RPG +16 ans
 

Partagez | 
 

 On évacue les géneurs. [Pv : Pingouin] [annulé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: On évacue les géneurs. [Pv : Pingouin] [annulé]   Mer 27 Juin - 9:50

Vous avez déjà essayé de vous battre en talon vous? Bon heureusement ce n’étais pas des escarpins que je portais, plutôt des bottines en cuir, mais cela ne changeait pas grand-chose au final, le résultat étant le même, j’avais du mal à tenir debout et je manquais de tomber quand j’envoyais mon pied droit dans les parties de l’homme qui me faisait face. Il poussa un gémissement plaintif et les deux autres garçons éméché qui l’accompagnaient reculèrent vivement. Ils ne devaient certainement pas s’attendre à ça. Ils étaient venue passer une bonne soirée et l’alcool les avaient rendu bien trop entreprenant envers les serveuses de l’Iceberg. Certaine faisaient la pute, mais pas celle qu’ils avaient bloqué dans un coin et un viole n’était pas vraiment de la bonne publicité, alors j’avais fait mon faux vrai boulot.

J’avais commencé serveuse ici, mais j’avais habillement manœuvré pour me faire remarquer pour d’autre talent bien plus utile et plus rare chez une femme, j’étais donc devenu la seule femme à travailler dans le service de sécurité du bar, boite de nuit, casino et quartier général du pingouin.

- Vous avez deux secondes pour sortir votre pote d’ici, sinon je fais une omelette avec vos bijoux de familles.
Dis je dans un grognement qui j’espérais ce voulait menaçant. Ce n’étais pas facile de paraitre dangereuse pour moi, après tout peu d’hommes pouvaient imaginer qu’une belle femme sache aussi bien se défendre. C’était souvent un avantage énorme, mais pour intimider …

- On va te faire la peau gamine, tu va le regretter.


Visiblement ils n’avaient pas compris, malheureusement pour eux j’étais aussi dangereuse que j’avais l’air inoffensive. Encore plus malheureux pour eux, ils étaient dans une alcôve et personne ne pouvait nous voir depuis la piste. . Ils se croyais des gros dure et ils l’étaient certainement dans leurs écoles ou boulots, mais moi j’étais flic, j’étais une très bonne combattante. Le premier se jeta sur moi, montrant à quel point il ne savait pas se battre. J’attrapais son bras droit tout en esquivant son assaut maladroit. Profitant de son élan, je n’eus pas à me forcer pour lui tordre le droit puis de briser son coude d’un coup sec. Je le délaissais immédiatement, l’autre semblait plus au courant des choses. Peut être avait il fait de la boxe, mais ses souvenirs étaient tout de même très lointain. Sa garde mauvaise et je n’eu aucun mal à la passer pour lui envoyer un direct du gauche droit dans le nez, puis un uppercut qui le frappa dans la mâchoire. C’était tellement facile avec les hommes ivres. Je sortis mon communicateur.

- Bo, David. J’ai besoin de vous pour évacuer des ordures. Dis je rapidement. Les deux hommes acquiescèrent. Nous étions tous au même niveau, mais j’avais sympathisé avec eux et puis je suis sur que de virer trois abruties leurs plairaient.

Bon sa j’étais pas capable de le faire, sortir en les portants trois grands gaillards. Par contre il fallait que je m’occupe encore de la serveuse qui tremblait dans un coin de la pièce. Doucement je retirais ma veste de costume, lui posant sur les épaules pour masquer l’état pitoyable de son uniforme qui avait mal résisté à l’assaut des trois hommes. J’étais arrivé juste à temps, heureusement que j’avais eu le nez fin sur ce coup là. Je m’accroupissais devant elle, passant une main sur son visage en larme. Bo et David étaient là, entrain de récupérer les trois abruties. On allait simplement les mettre dehors, ils avaient prit une bonne correction et s’ils essayaient de porter plainte nous avions les bandes pour leurs causer plus d’ennuie. Ils étaient tout les trois de bonne famille et chercheraient à éviter un scandale quand ils auront repris leurs esprits. Je connaissais bien ce système, très utilisé dans la criminalité en col blanc.

- Allez viens, on va s’occuper de toi.
Dis je en aidant la pauvre petite serveuse à se redresser. Elle s’en remettrait, mais aurait du mal à rebosser tout de suite.

- Merci, merci ‘Becca. Son visage était humide de larme, son maquillage avait coulé et son menton tremblait.

Revenir en haut Aller en bas
Le Pingouin

avatar

Localisation dans Gotham : Iceberg Casino

MessageSujet: Re: On évacue les géneurs. [Pv : Pingouin] [annulé]   Jeu 28 Juin - 9:36

Cobbelpot était venu relaxer un peu. Toute cette chasse pour le territoire "Jokerien" l'énervait. Cette petite garce d'Haley Quinn lui offrait plus de résistance que prévu et ça avait réveillé son ulcère d'estomac. Il avait beau essayer d'imaginer des plans, mais si personne n'y mettait du sien ce n’était vraiment pas agréable. Et puis, la douleur dans son estomac le tiraillait et comme disais sa bonne vieille mère imaginaire, rien de mieux que l'alcool pour calmer tous les maux.

C'est donc dans l'optique de se relaxer qu'il était venu s'installer dans la partie discothèque de son casino. C'était à l'époque du Iceberg Lounge que le pingouin avait pris gout à cette ambiance boite de nuit. Pas qu'il dansait, mais il aimait bien s'installer dans sa loge privée avec beaucoup d'alcool deux de ses filles et regarder les autres danser et minauder sur le plancher de danse. Du temps de l'Iceberg Lounge il finissait toujours avec la loge pleine de filles du bar qui lui faisait des avances. Oswald savait bien qu'elle n'en avait qu'après son argent, mais il s'en foutait. Certains aimaient pour les corps, pour l'humour, pour l'intellect, lui son truc c'était l'argent et le pouvoir. Une pute frustrée un jour lui avait dit que s'il perdait son argent il ne serait plus rien. Qu'il ne pouvait séduire que par son argent et que personne ne l'aimerait jamais que pour cela.

Il l'avait regardé et lui avait dit : Toi tu séduit grâce à ta beauté et que fera tu le jour ou tu la perdras?

Puis il lui avait collé le visage sur la plaque de cuisson de la cuisine, l'horreur s’était révélée. Pendant qu'elle criait et pleurais son visage brulé et sa beauté perdue le pingouin lui chuchota à l'oreille: tu vois? Ta beauté est bien plus facile à perdre que mon argent. Et en passant t'es viré, je ne veux pas d'une mocheté comme toi dans mon casino.

Hahahaha c'était de bon souvenir. Cette pute l'avait bien cherché quand même. Quand on vend son cul pour de l'argent on ne commence pas à faire la leçon aux autres. Surtout pas à Cobblepot qui était un vrai businessman. Qui avait parti son empire de rien et qui était maintenant au sommet. C'était le plus grand... Ha! être grand, qu'elle beau sentiment.

Il sourit à cette pensée puis prit une gorgée de la boisson bleue qui était sur sa table. C'était l'iceberg spécial, une boisson inventée par les barmans de la boite. Le pingouin n'avait aucune idée ce qu'il y avait à l'intérieur, mais il voyait cela un peu comme un hommage. C'était plaisant de savoir que les gens qui travaillaient pour lui étaient heureux de leur condition, assez pour s'identifier à ce lieu. C'était comme ces agents de sécurité. Il savait bien qu'ils aimaient leur travail. Être doorman dégageait quelque chose de prestigieux, surtout dans un établissement de classe comme l'Iceberg Casino. La partie Lounge du Casino était le club de l'élite de Gotham, c'était le club du meilleur et du pire c'était SON club.

Être de la sécurité du plancher de danse c'était aussi devoir sortir les nuisibles. Ceux qui ne rendaient pas justice à un établissement comme celui-ci. Les cafards qui venaient entacher la grandeur de la maison. Bref il fallait virer les pauvres cons qui se croyaient dans une des boites de nuit des bas quartiers. Cette idée lui était parvenue, car il venait de voir deux gars sortir les pieds devant empoignés par deux agents de sécurités. Il était content, car il avait une bonne équipe. Il regarda d'où ils étaient partis et vit une de ses agents de sécurité et une de ses filles sortit. Apparemment la fille pleurait et l'agent avait un peu de sang sur les jointures...

Que c'était'il passé? Il devait le savoir, après tout c'était son nom qu'on associait ici. S'il s’était passé quelque chose, faudrait éviter que la serveuse ou la sécurité porte plainte. Il se leva et dodelina jusqu'aux deux dames. La musique étant trop forte il leur fit signe des cuivres jusqu'en arrière-boutique ou il pourrait parler. Une fois les portes traverser ils se retrouvèrent aux cuisines, qui fonctionnait à effectif réduit en cette fin de soirée. Il se dirigea vers le cellier qui était une des caves à vin les mieux garnies afin de satisfaire le coin restaurant. Une fois seul avec les deux filles il se retourna.

Oswald: Assoyez vous, et expliquez-moi se qui c'est passé.

Il n'y avait pas vraiment de banc, mais il y avait des caisses d'alcool en bois ou des barils qui permettraient à leurs magnifiques derrières de se poser. Car oui, les deux femmes étaient extraordinairement belles. C'était normal après tout , c'est le pingouin qui les avait engagées. Il s'alluma une cigarette par habitude. Son temps n'était pas dur, ou désagréable, c'était celle d'un patron qui s'inquiétait de ses employés. Mais en réalité c'était plus son commerce que ses filles qui l'intéressait, mais comme les deux étaient intimement liés, il se devait de faire bonne figure.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On évacue les géneurs. [Pv : Pingouin] [annulé]   Jeu 28 Juin - 17:36

J’aurais préféré que le pingouin ne se mêle pas de cette petite affaire. Après tout cette jeune femme avait déjà assez subit, sans devoir en plus s’approcher de notre hideux et petit employeur. Honnêtement si j’avais pus, nous aurions déjà était toutes les deux sortie de force par le GCPD, mais pour le moment je devais jouer mon rôle, donc j’obéis acquiesçant d’un hochement de tête, tout en attrapant le bras de la jeune serveuse, d’une manière qui se voulait professionnel. Nous arrivâmes dans l’une des caves du Iceberg. Il y avait pour plus en dollars d’alcool qu’un de mes salaires annuels. Je fis asseoir la victime, mais moi je restais debout. Les bras croisés dans mon dos, dans une attitude martial qui rappelait certaine ligne de mon C.V. J’étais sensé avoir acquis mes aptitudes martiales pendant un bref passage à l’armée où j’avais été viré pour violence.

- Monsieur. J’ai empêcher trois clients de violer, la petite.
Je parlais calmement, froidement, toujours pour me donner cette attitude de jeune femme froide et professionnel.

Après tout ce n’était pas en restant à surveiller le dance-floor que j’arriverais à grimper dans les sphères de l’organisation du pingouin et pour démanteler l’organisation je devais grimper dans les échelons ce n’était pas plus difficile que ça. Si en plus je pouvais taper sur quelques petits délinquants et criminels aux passages, ce ne serait qu’un bonus bienvenue.

- Bo’ et Dave viennent de les emporter pour les mettre dehors. Leurs blessures ne sont pas grave un nez brisé, une coude brisé, peut être une mâchoire et sans doute une incapacité à bander pour l’un d’entre eux.

Le pingouin avait beau donner l’impression de s’inquiéter pour moi et la petite. Je n’étais pas dupe, il ne pensait qu’à ces vilaines fesses et son portefeuille. Que la petite soit violée et découpé en morceau lui importait peu, mon intervention était sans doute plus intéressante pour lui, mais aussi plus inquiétante pour la réputation du Iceberg Casino. Après tout si les trois gamins portaient plaintes pour agression contre moi, cela risquait de porter préjudice à la boite. Je devais trouver une parade à cela.

- Monsieur nous devrions peut être conserver les bandes de sécurité au cas où les trois hommes voudraient revenir ou chercheraient à avoir recours à la justice.

J’occultais évidemment le faite, que la petite voudrait sans doute porter plainte, je savais qu’elle serait débriefé et qu’on la convaincrait de ne pas porter plainte, de ne pas faire de vague et que ce serait mieux pour elle qu’elle se fasse oublier. Peut être définitivement, mais je ne pouvais de toute façon rien faire pour elle. Je lui avais évité le pire, maintenant qu’elle soit intelligente.

- Je pensais faire raccompagner la petite chez elle, voir m’en occuper moi-même.
Dis je, gardant toujours mon ton froid et professionnel.
Revenir en haut Aller en bas
Le Pingouin

avatar

Localisation dans Gotham : Iceberg Casino

MessageSujet: Re: On évacue les géneurs. [Pv : Pingouin] [annulé]   Jeu 28 Juin - 19:28

Oswald réfléchit très rapidement. La main sur le menton il regardait la jeune fille qui affichait une mine sombre. Évidemment il n'allait pas la garder sur le plancher, elle ne serait pas productive et elle ferait fuir les clients. Mais qu'allait-il faire avec cette histoire. Liberty avait raison il fallait garder les vidéos. Il y avait un risque que les "agressés" porte plainte, il fallait donc sécuriser la réputation de l'Iceberg Casino. Il y avait deux choix, l'un d'eux consistait à éliminer tout le monde, mais l'altercation au Iceberg finirait peut-être par ce savoir et la petite serveuse pourrait finir par craquer et déballer toute l'histoire. Il fallait donc la jouer fine.

Oui bien entendu il y va de soi. Tu pourras rentrer chez toi. Par contre j'ai besoin de quelqu'un sur le plancher, tu ne va pas la raccompagner. Envoye Bo la raccompagné tu remets l'uniforme de serveuse pour ce soir. Je vais faire venir quelqu'un de la sécurité du casino pour te remplacer, c'est plus tranquille en soirée comme ça.

Puis il s'approcha de tout son être corpulent. La jeune serveuse l'observa et il la regarda dans les yeux. Il devait prendre une décision par rapport à ce qu'il adviendrait de la petite. Puis soudain il eut l'éclair de génie. Il prit une bouffée de sa cigarette et souffla sur le côté pour ne pas emboucaner la victime. Déjà qu'elle faisait pitié à voir si elle se mettait à tousser en plus s’était foutu pour lui.

Okay voilà se qu'on va faire. Ce soir rentre chez toi. Demain tu va revenir, avec toi aussi (pointant Liberty) nous allons appeler le GCPD ensemble nous préparons votre déposition et nous leurs remettrons une copie de la vidéo de surveillance du lounge. Il en va de soi que Oswald Cobblepot ne laissera pas ce geste impuni. Mais nous ferons tout dans les règles de l'art. Je ne veux pas de sortie publique et nous ferons venir seulement un détective demain. Ce soir les gens n'ont pas à connaître ton malheur, je ne crois pas de toute façon que tu es envie qu'on ébruite l'affaire je me trompe?

La serveuse hocha de la tête et laissa passé un petit *merci* entre ses dents.

Un beau petit scandale d'évité pensa Oswald. C'était parfait. Il avait anticipé les gros titres : L'Iceberg Casino tente de camouflé une histoire de viol, ou encore Sévisse sexuel chez Cobblepot, l'administration à tenté d'étouffer l'affaire. son plan était parfait. De toute façon ce soir il ne perdrait pas d'argent avec cette histoire et personne ne saurait ce qui s’était passé. Demain il pourrait voir si la déposition des deux protagonistes avait quelque chose de compromettant pour lui, chose dont il doutait fortement, de plus la police ne pourrait pas tenter de les rouler et les aiguiller sur d'autre sujet, il allait être là. La vidéo de surveillance prouvait la bonne foi de Cobblepot et limiterait les dégâts au plancher de danse. Les autres affaires du pingouin seraient en sécurité. De toute façon entre le planché de danse et l'entrepôt secret d'Oswald il y avait non seulement un étage entier du casino, mais il y avait principalement son bureau. Et personne ne franchirait son bureau sans son consentement.

Allez les filles, on met tout ça en marche maintenant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On évacue les géneurs. [Pv : Pingouin] [annulé]   Jeu 5 Juil - 5:42

La soirée avait été longue, je n’aimais pas vraiment faire la serveuse, cela me rappelait toute l’époque où je galérais pour essayer de vivre décemment à Los Angeles, en plus là je n’avais pas de tenue vraiment à ma taille, faut dire je ne pensais pas servir ce soir, je m’étais donc retrouvé avec une tenue un poil trop petite pour moi. C’était assez sexy et mes pourboires avaient doublé par rapport à d’habitude, surtout que j’avais fais l’effort de changer rapidement de maquillage et de coiffure et sa vous savez pour la plus part des gens, vous devenez une autre personne. Il d’eut y avoir qu’un client qui me reconnut, une habitué très gentille et serviable, le genre à sortir avec ses amies juste pour faciliter l’entré des mecs du groupe. Par contre avec mes chaussures ce fut l’horreur, je n’avais pas réussi à dégotter les chaussures de service à ma taille et les miennes bien que confortable n’était pas faite pour faire des allez retour incessant sur la piste. Tant pis la prochaine fois je viendrais bosser avec des chaussures moins féminine, mais aux moins mes pieds ne crieraient pas aux meurtres quand je rentrerais chez moi le soir.

Chez moi, dans le petit appartement minable que je louais, je me changeais rapidement, prenant une douche bien brulante afin de me délacer puis j’appelais ma collègue qui était responsable de ma mission. Pas avec le téléphone de l’appartement, non j’avais une autre ligne un téléphone avec un nom fictif caché dans l’un des murs comme mon arme de service et ma plaque. On y accédait par un des conduits de ventilation. Dans l’urgence ce ne serait pas l’idéal, mais de toute façon j’avais mes armes civils, mais c’était là au cas où. Je passais le coup de téléphone en descendant dans la laverie de l’immeuble. Il n’y avait aucune fenêtre ici presque aucune chance que mes conversations soient captés par l’extérieur. Puis de toute façon j’avais une machine de linge à faire tourner.

***

Le lendemain, il y avait des flics partout dans l’Iceberg Casino, faut dire c’était une occasion en or pour eux de pénétrer ici et de fouiller un peu, avec en plus la bénédiction du propriétaire. J’avais déjà raconté tout ce que j’avais à dire. Je ne risquais rien, du moins pas plus que quelques dommages et intérêt, aucun juré ne me condamnerait à plus que ça vue ce que j’avais fait. Ce n’est pas comme si je les avais tabassé à mort juste pour m’amuser, on voyait tout dans la bande, les trois hommes essayé d’agresser la fille, moi qui intervient et en plus les menaces qu’ils m’avaient fait. Du coup les flics n’étaient pas resté bien longtemps derrière moi. Alors j’attendais derrière le bar, essayant de rester la plus discrète possible, surtout pour qu’on ne me voit pas trop de l’extérieur. Je n’avais vraiment pas envie que les journalistes me vois.

Pour faire bien, je m’étais habillé naturellement, le style videur de boite de nuit était rarement apprécié par les flics. Du coup je ressemblais à une fille normal, décontracté, habillé d’un blue-jean un peu déchiré, d’un petit haut noir à bretelle et de bonne chaussure de marche. Un petit collier en argent avec une croix, des boucles d’oreilles toutes simple et j’avais attaché simplement mes cheveux en catogan. Bref, je respirais la fille simple, avec la conscience tranquille.

J’espérais juste que rien ne viendrait troublé mon état d’esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Le Pingouin

avatar

Localisation dans Gotham : Iceberg Casino

MessageSujet: Re: On évacue les géneurs. [Pv : Pingouin] [annulé]   Ven 6 Juil - 9:13

Le pingouin était dans son bureau avec la plaignante. Ils avaient bien préparé la déposition de celle-ci pour les policiers. Liberty avait déjà été briefé et sa déposition était déjà entre les mains de la police. Le pingouin avait également remis la vidéocassette de surveillance au policier. Ceux-ci semblaient satisfaits, car en plus Cobblepot les laissait fouiner dans le bâtiment.

Oswald n'était pas inquiet. Il avait passé la nuit à préparer l'arrivée des policiers dans son casino. Il se doutait bien que ceux-ci voudraient faire une fouille du bâtiment, alors tout avait été revu, tout ce qui était illégal (comme les tables de jeux truqués et les dés pipés) avait été remplacé par du matériel dans les normes. Même l’entrepôt personnel de Cobblepot avait été rangé de façon à se que tous les trucs illégaux sont camouflés par d'autre, même si Oswald n'avait aucune intention des amenés là-bas, il valait mieux prévenir que guérir. Durant la nuit un des hommes lui avait demandé pourquoi il cachait tout, sans mandat la police ne pourrait pas fouiller l'endroit. Mais le pingouin était un homme prévoyant et voici sa réponse.

Oswald: Effectivement sans mandat je pourrais tout simplement leurs interdire l'entrée. Par contre si on se montre bon joueur et que sans mandat on leur permet de faire leurs petites investigations on aura le beau rôle. De plus leurs investigations sans mandat ne sera pas en profondeur et ils ne découvriront rien ce qui ne les pousseront pas à demander plus. Alors on va les laisser parier sur nous, mais le casino finit toujours par gagner. Maintenant, ferme là et continue à travailler.

Ils sortirent du bureau, les enquêteurs attendaient au bar en bas. Il discutait probablement avec Liberty. Elle avait un charme certain et des yeux à faire pâlir n'importe quel homme. Non seulement elle était impliquée, mais son sourire et ses regards permettraient très certainement d'endormir un peu plus le GCPD. Il arriva donc en bas et la petite fut prise immédiatement en charge par les enquêteurs. Au passage Oswald regardait certains agents qui fouillaient un peu partout sans rien trouver. Il avait refermer la porte de son bureau et ne comptait pas leur rouvrir, il y avait une limite à son hospitalité. Surtout que le crime reproché n'était pas de la faute à Oswald, il faisait partie des victimes, ou plutôt des dommages collatéraux.

Il s'assola sur une chaise au bar avec la fille de la sécurité impliqué, il lui demanda pas trop fort, mais pas en secret.

Oswald: Ça s’est bien passé? La flicailles à pas fait trop de misère? Est-ce qu'il s'en sont tenu à l'affaire ou ils ont posé d'autres questions?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On évacue les géneurs. [Pv : Pingouin] [annulé]   Sam 7 Juil - 5:58

Les bras croisés je regardais les flics du G.C.P.D faire leurs boulots. Il était bon, mais j’avais l’impression que beaucoup d’entre eux manquait d’assurance. Faut dire les flics de rues étaient rarement les meilleurs pour fouiller un lieu correctement. C’était un des premiers trucs qu’on apprenait quand on passait détective, fouiller efficacement et surtout en passant outre le mandat. Bien sur ce n’était pas à l’école, qu’on nous apprenait ça, mais sur le tas. Il y avait de nombreuse faille qui pouvait être exploité, surtout avec un flic infiltré dans les lieux. Une lame avec du sang, posé un peu trop en évidence en dehors de la zone de fouille et on pouvait justifier le flagrant délit et ainsi fouiller et retourner partout. J’avais une fois utilisé une technique similaire pour faire tomber un criminel en col blanc.

Je passais alors pour un simple secrétaire avec de nombreux talent, tellement que j’étais devenu la femme de confiance de ce criminel. J’ai pris un T-shirt, que j’avais maculé de sang humain récupéré dans un centre de don de sang, je l’avais jeté dans son bureau et un hurlement plus tard dix flics avaient retourné le bureau, trouvant de la drogue, des preuves de culpabilité et ainsi de suite. Bien sur on m’avait tapé un peu dessus pour cette mise en scène, mais le jury n’en avait rien eu à faire, comme le Juge. Que je sache, cette homme était toujours en prison.

Mon « patron » vint s’asseoir à coté de moi. Il ne semblait pas inquiet de ce qui ce passait et il n’avait pas de raison de l’être. Ce n’était pas encore le bon moment pour lancer le filet et il allait avoir le beau rôle. Il avait du se palucher à cette idée toute la nuit. Il me dégoutait, mais rien ne transparaissait sur mon visage.

- Non monsieur, ils se sont contenté de l’affaire, ils semblaient même plutôt content de mon intervention d’hier soir.

Oui, ils ne s’occupaient que de l’affaire, la femme détective, m’avait même félicité d’avoir sauvé les fesses de la petite. Je la comprenais, sans moi la petite aurait subit l’un des pires traitement possible pour une femme, jamais elle ne s’en serait remis, là elle avait juste été bousculé. Bien sur elle sursauterait pendant des mois à chaque bruit, à chaque fois qu’un homme l’approcherait trop près, mais elle survivrait.

- Mais le officier en tenue fouille partout, ils ont du recevoir des consignes d’en haut.


Je parlais calmement, ne montrant aucun signe de stress ou d’inquiétude. C’était dans mon rôle de professionnel, je devais toujours garder la tête froide en tout circonstance. Maintenant c’était facile de rester calme, au début lors de ma première infiltration j’avais toujours envie d’hurler où se trouvait les preuves aux flics que je croisais, ce genre de chose. Aussi dangereux pour moi qu’inutile la plus part du temps.

Je fis craquer mes poings, comme le faisais les boxeurs. Je l’avais fais de façon purement intentionnelle, mais je donnais l’impression que c’était un reflexe, mimant une violence et une force contenue, maitrisé.

- Avec tous ça je ne vais pas avoir le temps de faire mon entrainement complet avant ce soir.
Dis je un sourire en coin sur les lèvres.

J’avais parlé doucement, comme si je ne m’adressais qu’à moi-même. Une simple remarque, pour essayé de faire comprendre à cet affreux oiseau que j’étais vraiment une professionnel, qu’il avait bien mieux à faire de moi que de me faire surveiller le dance-floor. Bien sur ce n’était que de petite allusion, mais souvent c’était ce genre de chose qui nous en apprenait le plus sur les personnes. Il n’allait pas me confier la tête d’une opération juste comme ça, mais il fallait que je mette le pied dans les affaires pleins de fiente d’oiseau du pingouin. Une fois que je serais dedans, je n’avais pas de doute, j’arriverais à grimper dans les échelons.
Revenir en haut Aller en bas
Le Pingouin

avatar

Localisation dans Gotham : Iceberg Casino

MessageSujet: Re: On évacue les géneurs. [Pv : Pingouin] [annulé]   Lun 9 Juil - 9:28

Le pingouin pris connaissance de se que Liberty venait de dire. Puis il sentit comme une lumière sur le côté de lui. Il se retourna et remarqua qu'à travers les vites teintés une foule c'était attroupé. La lumière qui avait été balancée était un flash d'appareil photo. Évidemment ses rapaces de journaliste n'en rataient jamais une. Depuis des années on cherchait à traîner Cobblepot dans la boue, les journalistes s'empareraient du moindre soupçon pour faire un article mensonger sur son sujet. La chronique criminelle de Gotham était presque un billboard à potin. Mais d'abord, finissons avec l'agent de sécurité, de toute façon ils attendraient.

arfff c'est vautour me lâcherons jamais. Écoute... euh... Chambers c'est ça? Tu m'amèneras une copie écrite de ta déposition. J'aimerais qu'on se rencontre après toute cette histoire, faudrait parler de quelques trucs. Bon, maintenant ils ont assez fouillé.

Le pingouin se retourna et se mit debout. Il monta sur le plancher de danse qui était un peu surélevé histoire de se donner de la prestance et de se grandir. Il racla sa gorge. Personne ne vit le moindre mouvement dans sa direction, il cogna sur le plancher avec son ombrelle, encore une fois aucun effet. Alors il parla fort

Okay cher force constabulaire, on sort de chez moi. Vous avez fouillé partout, vous avez tout le matériel à votre disposition et vous avez les dépositions, allez faire votre boulot et allez courir après les criminels au lieu de salir le tapis des honnêtes gens. Maintenant je dois m'occuper des journalistes parce qu'apparemment il y a un de vous qui a trouvé très drôle d'appeler les chiens avant de venir. Alors, excusez-moi, mais on ferme, tout le monde dehors.

Les quelques hommes du pingouin resté sur place pour l'occasion firent sortir les policiers calmement par la porte du devant, tous les journalistes s'en donnèrent à coeur joie. À la sortie Oswald était à la porte il donnait 5 jetons de casino à ceux qui sortait. Il ne les prenait pas tous, mais certains les mettaient dans leur poche rapidement afin de ne pas être vus. Cobblepot prenait une photo mentale de leur visage pour se faire une banque de données d'enquêteur possiblement corruptible. Quand le dernier policier fut sorti, il sortit, lui aussi et dit au policier.

Merci, revenez à l'Iceberg Casino, sa nous à fait plaisir de vous servir. *puis se tournant en direction des journalistes* on fera une déclaration dans 10 minutes laissez nous le temps d'arranger la salle, pour bien vous recevoir.

Il rentra et beugla.

Nettoyez moi le fouillis que les policiers ont fait je veux une dizaine de chaises sur le planché et apporté moi un promontoire et un lutrin, je dois donner une conférence de presse, je veux les deux filles près de moi durant la conférence, vous ne parlerez pas je parlerai.... euh non Chambers vous décrirait ton intervention après ma petite introduction ça fera bonne presse. En plus t'es une femme, la presse adora ça. Je n’avais pas envie de les voir, mais comme ils sont là on va s'en servir. Hummm... a oui le café.

Le pingouin marcha d'un pas pressé vers le bar. Il ouvrit un tiroir sous le comptoir et sortit une cafetière. Il la mit sur le comptoir et se rendit compte qu'il ne pourrait pas la remplir lui même. Il était trop petit et la cafetière thermos industrielle était trop grande. Il ne pourrait pas la remplir du dessus et ensuite la sortir du lavabo...

Chambers, j'aurais besoin de toi là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On évacue les géneurs. [Pv : Pingouin] [annulé]   Mar 10 Juil - 7:33

Il voulait que je lui refasse une déposition écrite? Je vous ai dit que je déteste la paperasse. C’était aussi l’avantage de bosser dans l’infiltration, je n’en avais jamais faire pendant et avant une mission, après, ce n’était plus le cas, je devais faire des dépositions, des rapports, ce genre de chose et croyez moi on peut en oublier des choses pendant un an. Heureusement nous avions de nombreux moyen de nous enregistrer. Par exemple j’avais tout une série de micro et d’enregistreur que j’avais incrusté dans le bois même d’un cadre photo et j’avais une nette tendance à parler à voix haute et réfléchir.

- Comme vous voulez monsieur. Dis je doucement, acquiesçant d’un signe de tête.

Je regardais le manège du Pingouin, les bras croisés tranquillement adossé au mur dans une position détendu, notant tout comme lui les différents policiers qui prenaient les jetons offerts. Ce n’était pas forcement un signe de corruption, beaucoup de commerçant offrait des fois une boisson, un repas ou ce genre de chose aux officiers en tenues qui patrouillait dans les rues. Tant que c’était un cadeau sans demande en retour ce n’était pas un soucis, si ce n’était plus le cas, alors on entrait dans la corruption et la tentative de corruption. Dans le doute, je trouverais un moyen de prévenir mon officier de liaison avec le GCPD.

- Les journalistes mais … Murmurais je affolé dans mon coin, je fis d'énormes effort pour ne pas que cela ce voit sur mon visage ou mon attitude. Je réfléchissais à toute vitesse. Les journalistes représentaient un danger pour moi, bien plus important que le pingouin ne pouvait l’imaginer. Heureusement que je ne connaissais personne à Gotham, mais il suffisait d’une photo qui parcoure sur le net pour que quelqu’un me reconnaisse. Le moins dangereux serait mes parents, pire un criminel que j’avais coffré, mais de toute façon je ne voyais pas comment y échapper. Surtout sans rendre ma conduite suspecte envers le pingouin.

Je regardais le pingouin revenir vers moi, sa démarche malhabile presque comique. Je le regardais, essayé de remplir une cafetière bien trop grande pour lui. Je le laissais faire, du moins jusqu’à ce qu’il m’ordonne de l’aider, ce qui fut fait très rapidement.

- Monsieur, je ne suis pas sur que de me faire passer devant les journalistes soient une bonne idée. Certain de ses rats pourraient fouiller plus que nécessaire et vous savez comme moi que les erreurs de jeunesse, ne disparaissent jamais.

Pitié faite qu’il comprenne ce que je voulais dire. Si un journaliste se mettait vraiment à fouiller, par-dessus mes antécédents criminels, il pourrait trouver d’autre chose et peut être ma vrai identité. On ne sait jamais, surtout avec les nouvelles technologies, cela devenait de plus en plus difficile de changer et disparaitre vraiment. Bien sur on avait purger au maximum le net et les archives des journaux, ce qui est en contradiction avec la liberté de la presse, mais je préférais ce genre d'entorse à devoir finir dans une tombe à moitié anonyme.
Revenir en haut Aller en bas
Le Pingouin

avatar

Localisation dans Gotham : Iceberg Casino

MessageSujet: Re: On évacue les géneurs. [Pv : Pingouin] [annulé]   Sam 14 Juil - 11:36

Le pingouin réfléchit quelques instants à la demande de l'agent Chambers. Elle avait sans doute raison. Oswald n'engageait pas que des enfants de choeur, la plupart avaient un lourd passé. Il aurait pu y aller avec l'histoire de rédemption, mais il ne savait pas qu'elle était exactement les accusations qui avaient porté contre Chambers. S'il avait son ordinateur sous la main il aurait pu regarder, mais bon ce n'était pas encore le cas. Il devait s'acheter une de ses tablettes intelligentes pour ce genre d'occasion, mais pour l'instant il était dans l'ignorance.

Oui. Bon réflexe Chambers, et puis nous allons faire du casino le héros en parlant de l'équipe pas de la personne précise. D'accord. Va porter la cafetière Marc Est en train de monter une table exprès pour ça.

Cobblepot lui se dépêchait et alla en cuisine il prit quelques muffins et croissants des déjeuners qui n'avait pas été manger et les mis dans un plat en osier. Il sortit de la cuisine avec son panier et alla le déposer vers la table. Il jeta un oeil et tout semblait prêt pour faire entrer les journalistes. Oh non encore une petite chose. Oswald retourna en cuisine et alla chercher une petite caisse qu'il mit à l'envers derrière le lutrin. Elle le grandirait encore plus même si le lutrin n'était pas très grand. Après tout il devait avoir l'air fier.

Il se mit debout derrière le lutrin puis réfléchis à ce qu'il allait se passer. La petite serveuse victime allait s'asseoir près de lui, les autres agents allaient vaquer à leur obligation, mais certains confineront de manière "aimable" les journalistes à la piste de danse transformée en salle de presses. Ils empêcheraient les journalistes de monter dans le casino après tout il y avait encore quelque client qui était si absorbé par leurs machines qui ne se rendrait jamais compte de se qui se passe en ce moment. Il prenait la parole vantant les activités du casino, leurs soucis de la justice, leur collaboration rapide et toutes ces autres merdes qui font la joie des citoyens normale et qui mousseront l'activité de l'Iceberg. Ensuite il répondrait à quelque question puis retournerais dans son bureau avec l'agent Chambers... oui c'était le plan. Maintenant restait à le réaliser.

Parfait, tout es prêt. Laissez entrer les vautours. Évitez qu'ils prennent des photos partout. On leur a installé un endroit c'est là que je les veux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On évacue les géneurs. [Pv : Pingouin] [annulé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
On évacue les géneurs. [Pv : Pingouin] [annulé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pingouin intelligent
» [Tokyo Disneyland] Parades annulées
» [Kourkov, Andrei] Le pingouin
» PHOTOS – Newt : le projet annulé de Disney Pixar se dévoile malgré tout
» Le Pingouin est en marche...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Gotham :: Gotham City :: Diamond District :: Iceberg Casino-
Sauter vers: