RPG +16 ans
 

Partagez | 
 

 La chasse aux fous PV Harley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Catwoman/Sélina Kyle

avatar

Localisation dans Gotham : East Side

MessageSujet: La chasse aux fous PV Harley   Jeu 19 Juil - 10:16


VS




Informations générales
    Nom :Inconnu
    Prénom :Inconnu
    Âge :Inconnu
    Sexe : Masculin
    Nationnalité : Americaine
    Groupe :Criminels
    Alias : L'Ergot
    Affiliation : La cour des hiboux
    Capacités : Combattant hors au corps à corps hors paire, grande rapidité, expert dans le maniement de toutes armes tranchantes, ses blessures se régénèrent d'elles même
    Spécialités:Lanceur de couteaux
    Équipement : Des couteaux de lancer professionnel lesté aux mercure avec un hiboux gravé sur le manche, divers dagues, sabres et épées... Une armure intégrale renforcée couvrant également la tête , les yeux émettent de la lumière , des sortes d'ailes déployables dans son dos peuvent lui permettre de planer.
Gare à la cour des hiboux, qui d'en haut scrute Gotham,
Au tribunal des chouettes, qui sait tout de nos âmes,
Car par-delà les murs , il entend chaque mots,
Gare aux messages qu'il sème,
Mortels sont ses signaux,
Gare à son bras armé,
Gare à son émissaire L'ergot.


L'ergot


17 juin 2012- 21h45
East Side- The Bowery- Monarch theater


Brise chaleureuse d'une nuit d'été. Atmosphère étouffante d’une chaude soirée. La cible de ce soir est déjà ferrée à l'intérieur d'un bâtiment désaffecté. Affairée auprès de ses hommes de main armés, préparant je ne sais quel coup fourré. Les fous aiment le spectacle et le lieux est bien choisi pour préparer leurs dernières folies . Un vieux théâtre abandonné va ce soir servir un nouveau spectacle à une foule désemparée. Le Joker ce soir-ci est absent au logis. Qu'importe, la cour des hiboux n'est intéressée que par sa petite amie, pour un piège mortel tendu à une chauve souris.

Du haut des toits les hiboux veillent, pour abattre leurs serres sur une cible aux couleurs noires et vermeilles. D'un bond je m'élance dans l'arène, pour cueillir au sol trois de ces gangrènes. Gotham est souillé par leur sang et la mort vient dévorer ces mécréants . Pour eux de pelotes la cour ne fera point. De même cette femme ne mérita pas de tels soins. Mon but ce soir n'est pas de la tuer, mais bien de l'enlever. Quoi que son corps bientôt sera retrouvé sans vie et froid dans les rues de Gotham. D'un sursis tant que son rôle ne sera pas joué disposera la jeune femme. Les éclats de mes lames dans la pénombre scintillent, tandis que je me débarrasse des premiers hommes de main de la reine des fous. Il est temps que l'ergot frappe pour la cour des hiboux.

Mon corps voltige au dessus des mastodontes incrédules sans savoir que leurs vie se termine ici. On ne m'a pas donné ordre du tuer celle qui règne sur leur triste folie. Mais de ses semeurs de troubles je prendrais plaisir à voler la vie. Mes délicates armes viennent se planter dans leurs échines , tandis que je traverse les gradins d'un pas digne. Sur la scène me fait face la reine autoproclamée du crime. Pour son exécution il ne lui est donné qu'un sursis infime. A sa carrière de criminelle je mettrais un terme. Mais un dernier coup lui est proposé avant que de sa place elle soit destituée. La cour veut d'elle et son mari encore un peu s'amuser, pour la chauve souris enfin enterrer.

Je monte lentement les marches de la scène analysant de mon regard perçant la proie sur laquelle bientôt mes serres se refermeront. Mon bras s’élève, des couteaux au bout de mes doigts sont prêts à percer chair et poumons. Mais je la veux vivante, alors je choisis des points moins douloureux. Mes lames sifflent dans le sombre théâtre miteux . Mes muscles bougent d'eux même pour l’ancienne psychologue frappée, et d'une force terrible son corps est brisé. Ma main à son crane porte un coup adroit pour l'assomer et d'un choc au front contre le décor, je la projetais.




>>Fait suite à La nuit vas être longue et Proie végétale














_________________
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn




MessageSujet: Re: La chasse aux fous PV Harley   Dim 22 Juil - 15:35


Il est tard. La pauvre créature est encore et toujours laissée à son malheur. Il n'était pas là et elle se décomposait lentement. Pas physiquement, ah ça non . Elle avait toujours été plutôt fine et le changement ne se verrait pas d'un coup d'oeil. Mais son cerveau, lui se décomposait. Comme les bébés perdent la capacité de se reconstruire s'ils perdent leur mère pendant plus de trois mois lors des premières années de leur vie, la jeune Harler perdait lentement la raison. Noyant la solitude dans l'alcool et quelques drogues, elle disait adieu à son esprit. Car après tout, pourquoi continuer à penser lorsqu'on ne le faisait plus que pour un disparu. Et heureusement pour les hommes de mains, ces petites soirées solitaires de beuverie lui redonnaient parfois un éclair de génie. Et ce soir là, elle allait faire quelque chose de constructif. Ainsi donc, elle prit le temps de se préparer. L'idée était simple, elle allait frapper un grand coup en l'honneur de Puddin'. Si elle devait y laisser sa peau, ce ne serait que du bonus. Mais le but premier n'était pas la mort de l'arlequine. Elle mit donc ce pantalon qui lui plaisait tant et ferma ce gilet proche du corps qu'elle affectait tellement. Un peu de maquillage, deux élastiques et elle serait prête. D'ailleurs voilà, elle l'était. Un coup de téléphone et tous seraient dans le vieux théâtre dans une demie heure précisément.

Il étaient tous là . Enfin. Même si elle avait fui la présence humaine, les soins de certains et l'alcool avaient rendu la réunion agréable. Après tout, sans lui il lui restait une armée dont la majorité des membres la respectaient pour cette digne attitude de descendante du prince du rire. Si elle l'avait voulu, Harley aurait pu prendre sa place aux yeux du grand public. Elle n'avait pas son génie mais elle portait en elle les germes de cette douce folie qui brise le quotidien morne et ennuyeux des Gothamites qui au fond doivent bien s'ennuyer . Montée sur la grande scène, elle laissa son regard courir dans la salle. Fière de les voir encore si nombreux, elle reprit une gorgée de sa bouteille avant de prendre la parole.

« Mes chers amis. Il est temps de montrer au monde que nous n'avons pas disparus, NOUS .»

Ce sous entendu n'avait pu naître que grâce à l'alcool. Harley ne pouvait pas seule se voir assaillie par de telles pensées. Cependant, l'idée était simple. Réunir le plus de monde possible dans un seul endroit, semer la panique après en avoir fermé toutes les sorties, et y mettre le feu. Simple, grandiose mais efficace.

« Je vous propose un plan simple. Nous allons en éliminer un maximum en une seule fois. Si on s'arrange bien on aura même la télé. Qui sait, un si grand feu pourrait bien LE faire revenir. Car bien sur, aucun d'entre vous ne pense qu'il est mort n'est ce pas ? »

Elle désigna quelques uns des hommes avec cette main qui tenait la bouteille. Son air était plus froid, menaçant presque. Elle aurait pu en tuer un ou deux pour faire l'exemple. Mais quelque chose s'en était chargé avant elle. Brisant le silence, une silhouette filiforme et inconnue avait brisé l'ambiance des retrouvailles. Un par un ils étaient abattus froidement sous les yeux de la demoiselle incrédule dont les molécules d'alcool avaient considérablement augmenté ses temps de réaction. D'ailleurs elle n'avait pas compris pourquoi quelques endroits de son corps la lançaient terriblement ; Elle baissa les yeux, incrédule. Des couteaux s'étaient profondément ancrés dans sa chair, et l'impressionnant ennemi lui avait déjà décoché un violent coup de point. Projetée contre le décor, elle s'effondra.

« Aie. »

Elle releva la tête lentement et prit un peu de temps pour analyser la situation. La bouteille était au sol au niveau de son premier emplacement. Elle devait trouver quelque chose qui fasse des étincelles pour y mettre le feu. L'idée lui sembla géniale. Elle se saisit du manche d'un des couteaux et l'ôta. Elle en fit de même pour les autres et s'essuya la bouche ou perlait un peu de sang.

« Qu'est ce qui t'arrive, t'as oublié de prendre tes cachets, petit rigolo ? »

La provocation rendait les gestes moins précis puisqu'ils étaient alors dirigés par la fureur. Cependant, ça n'aurait pas beaucoup d'effet sur ce truc la. Elle secoua la tête et, rattrapée par son instinct de survie, elle en oublia tout ; La douleur et l'absence. Elle se releva comme elle le put et entreprit de courir en sa direction. Elle sauta agilement, prit appuis sur ses épaules et atterrit de l'autre côté, sur un genou. Elle se retourna rapidement pour voir ce qu'il ferait et courut vers les gardes au sol. Il y en aurait bien un avec un briquet.

_________________
« “Everyone else sees the Joker laugh, only Harley has ever seen him cry.”»

Revenir en haut Aller en bas
Catwoman/Sélina Kyle

avatar

Localisation dans Gotham : East Side

MessageSujet: Re: La chasse aux fous PV Harley   Mar 24 Juil - 9:42

L'ergot

A mes pieds affalée, pitoyable est l'être désespéré. Une bouteille d'alcool au sol est tombée, rependant l'odeur forte du liquide alcoolisée. Je marche jusqu’à ma cible désemparée. Chaque pas est lentement effectué. Tous morts sont quasiment ses subordonnés. Je n'ai aucune crainte à avancer. Sous mes pas les antiques latte d'un plancher ancien semblent grincer comme à leur dernier râle. L'écho du choc de mes pas feutrés viens rendre plus pesant le silence de la salle. Tandis que je m'avance mon ombre emplis de ma victime l'espace vital. A mes flanc sont accrochés des dagues ancestrales. De mes mains je viens saisir les lames aux tranchants fatals. Mes gestes lents et coordonnés , ne laisseront à ma victime pas le loisir de s'échapper. Jusqu'à la pale créature je m'avance. Levant mes couteaux comme sa dernière sentence. La lumière blafarde de la lune , éclaire les reflet de l'argent somme une froide approbation. Le lieu invite à la théâtralité laissons la créature d'une dernière répétition profiter . En suspend encore quelques secondes je laisse mon mouvement. Profitant de la lueur incompréhension dans la yeux de la reine des fous miroitant. Je respire la supériorité commune la plus belle des denrée. Bientôt l’incompréhension en terreur sera changé. L’œuvre de l'ergot à son sommet. Et pourtour de sa vie je ne pourrai m'emparer. Ce soir je ne pourrais que la blesser et jusqu'à la cour l’emmener.

A ses derniers espoirs la femme s'accroche. Pour des mes serres se libérer, de sa stupeur elle se décroche. Arrache mes outils de destruction à son corps tremblant et vers la bouteille de verre se réfugie en rampant. Du regard je suit la frêle silhouette et reste immobile encore un temps . Mes bras s’abaisse lentement d'un autre attaque j'envisage le plan. Ma tête sur le coté se penche tandis que de mes couteaux de la lame elle racle le fil. Surpris j'observe son manège qu’elle rompt brusquement alors que je fronce les sourcils. Puis elle m'adresse la parole d'un ton vil. De ma sature je l'observe immobile. La provocation n'affecte pas l'ergot. Pas de la part de la reine des fous au bavardage si futile et aux désobligeant oripeaux. La tête toujours penché, je laisse mon regard coulé. De la scène au poulailler des corps sont éparpillés. Des couteaux dans les cadavres sont plantés. D'aucune aide elle ne pourra profiter. La proie est définitivement piégée. Ces gestes sont désarticulé et elle perd du temps à m'observer. Sur mes dagues orientales je resserre mon emprise. A la lumière de l'astre des femmes je fais miroiter le métal dont les éclats s'irisent. Mes poignet jouent un instant avec mes armes. Elles tournent , virevoltent et disparaissent entre mes doigts dansent les lames. Puis je m'avance tout en laissant les couteaux continuer leurs danse. Lentement mas pas résonnent et le glas à son tour sonne.

Les lames se figent et mon corps s'abaissent lentement. Mes genoux se plient et je vais surplomber ma victime. Mais Harley Quinn de mes couteaux se sépare prestement. En un bond sur mes épaules elle se rend , l'instinct de survie l'anime. Elle vient de se jouer de moi à la façon d'un mime. D'une poussée elle me déséquilibre et atterrit derrière moi libre. Le sol de moi se rapproche bien vite . Ma main droite stop ma chute fortuite. Ma tête se tourne pour observer l’arlequine en fuite. Ma main gauche toujours en l'air me sert de balancier . Et d'une rotation mon buste se vrille. La dague à la lame si fine en direction de la fuyarde est lancée. Dans l'air elle siffle prête à lacérer cette reine de pacotille. Je suit des yeux la trajectoire courbe des éclaire d'argent. En l’attente du cri mes couteaux je reprends. Baignées dans l’alcool mes lames jusqu'à la gardes sont tachées de sang. Entre les protections de mes bras je les essuie sur le cuir de mes vêtements. Des traînées rouges aux relents de mauvaise boisson viennent dessiner des motifs de guerres sur un tissus déjà marqué. A leurs places les couteaux sont replacés. Vers ma triste proie je viens de me retourner. Accroupis prés de ses hommes la femme est occupée. A quoi bon je sais qu'elle ne pourra les réveiller car Hadés à pris la place de Morphée. Seul les Ergots du Styx ont le droit d'être arrachés. Charon à nous seul accorde la possibilité d'être libéré.

Je l'observe encore un instant fouiller l'espace de ses moribonds déments. Ma main dans ma sacoche arrière vient se placer. De petite charges explosives elle vient en extirper. Sept petites sphères de plomb lestées. Sur chacune une molette est ajoutée. Une simple pression suffit à les activées. Un crochet sur mes surins permet de les fixer. L'opération est rapide et en moins d'une minute mes couteaux sont armés. Mes doigts glissent sur les balle au diamètre limité activant le retardateur d'une légère pression exercée. Une trentaine de secondes il me reste avant de les voir exploser. Je n'ai plus de temps à perdre il me faut les lancer. Autour de l'arlequine j'envoie mes couteaux en cercle se planter. A une distance raisonnable, un poids mort ne m'est d'aucune utilité. Ces petites dynamites ne sont pas très puissantes mais peuvent faire du dégâts si trop proches elles sont postées. Elles vont s'en doute faire un trou et enflammer le parquet. Mais à cette distance de ma cible l'étourdir et l’assommée seront leurs seuls effets. Le compte à rebours des petites bombes résonne à travers le théâtre abandonné. Le chœur d'une chorale infernal prête à ses damnés dévorés. Je me prépare à prendre appuie sur mes jambes et mais mains viennent de mes couteaux de lancer s'emparer. A l'instant ou les explosions retentirons, le fauve sera à nouveau lâché dans l'arène. Et de nouveaux j'attaquerai celle qui des fous se proclame la reine.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn




MessageSujet: Re: La chasse aux fous PV Harley   Mer 25 Juil - 13:59

L'alcool. A la fois le premier danger pour l'homme et son carburant le plus efficace. Harley était en danger et elle ne le savait qu'a moitié. Elle n'avait pris conscience de la situation qu'en sentant la morsure affreuse des lames sur la peau. Elle qui n'avait jamais offert son corps à ce genre de choses -l'amour est bien plus douloureux que quelques cicatrices- en prenait triplement conscience. Ce qui est le plus douloureux est ce a quoi on ne s'attend pas. Et puis c'était peut être un rêve ? Un putain de rêve éveillé ? Non ce n'était pas possible. Si ça avait été le cas, il serait là de nouveau et la serrerait dans ses bras. Pas de coups, pas de douleurs. Rien que de l'amour pur et presque commun. Mais rien de tout ça. Ses meilleurs gardes jonchaient le sol, le tableau n'était même pas esthétique, et il serait furieux. Alors quelle meilleure solution que de mettre le feu. Idée richement éclairée par les vapeurs de la Vodka sans arrangement alliées à l'étincelle de la folie. Ah les russes !

S'enfuir c'était soit trop simple soit impossible . Pas moyen de le déterminer avec exactitude. Et pourtant, elle avait déjà pris une moitié de décision, s'enfuir pour mieux riposter. Un p'tit briquet et s'en vont.

*Ah t'y croyais hein que t'allais m'avoir si facilement. Et bah non, on lui fait pas à la p'tite Harley mon coco ! *

Ah ça non on lui faisait pas. Et s'il y en avait un qui pouvait le faire, il n'y en avait qu'un. Tous les autres payaient les pots cassés, et dieu sait que l'amour passionnel ça en brise des pots. Et si dans le lot il en restait un d'assez en forme pour l'aider ? Peut être un qui -trop lâche- se serait caché quelque part ? Espérons pour elle, espérons pour lui. Espérons pour les rescappés. Il devait bien y en avoir un ou deux d'absents. Qui aurait pu sentir venir ce coup là de toute façon.

*Tous tombés comme des mouches. Des putain de mouches à merde.*

En plus il allait lui en mettre une seconde couche. Elle n'avait pas enlevé les premières que déjà il en sortait d'autres. Et c'était elle la folle ? Hah ! Laissez la rire. Enfin ce drôle de truc il devait pas en revenir de l'avoir vue sauter comme ça par dessus et partir en courant. Mais qui il pouvait bien être..En plus, il avait une vague apparence d'oiseau. Un mélange entre une chauve souris et quoi que ce soit avec des ailes et qui vit la nuit. Une chouette peut être ? Pas un héron, top massif. Etrange, de plus en plus étrange même. Pourquoi il la regardait de biais aussi hein ? Un torticolis, certainement. Devenue très brièvement croyante, elle adressa une brève pensée à son créateur.

*Si je m'en sors vivante je jure de lui laisser une bonne adresse de Kiné. *

Un bref regard en arrière. Comme elle s'en doutait, avec la chance qu'elle a, il n'était pas même tombé. Elle n'aurait pas les secondes espérées pour penser un peu plus fort. Voila qu'un son aiguë vrille l'air autour d'elle. A peine retournée, elle vit l'objet fuser en sa direction.

« Oh non pas encore ! »

Elle stoppa sa course net en se lançant au sol. Si le calcul était bon, la lancée et la matière de son costume lui permettraient d'arriver au premier corps au sol. Si la chance était avec elle, il aurait un briquet. Arrivée, elle fouilla toutes les poches en jetant quelques regards en arrière. Il pouvait en envoyer d'autres, il devait pas être a ça près. Elle fouillait avec force et détermination, mais quand y a rien, y a rien. Et l'autre était plus à droite, un peu trop loin.

« Et merde... »

Se relever était trop dangereux. Elle devait avoir une idée de génie. Mais dans cet état...Après un bref regard à son assaillant, elle se décida à mettre de côté son éventuel orgueil pour se défendre. Nouveau vrillement de couteaux. Cependant, à sa grande surprise ils viennent se planter assez loin. Etonnée elle le regarde. Comme folle, elle se mit à rire.

« Hahahahaha, et en plus il sait pas viser ! Hahah... »

Et soudain, elle réalisa.

-tic-tic-tic. Très léger. Des bombes. Elle écarquilla les yeux et se saisit du corps qu'elle était en train de fouiller pour se protéger, espérant que ça soit assez efficace pour sauver sa vie.

_________________
« “Everyone else sees the Joker laugh, only Harley has ever seen him cry.”»

Revenir en haut Aller en bas
Catwoman/Sélina Kyle

avatar

Localisation dans Gotham : East Side

MessageSujet: Re: La chasse aux fous PV Harley   Ven 10 Aoû - 12:07

L'ergot


Tic..... Tic..... Tic....Tic.Tic.Tic. Regard affolée d'une proie qui se sait ferrée.... Tic.Tic.Tic. Dernière respiration avant de, dans l’inconscience, sombrer. Tic.Tic.Tic. L'explosion est le plus beau travail des artificiers. Tic. Tic. Tic. Les dernières secondes sont en train de s'écouler. Tic. Tic. Tic. L'arlequin vas s'effondrer. Tic. Tic.Tic. D'un homme elle croit pouvoir se servir de bouclier. Tic. Tic. Tic. Toute une partie du Monarch Theater la déflagration vas dévorer. Tic.Tic.Tic. De l'effroi et de la destruction je me fait le maître de cérémonie avant d'enfin un corps inanimé pouvoir emporter.

De ma haute stature impassible j'observe l'opéra de destruction d'une déflagration. Les bombes si petites et pourtant, engendrent leur quota de dévastation. Des trous à leurs emplacement se forment tandis que le plancher dans les flammes s'envole. Les détonations de leurs cris assourdissant en écho se répercutent des murs au sol. Autour de la pauvre proie égarée le chaos est lancé. Les bombes trop loin pourtant devraient à peine l'égratignée mais suffisantes elles seront pour l'égarée. De la fumée des points d'explosions s’élèvent plongeant le Monarch Theater dans une atmosphère de rêve. L'assassin est désormais par la brume dissimulé tandis que le feu se répand sur la plancher. De l'espace confiné il vas falloir se retiré sous peine de le voir sur nos tête s'effondrer. Je laisse les flammes se répandre sous mon regard et j'attends que la salle de Spectacle de fumée soit entièrement remplie. Dans la salle hormis le crépitement des flammes il n'y a désormais plus un bruit. Un silence de plomb fait suite au vacarme des explosions. Le calme avant la tempête se repend. Le masque des fumées toxiques me protège, la lumière de mes yeux les ténèbres éclaire.

D'un pas calme et assuré je tâte le sol avant d'entre les anciens emplacements de sièges m'avancer. Les explosions le plancher ont fragilisé et un sur un sous sol nous pourrions tomber. Entre les nappes de fumées j'avance, lentement sans bruis et gardant un œil sur le mobilier le plus attaqué. Entre les flammes l'ergot aime danser. D'un clown le sourire je viens d'effacer et son petit nid douillet supprimer. Jusqu’à l'arlequinne mes pas m'ont posément menés. A travers la fumée épaisse il m'est difficile de la discerner. Forcer je suis de me rapprocher si je veux de ma prise m'assurer. En deux pas la femme et son bouclier sont à mes pieds. D'une de mes dagues par sécurité je viens m’emparer. De mon bras gauche le corps d'un des hommes de mains je viens m'emparer tandis que mon bras droit en l'air s'est armé prêt à frapper. Brutalement je soulève le poids mort prêt à, sur la reine des fous, laisser mon bras s'abattre si elle est encore éveillée. Pré à l'emmener pieds et mains liées si dans les bras de Morphée elle s'est effondrée.

[HRP://Je m'excuse pour le temps d'attente horriblement long pour une réponse aussi minable et courte mais je suis désolée je n'y arrivais vraiment pas//:HRP]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn




MessageSujet: Re: La chasse aux fous PV Harley   Mar 30 Oct - 20:17

La solution était désespérée, tout autant que la situation à vrai dire. Combien de chances de s'en sortir avait elle. En toute objectivité, ça se comptait difficilement sur les doigts d'une main normale. Pour tomber juste elle aurait du enlever quelques bouts de quelques doigts. Mais il n'y avait pas le temps pour ce genre de choses ! Et puis, c'était quoi ce mec la ? D'ailleurs rien ne disait que c'était un homme ou non. La tenue n'était pas assez moulante pour qu'on puisse se faire une idée. Et quand bien même, il était bien trop loin pour qu'elle puisse voir quoi que ce soit correctement. Et au fond, savoir ce qui l'avait tué, ça ne l'avancerait pas à grand chose.

Pas le temps de réfléchir, pas la présence de son cher et tendre. Rien. Juste un corps immobile, des bombes et un truc inconnu aux motifs on ne peut moins clairs qui pose des bombes dans un théâtre pour.. Pour rien peut être. Un si beau théâtre, si c'est pas du gâchis ! Au moins, quand Mister J créait des évènements, il n'abîmait que les gens. Il avait parfois encore un peu le sens du respect des beaux batiments. Mais ce truc, cette chose violente et silencieuse ne respectait rien. Rien du tout. Homme ou élément de décor. Saleté.

Les bombes ne sont pas si grosses. C'est pour ça qu'elle ne les avait pas vues de prime abord. A vrai dire, quand ça nous tombe dessus on a pas vraiment le temps de regarder en détail le sol, et ses aspérités nouvelles. Il devait etre soutenu pas des personnes haut placées. Qui était assez fou -ou aussi fou qu'eux- pour s'attaquer au repaire direct de Mister J. Il était toujours craint et respecté. Il y avait encore beaucoup d'hommes de main puisqu'elle s'occupait d'eux et faisait prospérer le commerce.

Il avait peut être été drogué ? A moins qu'il ne tienne pas à la vie...Enfin, ca avait déjà explosé de partout et c'était difficile d'incliner le corps dans la bonne direction, de prévoir la prochaine explosion. Mais c'était une question de survie. Bordel. Et on y voit plus rien. Elle se mit à tousser à cause de la fumée.

*Bon, tant que je peux tousser c'est que j'me suis pas si mal protégée que ça *

Réflexion sensée. Maintenant, réaction ! On y voit plus rien. On entend juste quelques pas qui se rapprochent sans chercher à être discret. On peut entendre à son pas qu'il ne craint rien. Il est déjà persuadé de sa victoire. Comme quoi les études de psychologie ne sont pas si inutiles ! Ainsi donc elle prit le parti d'attendre un peu. Voila pourquoi lorsqu'il souleva le corps, qu'on pouvait y voir un peu, elle attendit patiemment. Elle attendit qu'il se rapproche un peu d'elle. Juste assez...Juste assez pour pouvoir prendre appui sur un bras ou une épaule.

*Ah, il n'y vas pas de main morte quand même...Un peu de respect, je suis une femme ! Sauvage *

Il allait la saisir par une jambe. Elle en profita pour se redresser tout aussi brusquement, envoyant son autre jambe valser à la figure de ce truc immonde. D'un mouvement souple et rotatif elle s'élança pour finalement atterrir sur ses épaules où elle put bloquer le bras qui s'était levé pour lui asséner un dernier coup mortel.

« HAH ! Tu fais moins le malin, chéri »

De son point d'observation, elle entreprit de l'étrangler. Ses blanches mains fines encadrèrent donc son cou et elle se mit à serrer.

« On va voir comment tu t'en sors sans oxygène, connard ! »

_________________
« “Everyone else sees the Joker laugh, only Harley has ever seen him cry.”»

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La chasse aux fous PV Harley   

Revenir en haut Aller en bas
 
La chasse aux fous PV Harley
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PROTO HARLEY DAVIDSON.
» angle de chasse
» Les fous du volant / Satanas et Diabolo
» Petit rapport de chasse du 07/05/09
» Chasse à la probable supercellule en Lorraine - 26 août 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Gotham :: Gotham City :: East Side :: The Bowery-
Sauter vers: