RPG +16 ans
 

Partagez | 
 

 Une lumière dans la nuit. [PV Red Hood]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Firefly/Garfield Lynns

avatar

Localisation dans Gotham : Arkham

MessageSujet: Une lumière dans la nuit. [PV Red Hood]   Dim 30 Sep - 17:32

Une grande bâtisse déformait le paysage avoisinant. Autour d'une forêt, de grottes, et autres cadeaux de la nature s'élevait ce bâtiment. Une construction sombre, aussi bien aux niveaux de la structure que ces murs. Ils étaient imbibés de noirceur, de folie, tout cela à cause de ses pensionnaires. Mais vous devez vous demander de quoi nous parlons depuis le début de cette histoire, non ? Nous parlons de l'Asile d'Arkham, fondé par Amadeus Arkham, qui souhaitait venir en aide aux fous, et autre malades souffrant de troubles psychiques. Mais au fur à mesure du temps, elle est devenue le repaire des pires criminels de Gotham. Certains, comme Warren White, avait fait l'erreur de s'y aventurer, d'autres, comme notre bon vieux Joker, ou Double-Face, y avait parfaitement leur place. Mais ce n'était pas les personnages centraux.

Il était là, dans sa prison aux murs épais, le regard vide. Il regardait une sorte de dessin, une petite flamme au mur. Ceci le passionnait, et il ne pouvait pas en détacher le regard. C'était son obsession, on le lisait sur son dossier médical. On le lisait partout. Deux gardes arpentaient alors le long couloir, et pas n'importe lequel, le secteur fermé, le plus protégé, là où Freeze, Joker, Double-Face et Ivy avait passé une partie derrière les barreaux.


- Il te fait pas flipper toi ? s'écria un des deux gardiens.

- A vrai dire, on est entouré de fous, alors on apprends vite à les ignorer.

- Mais celui-là, il arrête pas de me fixer.

- Tu t'y feras . Sa fais combien de temps que t'es en service ici ?

- Une semaine, pourquoi ?

- T'aurais dû trouver mieux.


Rien de mieux pour relaxer la bleusaille, celui-ci avait de longues gouttes de transpiration, signe d'angoisse, qui coulaient le long de son front, et de ses joues. Il ne savait pas vraiment où il avait mit les pieds, et son collègue, ne cherchait pas à le rassurer. Ils avancèrent tout les deux un instant, et regardèrent alors la grande porte blindée face à eux :

- Bien, là c'est la sortie du bloc D. Tu peut y accéder que par empreinte rétinienne et digitale, on a eu suffisamment de problèmes pour en venir à de tels extrémités. Donc les tiennes seront enregistrés bientôt sur la base de données, disons dans deux trois jours.

- D'accord.


Ils rentrèrent alors dans une salle, où l'on trouvait beaucoup de caméras, calée chacune dans une de ses grosses prisons de sécurité. Et dans chacune, on pouvait observer un prisonnier, parfois libre de ses mouvements, parfois non. Mais très vite, ils se centrèrent sur une cellule :

- C'est qui lui ?

- Garfiel Lynns.

- Firefly ? Ce mec me file la trouille !

- Pourtant ce n'est qu'un pyromane de bas-étage. Il a toujours été un raté.

- Alors pourquoi le mettre en camisole ? et même, l'attacher comme ça à une chaise ? C'est ... pas humain.

- Parce qu'on a eu trop de problèmes avec lui, il fait enflammer la moindre chose, il a été donc plus sage de l'attacher. Quand à la muselière, c'est aussi parce qu'il avait attaqué un gardien à la gorge. Ce type est fou. Il est diaboliquement intelligent, mais fou, à cause de son obsession pour le feu. Le mois dernier, il a cramé un autre détenu en lui balaçant du Napalm sur la tronche. Oui t'as bien entendu .

- Mais comment ?

- Il avait piqué des savons, et de l'essence. C'est pour ça qu'on la mit ici. On ne veut plus prendre de risques.


Il les regardait, toujours avec son regard vide. A vrai dire, on le croyait mort. Une perfusion avait été posée pour lui permettre de le nourrir, sans lui retirer sa camisole. Le seul signe de vie qu'on pouvait remarquer, c'était le bref clignement de yeux qu'on arrivait q'à entrevoir si on y faisait attention. Cela faisait trop longtemps qu'il était ici, il était en train de se ramollir. Il regardait ce dessin avec passion, comme pour un signe de liberté, liberté qu'il retrouveras si on lui ôte ses chaînes. Mais quels seraient les risques à libérer un fou pareil ? Personne ne pouvait le prévoir.

_________________



Dernière édition par Firefly/Garfield Lynns le Jeu 1 Nov - 11:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jason Todd / Red Hood

avatar

Localisation dans Gotham : un peu partout

MessageSujet: Re: Une lumière dans la nuit. [PV Red Hood]   Mar 2 Oct - 14:00

L’Asile d’Arkham… un bâtiment semblant isolé du monde entier de par cet étrange aura qui s’en échappe. Un nuage de folie flotte tout autour de la bâtisse qui donne l’impression d’enfermer une nouvelle dimension. De loin et pour les inconnus elle pourrait presque faire penser à une vielle maison hantée. Un lieu isolée de la foule car personne n’ose s’aventurer ne serait-ce qu’à quelque mètres des immenses grilles qui recouvrent les murs et compose le portail d’entrée de la cour. L’asile abrite toute sorte de gens allant du simple bipolaire au plus grand psychopathe et pour cause de nombreux criminels y ont longtemps séjournés ou bien y séjournent encore. D’ailleurs, je fais partie du peu de personnes ayant résidé ici et a pouvoir en sortir, mais je peux me venter –ou pas allez savoir- d’avoir déjà connu la froideur de ses murs sobres et de ses médecins peu accueillant pour tout dire, cet endroit me fait bien plus penser à une prison qu’à un bâtiment médical.

Alors qu’est ce qui me pousse à y retourner aujourd’hui, c’est bien simple, je ne le comprends pas vraiment moi-même il me semble que si certaines choses c’était déroulé comme je l’avais prévu je n’aurais jamais eu à revoir la face décrépite de ce bâtiment sordide qui me rappelle tant de mauvais souvenirs. Quand je pense que j’aurais du posséder certaines information me permettant de me faire une nouvelle base de donné concernant les criminels de la ville et qu’au lieu de ça je me retrouvais à faire les course pour Oswald Cobblepot dit Le Pingouin ca me rendais malade. Et je pense d’ailleurs que mon calvaire était loin d’être fini, au contraire il ne faisait que commencer. D’autant plus qu’ici… on connait bien le fameux Red Hood. Rien d’étonnant à cela puisqu’il ou plutôt j’avais été envoyé ici il n’y a finalement pas si longtemps

J’étais encore loin de la bâtisse mais je restais là un petit moment à observer les alentours, jeter des coups d’œil à droit et a gauche, je tiens dans mes mains un dossier avec à l’intérieur une foule de document, donc un avec une photo d’identité dans le coin supérieur gauche. Elle me montre la personne que je dois sortir de cet enfer puisque c’était là comment j’allais payer la commission d’arme que j’avais demandé au Pingouin puisque je n’avais pas pu obtenir les informations que je souhaitais. Garfield Lynns alias Firefly, interné pour pyromanie compulsive, ce mec n’était certainement pas un marrent pour s’être retrouvé ici, et bien que je me demandais ce que Cobblepot allait bien pouvoir en tirer, je décidé de ne pas me poser plus de question. Après tout je n’étais pas là pour réfléchir, mais pour organiser une évasion bien ficelé. Je vérifiais tous le matos que j’avais emporté pour l’occasion, surement que l’Asile se souviendrait longtemps de ce coup de théâtre, en tout cas je l’espérais. Prendre un peu ma revanche sur tout ces gus allait être un plaisir.


« Que les jeux… commencent »

J’escaladais sans problème le portail qui permettait de pénétrer dans l’enceinte extérieur de la bâtisse, je me retrouvais alors dans les jardins. La nuit était tombée depuis à peine quelque heure et les lampadaires éclairaient les allées qui menaient au bâtiment en lui-même. Me dissimulant à l’ombre d’un buisson, je feuilletais le dossier de Lynns, il y avait absolument toutes les infos qui me permettrait de dénicher sa cellule en deux, deux et de le sortir de là, c’est surement cette partie là de la mission qui allait être la plus intéressante, parce que pour l’instant, l’infiltration c’était d’un ennuie mortel ! Je me déplaçais dans les jardins, avec pour seul repère un bout de plan qui se trouvait également dans le dossier de Firefly, mine de rien ce truc était vraiment complet. Une fois arrivé devant le bâtiment je me mis à escalader la bâtisse en prenant soin d’éviter la fenêtre aux volets encore ouvert, il y avait de grande chance que le médecin y face encore quelques tour de rondes, et puis ce n’était pas ce secteur là qui m’intéressait. Une fois arrivé tout en haut je m’apprêtais à entrer par une trappe pour atterrie dans un couloir qui selon mon plan, était juste au dessus du niveau ou était enfermé Firefly, il allait encore falloir traverser tout un couloir et descendre un étage pour parvenir jusqu’à sa cellule et surement que les gardiens foisonnaient à cet endroit puisqu’il s’agissait du quartier le plus sécurisé d’Arkham. En tout cas jusqu’ici je ne pouvais que constater que les mesure de sécurité extérieur était assez exécrable… espérons qu’ils feraient mieux une fois à l’intérieur, ca me démangeait presque de ne pas avoir d’action, mais il y a des moments ou il faut savoir préparer son entrée.

Après avoir fait un rapide tour du regard des environs, je me décide finalement à entrer dans le bâtiment. Pour l’instant tout ce passe bien, il n’y a visiblement personne dans ce couloir, ça me parait presque étrange, mais ne nous plaignons pas d’avoir la tâche facile et avançons plutôt. Je suis plaqué contre un mur, une arme dans ma main droite combiné à un silencieux pour éviter de rameuter toute la garde si jamais je me dois de tirer pour pouvoir avancer, je doute bien que ce sera insuffisant, mais bon c’est déjà quelque chose. Je suis même sure que l’endroit est truffé de caméras de surveillance, mais si je les brouille avec mon émetteur IME les gardiens qui s’occupe de surveiller les écrans s’en rendront immédiatement compte et adieu l’effet de surprise. Alors pour pallier à ca, j’avance millimètre par millimètre, prenant soin d’éviter chaque retour de caméra visible, en espérant que la pénombre des couloirs me camouffle suffisamment, mais mon casque rouge vif doit quand même rendre pas mal visible sur un fond aussi sombre, c’est toujours moins risqué que de se pointer le visage à découvert au moins.

J’arrive dans une cage d’escalier, il faut que je descende d’un étage pour arriver au niveau qui m’intéresse, mais cette fois je sens bien que ce ne sera pas qu’un simple jeu du chat et de la souris avec les caméra vidéo, alors que je descend chaque marche avec toujours plus d’attention je me fais surprendre par un gardien qui monte l’escalier, ni une ni deux je lui balance mon pied en pleine figure appuyant mes deux mains sur les rambardes pour l’assommer, mais l’onde de choc raisonne dans un grand boom… bonjour la discrétion, j’aurais mieux fais de le descendre. J’accélère un peu le pas, s’il à de la chance il s’en sortira peut être avec un traumatisme crânien et le nez en miette. J’arrive alors dans le couloir le plus protégé d’Arkham, ça va être la débandade d’autant plus que je suis persuadé que mon petit ami gardien à fait un tel bouquant dans sa chute qu’il à surement rameuté tout une garnison de gars près à me fumer ! Et c’est le cas de le dire… à peine j’ai fais quelque pas dans l’allée qu’une foule de gardes se ruent sur moi. Cette fois je ne vais pas me contenter de leur coller un coup de poing dans la tronche, pour l’instant je vais tenter de m’en tirer avec mon flingue en silencieux, mais si la situation dégénère trop tant pis pour la discrétion on sortira le grand jeu !


« Enfin ! Je me demandais quand est ce que vous alliez vous montrer les mecs ! »

C’est partit, je me lance à l’assaut des gardes avec une fougue sans précédent, je vide petit à petit mon chargeur, éliminant les ennemis stratégique et me contentant de repousser les autres à coup de mandale ou de boots dans les dents, mais je suis loin d’en avoir terminé et pourtant alors que je traverse le couloir de cellule j’ai beau chercher je ne trouve toujours pas celle de l’homme que je dois dégotter…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Firefly/Garfield Lynns

avatar

Localisation dans Gotham : Arkham

MessageSujet: Re: Une lumière dans la nuit. [PV Red Hood]   Mar 16 Oct - 18:56

Firefly restait fixe, il continuait à fixer ce grafiti qu'il avait fait, quelques jours plutôt, on aurait dit un vieux retraité hypnotisé par sa télé. Il était toujours ligoté, disons même attaché à sa chaise, dans sa camisole. Il ne pouvait crier, sa musolière ne laisserait qu'échapper des petits bruits sourds, et même, il n'en avait pas l'envie. Il préférait regarder ce dessin. Malgré les coups de feu a répétition, résonnant dans les murs, Garfield restait stoïque, imperturbable. Ce manque d'immobilisme n'était pas partagé par les gardes de la prison ...

- Johnson ! prenez votre flingue, y'a quelqu'un qui est rentré sans autorisation !

- Yes sir !


Le dit Johnson fit un signe en tournoyant sa main, et les différents hommes autour de lui ouvrirent des casiers pour enfiler des gilets kevlar, casque d'anti-émeute, tout le matériel nécessaire pour contrer l'arrivée de cet intrus. Johnson hurlait divers ordres tout en préparant ses hommes, vérifiant si leurs armes étaient bien chargés.

- Allez les gars on se bouge !

Les gars hurlaient dans tout les sens, s'équipant maladroitement pour certains. Certains priaient, pour leur vie sans aucun doute. Il se doutait que l'homme en face n'était pas n'importe qui. Il chargèrent leurs armes et plusieurs troupes commencèrent à se rendre là où se trouvait Red Hood. Ce fut chose aisée grâce aux divers caméras de surveillance.

- Il se trouve dans l'aile A ! Veillez qu'il n'y sorte pas !

Etrange par ailleurs, car l'aile A détenait la plupart du temps des détenus dit "normaux" comparés aux tarés d'Arkham. C'était par ailleurs là où se trouvait Garfield, normalement. Mais ses excès de folie l'avait fait déplacé dans l'aile D, avec les autres plus grands malades, et ça, le dossier ne devait sûrement pas l'énoncer. Les gars descendaient les escaliers en hâte, avec toute leurs armures, qui devianet peser une dizaine de kilos facilement. Ils arrivèrent derrière une porte, où l'un d'entre eux se plaça derrière, tout en s'adressant au centre de contrôle :

- Contrôle, où se situe la cible ?

- Dans l'aile gauche, vous n'y êtes pas tout à fait. Traverser encore un couloir et vous y serez.

- Merci contrôle, avez-vous l'identité de la cible ?

- Jason Todd, alias Red Hood. Un connu de nos services bien entendu, il a séjourné ici.

- Mais pourquoi y retournez ? Qui cherche-t-il à libérer ?

- Nous le saurons bien assez tôt .


Les gardes enfoncèrent la porte, et foncèrent jusqu'à la porte suivante. Puis il lancèrent plusieurs grenades fumigènes, tout en enfonçant la porte. La suite promettait d'être corsée ...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Jason Todd / Red Hood

avatar

Localisation dans Gotham : un peu partout

MessageSujet: Re: Une lumière dans la nuit. [PV Red Hood]   Mer 17 Oct - 16:32

Tadaam ! Je savais bien que tout au tard l’ambiance allait être plus animée dans ce petit couloir silencieux et chiant come la pluie. Depuis mon arrivée à l’Asile d’Arkham –pas en tant que prisonnier hein mais plutôt en tant que libérateur- tout été resté calme et morbide comme à son habitude. Il fallait dire que ce bâtiment était loin, très loin de respirer la joie de vivre, la plupart des gens enfermé là dedans son des jobards ou des psychopathes en tout genre, y en a bien quelques uns qui n’ont pas fait de mal, mais s’ils sont là c’est surement pour les empêcher d’en arriver à ce stade. Cette réflexion venait même jusqu’à m’intriguer, alors si on m’avait interné à Arkham c’est simplement parce que j’ai tué deux, trois bridant sans grand intérêt ? Oui bon d’accord… deux, trois c’était peut être pas le chiffre exact, mais ce n’était que des criminels, des êtres sans foi ni loi qui ne pense qu’au blé et à faire régner la terreur dans Gotham, fallait bien que quelqu’un s’occupe du nettoyage puisque ce mou du genou de Batman ne semblait pas s’en préoccuper plus que de raison. Et puis qu’ils s’estiment heureux, je n’ai pas encore déclenché de génocide, bien que ce ne soit pas l’envie qui m’en manque.

Mais à réfléchir et réfléchir, on se rend vite compte que la réalité fini toujours par nous rattraper, et maintenant que j’avais cogné un type j’allais me retrouver avec une cargaison d’homme au train. Adossé contre un mur je les entendais s’agiter bêtement comme de malheureuse fourmis s’en allant chasser, s’ils pensaient m’arrêter simplement parce qu’ils portaient un kevlar pour la plupart ils se fourraient le doigt dans l’œil jusqu’au coude ! Pourtant ils arrivaient en grande masse et je constatais avec un certain amusement que tous n’avaient pas pris les précautions nécessaires pour se mesurer à moi, cela serait très facile à abattre, d’ailleurs c’est sur eux que vinrent se perdre les premières balle de mon chargeur, pour les autres je me contentais de les esquiver en leur passant par-dessus ou en leur envoyant de bon coup bien placé. Mais plus j’avançais et plus j’avais l’impression de me retrouver dans un cul-de-sac, et j’avais beau chercher avec le plus d’attention dont je pouvais faire preuve alors que je devais me farcir les asseaux des gardiens, je ne retrouvais pas la cellule de ce maudit Firefly. Ah il est beau le plan de Cobblepot !! Complètement inutile oui !

Les gardiens se ruent un à un sur moi, ils sont beaucoup et armé, et bien en plus. Mais ce n’était pas comme si c’était la première fois que je me retrouvais à affronter plusieurs ennemis en même temps. Je n’irais pas jusqu’à dire que j’étais en galère, mais n’empêche tout ce bordel, ça commençait à faire du monde contre moi, et en plus je m’approchais presque du mur de fond du couloir et toujours aucun signe de la présence de Lynns dans les parages, bordel j’étais bien avancé maintenant. Alors je fus forcé à faire demi-tour, une fois arrivé au bout de l’allée et bien entendu les gardes n’en avait pas profité pour aller se prendre un café, non, ils étaient tous là, leur armes braqué sur moi et près à faire feu. Oops… est ce que je devais me considéré comme cuit ? Naaaan !


« Mais vous avez tous l’air en forme, j’vous ai manqué on dirait !! »

Personne ne semblait amusé par ma réplique, dommage et moi qui espérions au moins un ou deux sourire, quedal ! Tssh ces gus n’avaient décidément aucun sens de l’humour. J’avance doucement vers le groupe, les bras en l’air comme si je me rendais, ma main droite garde mon arme serrée, le canon pointé vers le plafond je m’arrête bien en face d’eux et attend quelque secondes… le temps est comme suspendu et on dirait presque que plus personne ne respire, un bref temps mort qui n’allait pas tarder à durer…

« Et bien vous, vous ne m’avez pas manqué du tout !!! »

Sur ces mot je tire une balle à la verticale, elle vient se loger dans le néon qui éclaire le couloir et l’éclate complètement, la lampe produit une foule de petite étincelle avant de plonger toute la voie dans la pénombre, dans la panique, quelques un des gardes ce mettent à tirer à l’aveuglette, et comme mon ancien mentor me l’a appris, je parviens à me dégager rapidement de là, mais maintenant que le couloir entier est dans le noir c’est plus difficile de me repérer, et malheureusement pour moi une balle perdue vient érafler mon épaule, laissant une belle marque de brulure qui commençait à saigner. OK il voulait la guère, ils allaient l’avoir, je sorts mon second Glock et élimine un a un les gardes qui se trouvent près de moi puis je me saisis de l’un deux par derrière mon avant bras en clef d’étranglement contre sa gorge. Je serre, si je continue comme ça il va finir étouffé, mais ce n’est pas ce que je veux. Je m’assure de le désarmer d’un bon coup de genoux dans la main et me sert de lui comme d’un bouclier au cas où les autres chercheraient à me descende. Je profite donc de mon bref avantage pour poser une question au garde

« Où se trouve la serrure de Garfield Lynns ? Tu dois le savoir non ? »

Finalement, l’homme se décide enfin à parler, évidement je ne risquais pas de le trouver ici puisque j’étais dans la mauvaise aile, mais bien évidement mon plan était sans doute trop périmé pour m’indiquer le bon endroit. Alors c’est avec les gardes au trousse que j’entame ma course vers l’aile D, la où se trouve tous les gros taré d’Arkham, la ou le Joker a jadis été enfermé. J’arrive dans trop d’embuche a destination mais j’ai l’impression qu’en quelques minutes le nombre de gardiens à triplé… pas bon, pas bon du tout, c’est pas des flingues qu’y me faudrait c’est une kalachnikov ! Je me mets à courir dans l’allée en espérant que cette fois je suis au bon endroit. Cette fois je ne serais pas aussi patient. Dans ma course je hausse la voix si bien que toute l’aile D doit m’entendre.

« Hey Garfield Lynns!!!! Tu m’entends ? J’espère que t’es là parce que j’me farcirai pas un autre couloir plein de gardes!!! »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Firefly/Garfield Lynns

avatar

Localisation dans Gotham : Arkham

MessageSujet: Re: Une lumière dans la nuit. [PV Red Hood]   Mar 23 Oct - 20:27

Que pouvais entendre notre homme ? Sûrement pas grand chose. Il était actuellement sous sédatif, a baver comme un légume. Mais qu'étais devenu notre Garfield ? Comment, ce criminel de seconde zone, était arrivé à être interné à Arkham dans l'aile des tarés d'Arkham ? Beaucoup, beaucoup le considéraient comme un faible, comme une larve. Mais il avait profondément changé. Il avait entendu des échos de dehors. Le Joker se serait-t-il ramollit ? La ville de Gotham se portait bien ? Ce n'était que des rumeurs, et pourtant, ceci mit Garfield dans un état plutôt étrange. Il se mit alors à réfléchir, beaucoup réfléchir, comme il n'avait sûrement jamais fait. Toute sa vie, on l'avait traîné dans la boue. Maintenant, il était tant de se faire connaître, de montrer aux grands ce dont il était capable. Avec l'arsenal dont il disposait au Vésuve, il se battrait sans aucun doute un petit Empire, grattant les anciens territoires de Black Mask, et Harvey Dent, qui avait disparut de la circulation depuis longtemps. Il avait des idées noires, et cela lui permmetrait qu'on le classe parmit les plus grands, là où était sa place depuis longtemps. Le Joker ? Il faiblit, il devient mou, rien de plus facile pour faire un coup bas, et prendre le dessus sur lui.

La seule personne active dans cette ville, c'était le Pingouin. Bon en affaires, il gérait son entreprise trop tranquillement. Il n'avait plus trop de guerres de gangs à gérer. La ville était trop tranquille. La Ligue des Ombres ? Talia Al Ghûl opérait depuis les ombres, et se fichait totalement des territoires. Il fallait armer le peuple à présent. Il faut renverser cette tendance. Gotham n'est redevenue qu'une ville banale, où les criminels ne voient pas plus loin que leur profit personnel. Il faut que sa change, et Garfield se voyait déjà, tel l'archange Gabriel, il sera porteur du message de l'Apocalypse. Gotham replongeras bientôt dans le chaos qu'elle a connu.

Mais voilà, son cerveau avait beau fonctionné, le reste ne suivait pas, un long filament de bave traînait et coulaient de sa joue et de fines gouttes tombaient sur son genou. Il l'avait bien cherché pourtant, mordre un garde jusqu'au sang l'avait propulsé ici. Des coups de feu résonnaient, mais qui cela pouvait bien être ? Il tentait de faire bouger son bras, mais il n'y arrivait, il était complètement dans un état pitoyable. Comment pourrais-t-on le voir, dans cet tenue, l'entravant de tout mouvement. Il pensa :


*Appelez ... Comment ... Sortir ... Maintenant ...*

Son cerveau était encore flou. Il fallait s'en sortir, tout de suite, et maintenant. Mais rien à faire, il n'arrivait pas à bouger.
Les coups de feu étaient de plus en plus proche, et un bruit lourd se fit entendre. La porte était à présent enfoncée, et plusieurs personnes avaient l'air de débarquer dans le couloir. On entendit plusieurs coups de feu, des bruits de personnes qui s'effondraient ... Bref, Garfield, en entendant ceci, se disait qu'on venait sûrement libérer Clayface, ou Freeze, mais en aucun cas il aurait pensé à se qui allait suivre :


« Hey Garfield Lynns!!!! Tu m’entends ? J’espère que t’es là parce que j’me farcirai pas un autre couloir plein de gardes!!! »

Mais malheureusement, notre pauvre Garfield pouvait à peine remuer ses paupières. Comment pouvait-t-il parler ? Dans son esprit, il était plus que blasé de la situation. Mais avec un peu de chance, peut-être que son libérateur pourra voir son nom, inscrit sur une pancarte, devant sa cellule. C'était l'ancienne cellule d'Arnold Wresker, mais depuis sa mort, elle demeurait inoccupée. La porte de l'autre côté du couloir commença alors à remuer. Sûrement d'autres gardes, qui venaient à la rescousse. La situation était plus que fâcheuse, nos deux comparses allaient devoir faire vite pour sortir d'ici...


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Jason Todd / Red Hood

avatar

Localisation dans Gotham : un peu partout

MessageSujet: Re: Une lumière dans la nuit. [PV Red Hood]   Jeu 25 Oct - 17:22

Aucune réponse à ma question et pourtant on ne pouvait pas dire que je n’avais pas assez haussé la voix, elle avait raisonné si fort qu’elle avait même surplombée les quelques coups de feu qui raisonnait plus bas dans le couloir que je venais de quitter. J’étais rapide et habille avec mes deux armes aux taqués ! Mais je n’étais surement pas le seul a avoir la forme ce soir, en effet avec tout le grabuge qui avait eu lieu dans l’aile ou j’avais foutu la pagaille, tout l’asile était maintenant au courant que Red Hood était là et qu’il allait essayer de faire évader Garfield Lynns, dit Firefly. Enfin, il le ferait évader s’il le retrouve avant… non parce que dans mon cas je fonçais complètement à l’aveuglette, j’avais abandonné mon dossier tout ce que j’avais maintenant c’était l’information du garde, le nom et prénom et le visage de l’homme que je recherche en tête… j’ai été contrains d’abandonné le reste dans la débandade, tant pis, si toutes les infos étaient aussi bien foutu que mon plan même pas d’actualité je préférais encore agir au pif !

Alors je me contentais de courir tout droit, essayant de barricader le chemin avec tout ce qui pouvait me tomber sous la main, une chaise, une table basse, une plante verte, n’importe quoi qui ralentirait la course des gardiens de l’Asile, mais c’était peine perdu, il en arrivait de toute les portes… y avait même des portes invisible et des mecs qui sortaient de ces entrée… tout cas pour un malheureux mec, il était si important que ça ou quoi ? Ou alors c’est l’appât du gain qui pousse tout le personnel à me courir après… en même temps on a rarement vu des gens s’introduire dans Arkham pour faire évader des internés ou alors y faisait ça avec silence et discrétion, mais vu que je les connais pas moi ces deux là beeen j’avais pas d’autre choix que de faire sans. Je réitérais ma question en laissant une fois encore échapper ma voix dans le couloir mais une fois encore personne ne répondit, est ce qu’il était vraiment ici au moins ? Et si le garde m’avait baratiné ? Si c’est le cas il ne finira pas la soirée en vie c’est moi qui le dit.

Je vide mes chargeurs sur les gardes, heureusement l’étroitesse du couloir est à mon avantage, même s’ils portent presque tous des kevlars, ce n’est pas ça qui leur sauvera la vie. D’autre gardiens arrivent en face de moi, j’envois mon poing valser contre le nez du premier ca fait un craque sous l’impulsion, ouch ça doit faire mal !! Celui derrière lui s’effondre sous le poids de son collègue qui lui tombe dessus, et celui de derrière également. C’est marrant, j’ai presque l’impression de jouer aux dominos géants. Pour le prochain c’est un bon shoot dans la tempe qui le calme, celui là ne se relèvera pas, tant pis, pas le temps pour les cérémonies, sous l’effet de choc, les autres s’écartent un peu et grâce à une bonne impulsion de mes jambes je parviens à prendre un peu d’avance sur eux.


« ET MERDE ! Elle fait combien de kilomètre cette ligne droite ! »

Je regarde à la vitesse de l’éclaire les noms gravé sur les plaques, beaucoup d’interné semble vouloir prendre la place de Lynns à ce que j’entends, mais je ne m’arrête pas pour autant, ils ne m’intéressent pas, c’est Firefly que je veux. Et justement, il me semble enfin que je viens de dépasser sa cellule sous l’empressement. Je reviens sur mes pas et je tombe sur un mec qui semble dans un état proche de la léthargie entièrement camisolé et muselé son regard perdu dans un vide intersidéral… Hey Ducon ! Si t’étais là pourquoi tu m’as pas répondu ! Ca me brulait les lèvres de lui balancer cette remarque au visage, mais honnêtement l’heure n’étais pas aux remontrances. Je ne peux malheureusement pas ouvrir la porte il y a un code d’accès qui la protège et ca me prendrait un temps fou de tout pirater.

Je n’ai pas le temps de réfléchir plus longtemps qu’un des gardiens me saute carrément dessus, je tombe sous son poids et notre chute raisonne dans le couloir. Il reste affalé sur moi et essais de m’empêcher de bouger je n’apprécie absolument pas la tournure que prend les choses, mais au final il va peut être me servir à quelque chose


« Désolé mec, mais je suis pas de ce bord alors vire tes pattes ! »

J’attrape sa tête entre mes main et lui envois un coup de boule qui marquera surement ses neurones toutes sa vie, sur le coup il s’effondre, j’en profite pour récupérer la clef magnétique qui ouvre la porte et tadaam opération terminé, mais Firefly -si c’est bien lui parce que vu son attitude je commence franchement à douter – ne semble pas plus enjoué que ça, voila comment on vous gratifie alors qu’on risque sa peau pour un sauvetage ! Je le fixe une seconde et puis je me souviens qu’il y a de l’ambiance dans le couloir alors je me dépêche de retirer la camisole de force qui entrave Lynns et tout ce qui le rend prisonnier, mais il à l’air aussi réactif qu’un concombre qui viens de pousser… j’ai l’impression que ça va pas être de la tarte de le tirer de là ! Je le fixe dans les yeux à travers mon casque rouge avant de lui demander.

« Tu peux bouger au moins ?? »

Oui, oui les présentations se sera pour plus tard on s’en fou qu’y sache pas qui je suis le plus important c’est de se tirer vite fait !!!

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Firefly/Garfield Lynns

avatar

Localisation dans Gotham : Arkham

MessageSujet: Re: Une lumière dans la nuit. [PV Red Hood]   Ven 2 Nov - 10:23

Un gros bruit. Cela résonne dans le crâne de Firefly tel les cloches lors de la messe du dimanche. Il vit alors la porte s'ouvrir, et un homme rentrer dans sa cellule : un gardien ? Un mec qui veut profiter de son état léthargique pour le passer à tabac ? Il voulait sans doute se venger des actes barbares que notre vieux Garfield avait commis quelques heures auparavant. Il avait l'habitude qu'on vienne le tabasser de la sorte. On le shootais, puis ils entraient pour s'amuser un peu. Des lâches, tout autant qu'ils sont. La pénombre ambiante dans la cellule rendait alors toute reconnaissance impossible. C'est pourquoi pour se venger, Firefly s'attaquait au premier maton, histoire de remettre les compteurs au même point. Mais tout ce bruit avant, c'était assez inhabituel.

Il sentit alors une main le détacher, lui retirer peu à peu ses entraves. Quel genre de maton peut faire ça ? Un masochiste, non ? Toute manière, Firefly peinait à bouger le petit orteil, il n'arrivait pas à se lever. Une forme floue apparût alors devant son visage, aussi prêt qu'il pourrait la toucher. Il entendit alors :


« Tu peux bouger au moins ?? »

Firefly tenta alors de bouger ses lèvres, mais sans succès. Rien à faire, le sédatif faisait encore son effet. Il devait faire en sorte de vaincre ces effets incapacitants. Sa vue revenait peu à peu, mais pour l'instant, celle-ci demeurait mauvaise. Son étrange libérateur l'intriguait. Pas de présentation, bien entendu, mais ce casque rouge lui rappelait des souvenirs. Mais avec un cerveau qui fonctionne au ralenti, vous imaginez que Garfield ne perdit pas de temps avec ce détail. N'étant plus attaché, Garfield sentit son poids le basculer en avant, et il finit alors par s'étaler au sol, face contre terre, toujours avec son regard livide. Quelle larve il faisait ! Mais pire que cela, pourquoi l'avait-t-on drogué ainsi ? Cela ne présumait rien de bon .

* Il faut que j'arrive à bouger ... C'est maintenant, ou jamais ...*

Il fallait bien entendu, que tout cela empire. Car oui, des bruits de pas se firent encore entendre. Au point où on était, quelques gardes de plus n'étonnaient pas franchement. Mais cette fois-ci, ils avaient l'air mieux organisés. Depuis le temps où Jason avait été repéré, il s'en était passé des choses. Le GCPD était à présent là, ainsi que le SWAT, Des hommes armés d'armes automatiques, de gilets para-balles, casques, et incroyablement bien organisés avait investi l'Asile. Tout ce bazar, suivi de la pluie de cadavres, avait provoqué plusieurs appels affolés, d'où la situation présente.

- Echo, ici Alpha-3, en position.

- Très bien, Alpha-3, à tous ! le suspect répond au nom de Red Hood alias Jason Todd. Vous avez autorisation d'abbatre le suspect à vue. Je répète, autorisation d'abbatre le suspect à vue !

- Echo, as-t-on prévu d'autres effectifs ?

- Dans le pire des cas, il y a la Garde Nationale. Mais je doute qu'on en arrive là.

- Très bien, au boulot les gars !


Les commandos avançaient très prudemment, usant de n'importe quel couvert, ce qui pouvait les rendre difficile à toucher. De plus, leurs gilets pare balles les protégaient des tirs à longue distance. Casqués, possédant un arsenal qui fait rougir l'Oncle Sam, on aurait cru qu'une scène de guerre urbaine allez se profiler dans l'Asile ...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Jason Todd / Red Hood

avatar

Localisation dans Gotham : un peu partout

MessageSujet: Re: Une lumière dans la nuit. [PV Red Hood]   Mar 13 Nov - 16:06

Pas le temps de s’attarder dans la cellule de Lynns… quelque chose de terrible se préparait je le sentais bien, et pourtant alors que je finis de détaché le pensionnaire, celui-ci ne semblait pas plus actif… en fait il ne répondit même pas a la question que je lui avais posé. Soit il se fichait totalement de moi, soit il était sourd, soit y avait autre chose. J’allais réitérer mes paroles mais avant même que je ne puisse ouvrir la bouche, le corps de Firefly plongea lentement en avant pour rapidement se retrouver au sol. J’arquais un sourcil derrière mon casque. Il ne parvenait même pas à tenir tout seul sans le soutien des liens qui l’emprisonnaient. Cette fois c’était clair, Garfield Lynns avait été drogué et maintenant il n’était plus qu’un poids mort même plus capable de réfléchir correctement. C’est vrai que certains patients jugés dangereux sont souvent mis sous sédatif pour éviter que les gardiens ne soient mis en danger. Mais même le Joker qui était un beau malade n’avait jamais eu droit à se traitement alors pourquoi lui ? Qu’est ce qu’il avait bien pu faire pour se retrouver dans cet état ? En tout cas on pouvait dire qu’il avait piqué ma curiosité et de toute façon je ne pouvais pas le laisser comme ça. Ma mission consistait à le ramener au Pingouin et je l’accomplirai d’une façon ou d’une autre.

Seulement voila, comment est ce que j’allais pouvoir le trainer jusqu’à la sortie alors qu’il n’était rien d’autre qu’un légume incapable de marcher ? J’allais quand même pas le porter sur mon dos, ça aurait été m’exposer a de grands risques et je n’étais pas venu à Arkham avec l’intension de signer mon arrêt de mort. Je regardais le corps inerte de Lynns avec un certain dédain avant de pousser un soupir. Puis je m’accroupis face à lui en espérant que même s’il ne pouvait pas me répondre au moins il m’entendrait.


« Ecoute moi Lynns, chuis venu pour te faire sortir d’ici mais une chose est sur j’vais pas me laisser descendre par les gardes alors si tu pouvais faire l’effort de te bouger un peu ça serait sympa ! »

J’étais bien conscient qu’il ne pourrait pas se lever tout de suite pour danser le quadrille, mais avec un peu de chance, il finirait par vaincre les effets de la drogue qu’on lui avait injectée d’ici un petit moment. Je tenais pas tant que ca à me le trimbaler sur tout le chemin du retour. En attendant qu’il émerge, je l’attrapais par les assaille pour le soulever et passer l’un de ses bras autour de mon cou, enfin je m’accroupis légèrement afin de faire basculer tout son corps sur mon épaule, le maintenant avec mon bras. De cette façon je pourrais le transporter plus ou moins facilement, c’est qu’il pesait quand même un bon poids le pyromane, et puis de cette façon je ne pouvais plus non plus utiliser mes deux armes en même temps. Espérons que ca suffise quand même.

Alors que je m’apparaîtrais à sortir de la cellule avec mon « colis » je constatais avec horreur que les gardiens de l’asile avait certainement appelé du renfort. J’en entendais arriver de tous les côtés… le GCPD, et d’autres forces d’élites surement bien plus dangereuses que tout le personnel d’Arkham réunis. Comment est ce que j’allais réussir à sortir d’ici ? Et avec Firefly sur le dos j’étais obligatoirement ralentit. Y a pas à dire, j’étais vraiment dans le pétrin. Mais il fallait que je bouge, je n’allais pas me laisser enfermer une nouvelle fois. La tension était à son comble, une ambiance lourde et pesante comme si les hommes armés n’attendaient que de m’apercevoir pour faire feu. Je les entendais, ils n’étaient plus loin, je n’avais plus qu’une solution, me cacher et emprunter une nouvelle voie pour m’enfuir.

J’observais les alentours, un long couloir en ligne droite parsemé de nombreux obstacle que j’avais moi-même disséminé en arrivant jusqu’ici, il y avait aussi les gardiens qui étaient toujours sur leur gardes, mais pas très loin… une fenêtre. J’étais au deuxième étage et c’était on ne peu plus risqué mais c’était toujours mieux que la fusillade. Mon arme dans une main cette fois je n’avais plus le choix. Je me mis à courir ce qui attira l’attention des gardiens, mais je pouvais encore profiter que les renforts n’étaient toujours pas à mon niveau. Une nuée de balle s’abattit dans ma direction, je parvenais à les éviter tout en essayant d’éviter le pire à Lynns, bien qu’il puisse me servir de bouclier, je me doutais bien que le Pingouin ne voulait pas d’un Firefly transformé en passoire. Malgré mon adresse, certaine des munitions m’avaient atteinte au bras droit, celui qui me servait à maintenir Lynns, du sang commençait à s’écouler des plaies tandis que je retenais mes cris de douleur. En passant à nouveau devant les escaliers, je constatais que les forces d’élites étaient enfin arrivées jusqu’à nous, heureusement je parviens à les esquiver de peu, les gardiens de l’asile toujours à ma poursuite, je courrais a une vitesse folle sans me soucier des obstacles puis enfin, la fenêtre.

Je passais mon avant bras libre devant moi et dans une impulsion sautais à travers la fenêtre pour briser la vitre. D’une main je restais alors accroché au rebord, mon corps pendouillant dangereusement dans le vide, j’avais mal, le poids de Firefly en plus du mien était lourd a porter, mais heureusement, il y avait un balcon à quelque mètres en dessous de moi, avec un peu de chance je pourrais retomber dessus pour m’enfuir plus facilement. De toute façon ma main ne tenait plus et les ennemis se rapprochaient de la fenêtre brisée. Je me laissais donc tomber et finalement j’atterris sur le balcon, mais la pression du choc me fit perdre l’équilibre et je me retrouvais sur le sol, Firefly non loin de moi. Je me relevais avec difficulté puis tira le pyromane pour que l’on soit caché par l’intervalle de la porte et du balcon afin que les balles de nos assaillants ne puissent pas nous atteindre.


« Désolé pour l’atterrissage un peu brusque, mais maintenant si tu as une idée pour qu’on s’échappe c’est le moment de recouvrir la parole mec… parce qu’on est sacrément dans la merde ! »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Firefly/Garfield Lynns

avatar

Localisation dans Gotham : Arkham

MessageSujet: Re: Une lumière dans la nuit. [PV Red Hood]   Lun 19 Nov - 19:48

« Ecoute moi Lynns, chuis venu pour te faire sortir d’ici mais une chose est sur j’vais pas me laisser descendre par les gardes alors si tu pouvais faire l’effort de te bouger un peu ça serait sympa ! »

Tout résonnait dans sa tête, mais cela était différent. Les sons devenaient de plus en plus clair, et enfin, la vue revenait à Garfield. Il sentit alors qu'on le soulevait, et il vit alors quelque chose qui le refroidit un peu. Au loin, on pouvait voir des hommes armés de fusils d'assaut, à avancer de façon ordonnés. L'un d'eux croisa le regard de Garfield, et celui-ci, malgré son air endormi, lui lâcha un petit sourire, qui était limite pervers. Garfield revenait peu à peu à lui. Il allait mieux, ses membres endoloris reprenaient vie. Bientôt, il allait pouvoir remarcher, et enfin user de ses propres jambes pour détaler d'ici. L'homme mystérieux qui se trouvait être son libérateur n'était autre que Red Hood. Un ancien Robin, à ce qu'on disait. Mais tout cela, n'était que de simples rumeurs, et le plus important, était de sortir à présent. Il sentit les balles le frôler de très près, voir même trop près. Ce faire traiter de la sorte l'insupportait. Il ressemblait qu'à une marionnette brisée, qui peinait à recouvrir ses mouvements les plus basiques. Il arrivait à peine à parler, mais il su placer quelques mots :

- Où est-ce que tu vas ? dit-t-il faiblement.

Il marqua une courte pause, avant de reprendre son souffle, et de lâcher d'autres mots, tout aussi faiblard :

- Où est-ce que tu m'embarques ?

Le Red Hood, tout aussi loquace, ne répondit à la question de Firefly, à moins qu'il ne l'avait pas entendu. Mais bref, la suite, était loin de décevoir notre pyromane. Passant par dessus une espèce de fenêtre, il vit alors quelques gouttes de sang tombèrent sur son visage, et cela raviva certains souvenirs chez notre bon vieux Garfield. Il repensait à ses premiers meurtres, à ses premiers bains de sang, toute sa jeunesse de criminel. Mais c'était aussi sa jeunesse de raté, car avant, il avait toujours été un raté, loin d'être l'homme qu'il était aujourd'hui. Maintenant, il voyait plus grand, il était plus fort, plus intelligent, plus malin. Il avait eu le déclic, la chose qui avait provoqué autant de malheurs dans sa vie. Il voyait tout en grand à présent. Il se voyait tel un grand inquisiteur, et qu'il devait chasser et immoler toutes les sorcières qui habitaient à Gotham. La grande chasse était ouverte à présent. Et lui, il se devait de guider tout ses moutons, et les libérer de leur fardeau.

Il sentit alors qu'on s'élevait dans les airs, et soudainement, il se sentit pendu dans le vide. Une main le retenait, celle du Red Hood, apparemment, celui-ci considérait une importance à l'état de santé de Firefly. Mais il finit par lâcher Garfield, qui s'écrasa au sol, sur une espèce de balcon. Le choc avait été rude, mais en tentant de se relever, il sentit alors ses doigts. Il pensa alors :


* Intéressant ...*

« Désolé pour l’atterrissage un peu brusque, mais maintenant si tu as une idée pour qu’on s’échappe c’est le moment de recouvrir la parole mec… parce qu’on est sacrément dans la merde ! »


Le Red Hood l'avait posé contre un mur, et Firefly en profita alors pour user de ses mains, et bras, qui étaient à présent valides. Pendant que le jeune homme le déplaçait, Garfield lui subtilisa un de ses deux glocks. Une manière de sortir ? Sur un balcon ? Oh il y avait bien mieux. Garfield n'avait pas encore tout à fait envie de sortir. Il devait d'abord régler une dette envers les gardiens d'une prison qui ont abusé de lui.
Il sentit alors sa jambe droite revenir, et il tenta alors de se lever, tout en s'appuyant contre le balcon. Puis à cet instant, il passa l'arme devant lui, et lâcha plusieurs rafales sur l'une des nombreuses voitures qui traînaient. Ses tirs étaient hasardeux, mais son objectif était clair : pour un homme de sa trempe, le seul moyen de sortir était de faire cela à l'ancienne. Il vida alors le chargeur du glock sur l'une des nombreuses voitures qui traînaient devant la porte de l'asile. A force d'avoir le capot criblé de balles, celle-ci se mit alors à lâcher une épaisse fumée noire, signe d'un incendie. Il ne restait plus qu'à attendre sagement la suite. Mais ils devaient faire vite, car les gardes qui étaient à l'intérieur de la bâtisse commencèrent à se diriger vers la salle au balcon, c'est à dire, le bureau du directeur :


- Tout est dans le spectacle, mon cher, le spectacle ...

La voiture qui s'était embrasée explosa alors, projetant sans aucun doute les différents hommes autour. Mais le pire allait venir, tel un effet de masse, toutes les différentes voitures, affectées par l'explosion, se mirent aussi à exploser, créant alors une sorte de brouillard noir. Quant à lui Garfield ? Il riait, riait de son génie.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Jason Todd / Red Hood

avatar

Localisation dans Gotham : un peu partout

MessageSujet: Re: Une lumière dans la nuit. [PV Red Hood]   Ven 23 Nov - 18:44

Nous étions en sécurité, tout du moins pour l’instant. Le pire était passé, ou bien… était-il encore à venir ? Alors que je restais scotché aux parois du mur pour me retrouver dans un angle mort afin que les balles de mes assaillants ne m’atteignent pas, je sentis l’un de mes Glock glisser de son étui et en me retournant je constatais que l’auteur de cet emprunt non autorisé –ouais un vol quoi- n’était autre que Garfield Lynns qui avait soudainement retrouvé l’usage de ses membres. Est-ce que je devais m’en réjouir ou au contraire m’en inquiéter ? Dans son état de légume j’aurais pu facilement le ramener au Pingouin, maintenant tout allait être plus compliqué et en plus de ça, il semblait sacrément en forme pour un mec qui sortait tout juste d’un long moment de léthargie.

Je n’eu même pas le temps de clamer mon mécontentement que déjà Firefly faisait feu à tout va sur les voiture garée en contrebas. Ses tires étaient loin d’être précis, et encore moins efficace, cependant je me plaisais en quelque sorte à le regarder s’acharner de la sorte, c’était à la fois amusant et… d’une certaine façon pathétique. Et pourtant, alors que je n’y croyais pas plus que ça, l’une des voitures se mit finalement à fumer, puis elle commença à s’embraser. Le feu avait pris à l’avant et commençait à prendre le reste de la voiture, une fumée épaisse et noire se dégageait du capot criblé de balle ca commençait à sentir l’essence, l’essence qui brûle, et l’essence qui brûle en général ça ne s’arrête pas là, surtout lorsqu’on à fusillé le moteur.


« Chais pas ce que tu compte faire mais ça… »

Je n’eu pas le temps de finir ma phrase, la voiture venait littéralement d’exploser, envoyant valser des bout de carrosserie un peu partout, sans oublier des morceau du moteur et des étincelle à tout va. Mais la proximité du véhicule accidenté d’autre voiture provoqua une réaction en chaine et une dizaine d’autre explosion se déclenchèrent en masse, les une après les autre, provocant un boucan à rendre sourd, libérant un amoncellement de particules noirâtre de poussière, de cendre et de morceau de métal. Du haut du balcon j’avais quand même pu ressentir le souffle des explosions et j’observais le spectacle de désolation avec de grands yeux écarquillé.

Les arbres ainsi que toute la végétation alentour avait pris feu, provocant un incendie digne des flammes de l’enfer. Les employés et autre gardiens venus pour nous arrêter qui se trouver au niveau du sol n’avaient eu d’autre choix que de courir s’abriter pour ceux qui n’avaient pas été totalement soufflé par le grand BOOM, certains n’avaient malheureusement pas eu la chance d’y échapper. Je jetais un rapide regard à Firefly qui semblait tout ce qu’il y a de plus satisfais de son beau bordel, en même temps y avait de quoi se la péter je pouvais l’admettre. Mais ce n’était pas le moment de se reposer sur le spectacle qu’avait offert Lynns au personnel d’Arkham ainsi qu’au GCPD et à tous les autres, car ils continuaient à avancer vers nous et maintenant on n’avait plus le choix il fallait filer d’ici et vite. Conscient que mon invité venait à peine de recouvrir ses facultés de mobilité je récupérais d’un geste sec mon arme complètement vide avant de l’agripper.


« Ouais ok c’est bien beau tout ça mais t’endors pas sur tes lauriers… et bien que j’aurais bien aimé participer à ton petit feu de joie, je crois que ce n’est ni le lieu, ni le moment de se fendre la poire!!! »

Profitant de la cohue qu’avait occasionné les explosions et du fait que les balles ne pleuvaient plus du ciel, j’entrainais Lynns au bord du balcon avant de sortir un grappin de ma veste, je l’accrochais à la rambarde du balcon, puis, agrippant Firefly, je passais par-dessus la sécurité pour me laisser entrainer dans le vide, ralentit par l’effet ressort du câble. Une fois les pieds au sol et enfin hors de porté de nos assaillants je tirais d’un coup sec pour faire revenir la griffe qui se rétracta d’un coup afin que je puisse la ranger rapidement. Mais les force de l’ordre ainsi que les gardes n’avaient surement pas dit leur dernier mot, et à travers la fenêtre je les voyais tous disparaître, c’est sur ils allaient nous prendre en chasse alors autant filer tout de suite.

« Allez, on bouge d’ici ! »

J’attrapais Firefly par la manche pour le faire courir, m’assurant qu’il n’aurait pas de problème pour se déplacer je le maintenais encore légèrement jusqu’à ce qu’il ai suffisamment récupéré pour pouvoir s’enfuir tout seul. Je devais le ramener vivant et en bonne santé, de préférence sans un monticule de plombs logés entre les omoplates.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une lumière dans la nuit. [PV Red Hood]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une lumière dans la nuit. [PV Red Hood]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chaque homme dans sa nuit s'en va vers sa lumière
» [Desarthe, Agnès] Dans la nuit brune
» Dans le nuit du 5 juin 44
» [Cauvin, Patrick] Théâtre dans la nuit
» UNE TRIBU DANS LA NUIT de Glenda Millard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Gotham :: Gotham City :: Île d'Arkham :: Asile d'Arkham-
Sauter vers: