RPG +16 ans
 

Partagez | 
 

 Au plus noir de la nuit [PV Sadako]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Au plus noir de la nuit [PV Sadako]   Lun 6 Aoû - 19:27

    Au plus noir de la nuit

    Dieu qu'il était dangereux pour un criminel de sa renommée de marauder dans les rues de Gotham. Dieu que, en cette heure de la nuit, les autorités policières fourmillaient de tous les côtés. Et dieu qu'il pourrait être happé à tout moment sans même pouvoir se débattre. Mais bon dieu, que faisait-il donc ici ? Les frissons, mes chers, les frissons ! Échapper aux sbires du commissaire du coin, voilà ce qui égayait les longues veillées de l'Homme-mystère. Depuis qu'il s'était évadé de l'asile d'Arkham en manipulant une bien malheureuse psychologue, le pauvre peinait à dissiper son ennui. À défaut de mettre la main sur la piste de Batman ou de tous ses justiciers benêts, il ne pouvait que perturber les interminables tours de ronde des très honorables policiers de Gotham ! Oh oui, quoi de mieux que de les effrayer, de leur faire croire qu'ils ont une piste avant de les mener vers une embûche, ou mieux, une embuscade ! Il aurait bien joué ce petit jeu toute la nuit, mais son dernier escale au zoo de Gotham l'avait complètement éreinté. Il fut diablement épuisant de donner une fausse-piste à une autorité, une fausse-piste qui, d'ailleurs, avait mené le damoiseau près de la cage aux lions qui, étrangement, avaient été ouvertes. Quel combat horrible, dommage que Nigma ne put y assister, ayant détalé comme un misérable criminel dans les égouts.

    Égouts qui, d'ailleurs, le menèrent juste à l'orée des jardins du Robinson Park. En voilà une planque pour dormir jusqu'aux petites heures du matin. Il aurait préféré un peu plus de luxe et de confort, mais, avant son déplorable envoi sur l'île d'Arkham, on avait pris possession de son très fastueux loft d'Old Gotham. Il errait donc dans les rues, dormant parfois dans les conduits d'aération de grands bâtiments, parfois dans l'inconfort de manufactures désaffectées. Mais au diable les plaisirs superfétatoires, de dieu ! Dormir à la belle-étoile, dans les jardins non-suspendus de ce très cher Robinson dont on oubliait totalement son histoire. Il s'infiltra donc dans la beauté nuptiale des lieux, effectuant cascades et cabrioles jusqu'à atteindre le cœur de cette forêt florale. Il déjoua facilement la sécurité (caméras, systèmes d'alarme et toutes ces aberrances) du Forum des Douze César (et quand je dis facilement, c'est que le processus a duré un bon total de 8,12 secondes, tout près de son record personnel) et y pénétra. Gauchement, il grimpa sur César -lequel ?-, admira un peu les horizons noircis par la nuit, et y descendit. Il s'installa à côté d'une autre statue à l’effigie du grand empereur et observa les étoiles, le regard non pas impressionné par le ciel, mais toujours nuancé de cette lueur de sadisme.

    Ultimement, il n'avait pas l'intention de somnoler ici, seulement de prendre quelques secondes pour se reposer, méditer. Non, ne soyons pas ridicules ! L'Homme-mystère ne se repose jamais ! Son cerveau est une source infinie d'énergie, d'intelligence et d'activité; ses neurones fonctionnent à plein-régime en continuité. Bref, considérons simplement qu'il s'était assis pour... profiter de l'instant présent ? Non plus. Il s'était assis donc pour aucune raison valable. Il attendait. Il attendait quoi ? Rien.

    Un peu plus tard, donc une bonne vingtaine de minutes après, il vit apparaître au loin une silhouette. Était-ce un homme ? Une femme ? Un avion ? Un oiseau ? Il n'en avait aucune idée. Mais si un tel quidam avait décidé de braver les ténèbres de la nuit pour se rendre dans ses jardins qui, d'ailleurs, n'étaient pas si majestueux, c'était parce que c'était un fou. Un criminel, donc ? Non, mieux... Un policier qui perpétue sa ronde. Oh oui, un policier. Comme cela ferait plaisir à Nigma, qui arbora soudainement un sourire des plus radieux, sans pour autant être dénué de sa cruauté usuelle. Il se leva d'un bond, grimpa de nouveau sur César -lequel?- et attendit patiemment qu'il s'approche. En effet, une telle obscurité ne lui permettait pas de discerner correctement la personne qui continuait de cheminer hardiment. Mais plus celle-ci s'avançait, plus il parvenait à distinguer des traits, un accoutrement particulier, une démarche... Ce n'était ni un policier, et encore moins un criminel. Donc, un mironton sans importance daignait perturber le (faux) sommeil de l'Homme-mystère ! C'était un crime ! Un meurtre ! Cet individu devait être sévèrement puni pour ça. Et c'est ainsi que le récent échappé de l'asile parla :

    « Alors, on vient au plus noir de la nuit dans les jardins de Robinson ? Pour quoi faire ? »

    Une question totalement inutile et une réponse qui allait l'être tout autant. Pour être franc, Nigma s'en contre-fichait comme de l'an quarante, et Dieu savait à quel point l'an quarante lui importait peu ! Afin de ne pas être discerner, il descendit, telle un singe preste, de son socle et, dans les ténèbres, parvint à se mouvoir jusqu'à atteindre un nouveau César -lequel?- avant de continuer de parler, dans une voix terrifiante, mais à la fois basse pour éviter que les environs ne parviennent à discerner son brouhaha sadique.

    « Tu as envie de jouer ? Non ? Eh bien jouons ! Je vais te poser une simple énigme. Si tu parviens à la résoudre sans faute, tu auras la vie sauve, je te le promets ! Il baissa la voix drastiquement, parlant presque uniquement pour lui. Dommage que je ne tienne pas mes promesses... »

    Un silence, un long et pénible silence...

    « On dit que César mangeait un œuf par jour. Parce qu'un grand général de l'armée doit toujours suivre un régime très strict, quand même ! Quand il était dans sa maison de campagne, construite dans dans la forêt d'une île perdue au milieu de l'Océan Indien, il s'assurait de toujours en avoir sur lui ! Malheureusement, un jour, il oublia ses œufs à Rome. Laissé à lui-même dans cette broussaille sauvage, il n'avait pas non plus de poules ! Pourtant, il mangeait quotidiennement un œuf. Pourquoi ? »

    Nigma s'esclaffa avant de changer de César -lequel?

    « Allez, c'est un classique ! Une devinette pour les enfants ! »


Dernière édition par Edward Nigma le Dim 12 Aoû - 16:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sadako Morgan

avatar

Localisation dans Gotham : Trouves

MessageSujet: Re: Au plus noir de la nuit [PV Sadako]   Mar 7 Aoû - 6:53

La planque de l'AkanoPegi était introuvable, pour une simple et bonne raison. Il n'y avait pas de planque précise. Qui se méfierait d'un groupe d'ado posés sur un banc, ou au bar d'un cinéma ? Ils n'ont rien fait de mal après tout ! Ils ont l'air un peu louche, mais après tout on veut tant se donner un "genre" à cet âge. Mais l'organisation n'était ni sur un banc, ni à un cinéma pour cette histoire. Ils s'étaient réunis autour de leur chef derrière leur lycée. Une occasion spéciale se présentait à eux. Sadik tira lentement sur sa cigarette en posant un regard doux -bien trop connaissant la demoiselle- sur Ghost. C'est un surnom, autant vous rassurer. Par habitude, on tait le vrai nom des membres de l'équipe durant une réunion. Ghost -surnommé ainsi en raison de sa blancheur et sa discrétion habituelle- avait un avantage de poids dans l'estime de la chef : son grand frère faisait parti de la police de Gotham. Une mère juge par là, un frère flic par ici... Indirectement, c'était un bon réseau.

"Ce serait l'homme mystère. Il fait tourner la police en bourrique, mon frangin ne vient même plus à la maison au soir.

_Intéressant... Mais tu pourrais savoir OU il se cache ?

_Non... impossible."

Évidemment. Même en supposant qu'il aurait donné des indices à la police, ils n'en aurait pas parlé à leur famille. Il faudra donc se débrouiller avec les moyens du bord. Choisir des endroits précis... Et faire des rondes. Ce n'est guère la technique la plus intelligente, mais actuellement c'était a seul disponible, en attendant d'avoir du nouveau. Sadik écrasa le mégot d'un coup sec

"Bon, on va faire des binômes. Cela réduit notre champ de possibilités, mais si jamais on arrive à le trouver cela optimisera nos chances de survivre. Ghost, avec moi. Nous ferons des rondes au Robinson Park, jusqu'à nouvel ordre...."


Deux soir plus tard, ou plus exactement deux nuits plus tard. Ghost rechignait à faire ses rondes, effrayé à la perspective que ses parents le disputent en rentrant. L'idée de trouver E.Nigma lui semblait ridicule... Mais il n'en disait pas un mot à Sadik. Regle numéro une : ne jamais remettre l'autorité et les idées de la boss en cause. Celle-ci, restant à une certaine distance de son coéquipier -toujours dans l'idée de limiter la casse- s'emmitouflait dans son manteau. La nuit était fraiche... Heureusement qu'elle avait prévu une tenue discrète et chaude, tout à fait adaptée. Ghost se retourna pour l'observer dans ses pensées, ce à quoi elle répondit par un regard de folie.



On devinait son sourire sous le masque. Si chaque jour l'homme mystère devait changer de place, il allait finir par atterrir ici à un moment ou un autre. Il fallait être patient... Et éviter d'être vu en première. Simple question de bon sens. Le sbire toujours en avant, la tête derrière, et actuellement dans les broussailles. La recherche mena le duo au forum des 12 Césars. Sadako gardait une bonne distance et ordonna à son équipier de s'approcher d'un geste vif. Ce dernier s’exécuta lentement jusqu'à ce qu'une voix résonne dans le silence nocturne. Celle ci demanda pourquoi les jeunes gens étaient dans un tel lieu à une telle heure. La métisse se baissa, et observa la réaction de son partenaire

"Je... Cherche quelqu'un..."

La voix ne prêta pas attention à la réponse et proposa un jeu de suite. Une énigme tordue ? Pas de doute, c'était la bonne pioche ! Enigma était enfin là. Sadik se remit à sourire sous son masque, et répéta l'énigme à voix basse :

"Cesar mange un oeuf par jour... Il oublie ses oeufs à Rome pendant un voyage... Et il continue son régime... Il n'y a pas de poules, il est seul et continue son régime... Je crois que j'ai la solution !"

Ghost lui, ne semblait pas l'avoir. Il cherchait le regard de sa supérieure , secouant la tête partout. Cet idiot risquait de la faire repérer ! Finalement, il hésita une réponse :

"Il y avait des oiseaux sur l'ile, et il a mangé leur œufs ?"

Il y avait de l'idée pour sûr. Peut-être que ça suffirait à l'homme mystère... Mais c'était fort peu probable. Sadik susurra

"UN JOUR il oublia ses œufs. Il n'est partie qu'une seule journée. Il a mangé son oeuf avant de partir, et en rentrant le lendemain il a pu reprendre son régime."


Il n'y avait plus qu'à attendre. Voir ce qui allait se produire... Peut-être que l'AkanoPegi allait perdre un membre aujourd'hui, et un membre utile en plus. Rien de bien important donc, tant que Sadik elle, tenait le coup. Une stratégie simple de survie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au plus noir de la nuit [PV Sadako]   Dim 12 Aoû - 18:25

    Deux nigauds. Ouais, ils étaient deux hurluberlus à s’approcher dangereusement de Nigma qui, de son côté, se contentait de rire bruyamment et sans aucune retenue (ne dit-on pas que la modération a un goût qui laisse à désirer ? Non ? Eh bien au diable les expressions et les vieux adages chinois). Fort heureusement, l’intensité de ses rires resta encloîtrée dans l’enceinte du Forum des Douze Césars ce qui, mine de rien, le réconforta temporairement. Si des autorités venaient à discerner sa présence, il se verrait dans l’obligation d’irradier les pistes, et de Dieu qu’il détestait devoir nettoyer le sang des policiers ! Du sang de bœuf : ça tache, ça prend des siècles à disparaître… Bref, tout ça pour dire que sa franche rigolade n’alerta ni les honnêtes citoyens des environs, ni les sbires du commissaire.

    Mais graduellement, ses rires amusés, divertis et nettement égayés se transformèrent en des murmures saccadés, furieux. En effet, lorsque le gus à l’accoutrement bizarre proposa une réponse à son énigme –puis deux–, il ne put s’empêcher de serrer les dents, les points, les bras, les chevilles et le buste (et autres parties du corps qu’on peut serrer). Venait-on publiquement de se moquer du ridicule de son énigme ? Venait-on de railler contre son intelligence sans faille et sans défaut ? Oh oui, les deux interlocuteurs d’infortune de Nigma venaient de signer leur contrat de trépas agréablement douloureux. On pouvait bien se moquer de son problème de style, de sa barbe inexistante et de son haut-de-forme passé de mode, mais jamais on ne pouvait rire de ses énigmes, ou pire, de ses capacités cérébrales. Et voilà que deux bougres personnages venaient de commettre l’irréparable. Ohoh…

    Il aurait bien pu les tuer à ce moment-là, en les prenant par derrière et en dégainant l’estimable poignard qui chagrinait au fond de son costume, mais il s’y résigna au dernier moment. Non, plutôt que de les assassiner sauvagement au centre des douze sosies de Julius César, il préféra plutôt opter pour une solution plus sage, plus posée. Pourquoi ne pas les effrayer ? Non, mieux… Pourquoi ne pas leur faire croire qu’ils sont plus intelligents que lui ? Bon, je sais qu’à cet instant précis, vous n’arrivez pas à comprendre l’intérêt de la chose, et vous regardez le narrateur avec un œil suspicieux. Ne soyez pas ridicules, palsambleu ! Usez un peu du cerveau qu’on vous a octroyé à votre naissance ! Vous ne trouvez pas ? Eh bien… Sachez que le narrateur ne le sait pas non plus. Comme quoi on ne peut véritablement percer l’esprit du grand Edward Nigma.

    Ainsi, tout en changeant de piédestal, il tenta de garder l’œil sur ses deux nouveaux camarades de choc. Il les regarda un moment, essayant de les dévisager, mais en vain. Cette stupide obscurité lui empêchait clairement de les reconnaître, ni même d’imaginer qui ils étaient. Tout ce qu’il réussissait à voir dans cette nuit sombre, c’était deux silhouettes, l’une d’entre elles revêtues d’un costume plutôt curieux pour l’époque. Mais il n’en porta pas trop d’importance, car aux petites heures du matin, il allait déjà les avoir abandonnés, laissés à eux-mêmes. Quel sadisme ! Soit, en gambadant d’une statue à une autre, il laissa échapper quelques mots qui, clairement, laissaient transparaître une certaine hargne envers les deux écervelés qui se dandinaient toujours devant lui.

    « Bande de nuls ! qu’il s’exclama dans une joie colérique. Vous n’avez toujours pas répondu à ma première question : que faites-vous ici, à cette heure-là ? À en juger par vos costumes, vous devriez sagement retourner dans vos chambres à jouer aux poupées. »

    Il s’agissait ici de son ultime tentative de les faire partir avant qu’il n’entame la seconde partie de son plan. Malheureusement (ou heureusement, selon les points de vue (et considérant que tout est relatif (même la relativité (dixit Einstein (la prochaine parenthèse ferme toutes les autres), ils ne rebroussèrent pas chemin et ne parurent même pas vouloir répondre à l’absurdité de la question de Nigma. Si deux gugusses se trouvaient dans les jardins à cette heure-là, ce n’était certainement pas pour faire du jardinage ou pour jouer à la marelle – quoique… Bref, en continuant ses perpétuelles acrobaties, l’énigmatique bouffon continua :

    « Alors les enfants, qu’est-ce qui vous amène ici ? Allez, dites! s’écria-t-il en effectuant de nerveux mouvements de la main en espérant que le duo d’hurluberlus parvienne à les voir. Je vous laisse… disons… Autant de temps que l’éclipse solaire totale d'août 1999 ! Pour les plus incultes d’entre vous, vous avez exactement 2 minutes et 22,9 secondes pour raconter la douce fable qui vous a menés jusqu’ici, et surtout… Ce que vous voulez de moi. Il soupira, faussement désespéré. Parce que tout le monde veut de moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Sadako Morgan

avatar

Localisation dans Gotham : Trouves

MessageSujet: Re: Au plus noir de la nuit [PV Sadako]   Dim 19 Aoû - 12:00

Double échec. Non seulement l'Homme mystère ne fut pas satisfait des réponses -c'était évident, mais tout de même un peu décevant- mais en plus il avait remarqué Sadik. Comment ça on ne peut pas en être sûr ? Bien évidemment ! Il suffit d'écouter ce qu'il dit. Déjà, faites une bande de nuls à un et on rediscutera de tout ça.

E.Nigma parla de leur costumes et conseilla aux deux jeunes gens d'aller jouer aux poupées. Cela produisit un déclic rageur dans l'esprit de Sadako. Ghost dut le sentir, ou plus exactement deviner la réaction. Certains avaient souffert pour moins que ça. Jamais il ne faut critiquer les déguisements de Sadik. La demoiselle s'avanca, fulminant dans son masque. Ses mains étaient serrées en poings sanguinolents. Elle serrait si fort que les ongles s'était planté dans sa peau et la blessait, mais elle n'en avait que faire. La priorité était de se calmer. Énerver et manipuler était la spécialité du criminel. La métisse s’efforçait de calmer le volcan de haine qui commençait à bouillir en elle. Elle finit par baisser calmement son masque, et sort fébrilement une cigarette qu'elle s'empresse d'allumer. C'est en la portant à ses lèvres qu'elle vit le sang qui perlait dans sa paume. La bouffée de la cigarette ne lui apporta aucun calme ou sérénité, mais la vue du sang si. Car c'était son sang. Et comme elle le dit toujours, c'est par son sang que son destin est tracé. Si elle veut atteindre son but au plus vite, il lui faut apprendre. Et c'est pour ça qu'elle est ici. Elle n'a pas de temps à perdre avec les futilités enfantines de ce genre. Sadik poussa un long soupir pour se détendre une bonne fois pour toute.

Elle se placa devant Ghost, et lui fit un signe bref, lui interdisant de prendre la parole. Le moment était crucial pour Sadik, et il n'était pas question qu'un idiot fasse tout capoter. Pendant qu' E.Nigma lui ordonna à nouveau d'expliquer sa présence ici. Et c'était pas si façile que ça, étant donné qu'elle était chronométrée. Ce fut bien la première fois que la jeune fille se mit à maudire les éclipses. Enfin, elle avait tout de même un peu moins de deux minutes et demi pour se présenter et expliquer... Elle s'en tirait plutôt bien.

"Jignorais l'existence de cette éclipse, vous êtes décidément un puits de science. Comme vous l'avez deviné, nous sommes venus ici pour vous rencontrer... Je suis la chef d'une organisation encore naissante, destinée à la criminalité. Nous nous nommons l'AkanoPegi, ce qui signifie "la page rouge" en japonais... Enfin je précise, mais je suppose que vous aviez compris."


Elle expliqua ceci d'une façon très nonchalante, comme si elle parlait à un professeur. Elle osa même un haussement d'épaule à la dernière phrase. Elle s'interrompit une seconde pour tirer sur sa cigarette et reprit plus sérieusement :

"Pour être franche, je m'étais basée sur le fait que vous deviez être en perpétuel mouvement. La probabilité que vous arriviez ici était donc faible, mais pas inexistante... Et vous devez vous douter que j'ai placé d'autres membres de l'AkanoPegi dans d'autres lieu de la ville UNIQUEMENT pour vous trouver. L'AkanoPegi est encore faible. La plupart des membres sont des novices pur en matière de banditisme. Nous sommes donc à la recherche de "professeur" tels que vous, qui auraient la possibilité de nous offrir une ou deux perles de leur immense savoir -vous comprenez pourquoi vous étiez prioritaire sur notre liste."

Elle écrasa le mégot à la fin de son discours. Elle avait résumé au mieux la situation, l'avait correctement flatté... Les chances d'obtenir ce qu'elle voulait augmentaient légèrement. Et elle avait gardé la prudence de taire son nom comme son surnom, ainsi que celui de ses compagnons. Un petit cran de sureté en somme. Ghost lui, était resté droit, encore plus blanc que d'habitude, derrière sa chef. La façon qu'elle avait de parler avec un criminel l'impressionnait. Lui qui avait déjà du mal à parler aux amis flics de son frère... Elle discutait calmement, à croire qu'elle faisait ça tout les jours. Il se dit en son for intérieur que Sadik ne devait pas être loin de la folie elle aussi. Mais c'était une bonne meneuse et elle savait motiver sa petite troupe. Il se contenta de reculer et de baisser les yeux, laissant sa supérieur se débrouiller. Cette dernière rajouta en vitesse :

"Bien sûr, nous serions ravis de vous aider durant un plan proche ou lointain. J'en ai quelques uns qui font une excellente main d’œuvre, sans parler de ma petite expérience."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au plus noir de la nuit [PV Sadako]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au plus noir de la nuit [PV Sadako]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Brink, André] Au plus noir de la nuit
» André BRINK - Au plus noir de la nuit
» Axyelle~Au plus noir de la nuit~ [VERA butter-Angell Studio]
» Ma bande Eshin
» [Application]:Auto Airplane Mode=Mode avion automatique (programmé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Gotham :: Gotham City :: Robinson Park :: Le Forum des 12 Caesars-
Sauter vers: