkes était son fils, il y aurait quelqu'un pour continuer sa lignée. Qu'il ne s'éteindrait pas vraiment avec la mort. Peut-être était-ce vraiment ça de ne pas laisser la mort gagner. Vivre dans sa descendance...

Il invita Wilkes à s'asseoir près de lui.

Demain nous seront fixés. J'aurai le résultat des tests. S'ils sont positifs, je te raconterai l'histoire de notre famille. dit-il d'une voix apaisante

Il se mit à penser à l'éventualité que Wilkes soit un arnaqueur et la rage lui vint au coeur. Le petit avait avantage à être son fils parce que le pingouin ne supporterait pas d'avoir été trompé comme ça. Il venait, à l'instant, de lui permettre de participer à un moment extrêmement important et intime pour lui. Si Wilkes n'était pas son fils, il irait bouffer les pissenlits par la racine. D'ailleurs Oswald allait lui dire.

Dans le cas contraire... nous connaissons tous les deux les conséquences. Dit-il d'une voix menaçante.

Puis Oswald conscient que tout ceci avait beaucoup trop duré. Que toute cette histoire était allée beaucoup trop loin sans aucune certitude, se leva. Il claqua des doigts Dereck et Franck qui était resté à l'extérieur du mausolée entra.

Ramener Wilkes à l'auto et avancer la jusqu'ici, je veux être seul pour un moment.

Franck s'avança pour prendre Wilkes par le bras. Le ton du pingouin n'avait laissé aucun doute. "Sortez-le d'ici au plus vite". Puis Dereck et Franck sortirent. Laissant Cobblepot encore quelque temps a parlé à sa mère. Ce qui se dit pour le reste ne regardait personne, seulement Oswald et sa Maman. Des reproches, et des souvenirs furent évoqués, mais surtout Oswald se confia au sujet de grand vide que la mort d'Esther avait laissé dans la vie de son fils. Que la vie sans "ancre" était beaucoup moi facile, et qu'à travers ce chemin ardu qu'était le deuil, Oswald semblait se perdre. L'enfant qu'Esther avait connu et aimé semblait se dissiper de plus en plus, pour laisser place à un être, aigri, méchant, solitaire et surtout profondément malheureux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Wilkes Welhet

avatar


MessageSujet: Re: Souvenir d'une mère   Mer 31 Oct - 19:35

J’avais déposé mon regard dans la même direction que Cobblepot. Un nouveau silence avait pris part à la conversation durant lequel je réfléchissais longuement à tout ce qui c’était passé cette dernière semaine. En commençant par l’incendie de l’appartement et puis l’annonce de la terrible nouvelle et puis le fait que les services de protections de l’enfance aient retrouvé la trace de mon père ce que je n’ai jamais réussis à obtenir en cherchant seul. Ensuite il y avait eu la première visite à l’Iceberg Casino et tout ce qui s’en était suivit. Le temps était passé si vite, il avait défilé à une vitesse déconcertante, presque trop rapide, j’ai l’impression que tout à commencé hier et pourtant, il y a déjà des évènements loin derrière moi. Et pourtant, malgré le décompte des jours qui semblait aller en s’accélérant encore et toujours, je trouvais que ça n’avançait pas encore assez vite, un mélange d’impatience et d’angoisse mêlé qui fait que d’un côté que le temps s’arrête et d’un autre qu’il face une avance rapide démesurée.

Lorsque mon hôte me fis signe de le rejoindre j’hésitais un bref instant, comme instantanément paralysé par l’appréhension, mais au bout du compte je ne trainais pas non plus à venir m’assoir à ses côtés sur le grand banc de pierre. C’était un geste inattendu, je me sentais tout d’un coup à nouveau gêné, alors que cette sensation de malaise avait réussis à me quitté depuis que j’avais pénétré dans le Mausolée Cobblepot, mais me tenir si près de celui qui était « censé » être mon père alors que jusqu’à présent il m’ignorait complètement c’était… intriguant et plaisant je devais l’avouer, mais ça jamais je ne l’aurais jamais exprimé de quelque façon que ce soit. Je me contentais de rester muet, à continuer de soutenir son regard alors qu’il s’exprimait.

J’avais presque envie de sourire, mais malgré tout je gardais mon air neutre. « Demain » Je n’attendais que ça à vrai dire, le jour de vérité, le jour ou enfin tout serait enfin dévoilé, le jour ou j’obtiendrait enfin satisfaction de tout ce chemin que j’avais fait pour en arriver là… enfin, restait à voir si le test ADN serait positif, mais au fond de moi je ne pouvais pas m’empêcher d’y croire, il était inconcevable que maman m’ai mentit ! Elle n’était pas une arnaqueuse, encore moins une profiteuse, sinon elle se serait surement débrouiller pour en tirer profit avant de… enfin, quoi qu’il en soit c’était juste impossible. J’esquissais un signe de tête en guise d’approbation, mais lorsqu’il évoqua l’éventualité que le test ne soit négatif avec sa voix menaçante, je me rétractais immédiatement, ma tête partie légèrement en arrière tendis que mes pupilles c’était rétrécis de terreur. Je ravalais ma salive avant de murmurer tout doucement

« o-oui… »

En fait j’espérais fortement que cette éventualité ne soit pas de la partie sinon je ne donnais pas cher de ma peau, vu comment Cobblepot avait réagis si le test échouait d’une façon ou d’une autre je pourrais surement me retrouver dans une sale galère ! J’avais tout à fais saisit le message et ce n’était pas la peine d’être plus clair. Dans mes yeux on pouvait lire une pointe de crainte, mais elle se dissipa rapidement lorsque mon hôte fit rappeler son homme de main pour me faire ramener à la voiture, il avait surement encore beaucoup à faire ici et je le comprenais. Je me laissais saisir par le bras sans opposer de résistance et suivit Dereck jusqu’à la limousine. La je retrouvais également Franck et une fois le véhicule déplacé j’attendis le retour de Cobblepot pour que nous puissions enfin quitter cet endroit.

Demain promettait d’être une journée chargée de révélation et je ne pouvais pas m’empêcher de me demander comment réagirait vraiment mon hôte s’il apprenait que j’étais bel et bien son fils étant donné qu’il était persuadé dur comme fer que ce n’était pas le cas. D’ailleurs… Comment est ce que je réagirais moi aussi ? Ca peut paraître étrange mais je n’en étais pas tout à fais sur. Nous verrons bien sur le coup, pour l’heure j’avais l’impression que la nuit ne viendrait jamais assez vite et que le lendemain était encore à des années lumière de se pointer…

End... [à suivre]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Souvenir d'une mère   

Revenir en haut Aller en bas
 
Souvenir d'une mère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Albert Cohen : Belle du Seigneur, Le livre de ma mère, etc.
» Notre Mère la guerre de Kris et Maël
» Le souvenir du coquillage.
» Ô Belgique, ô mère chérie, à toi nos coeurs ...
» Arrête ou ma mère va tier ! (Stop ! or my mom will shoot)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Gotham :: Gotham City :: East Side :: Cimetière-
Sauter vers: