RPG +16 ans
 

Partagez | 
 

 Le pied dans la porte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Pingouin

avatar

Localisation dans Gotham : Iceberg Casino

MessageSujet: Le pied dans la porte   Ven 22 Juin - 16:06

Oswald était sorti de son casino. Sorti de sa forteresse imprenable. Il n'avait pas le choix, certaines affaires devaient être menées personnellement et sur le terrain. Il roulait dans sa limousine. Il n'aimait pas beaucoup sortir du casino c'était un peu comme redevenir vulnérable. C'est pour ça qu'il se promenait toujours avec un cortège d'hommes pour le protégé. C'était certes un cortège réduit vu la menace à laquelle il allait se frotter, mais quand même. Il avait sorti son plus beau parapluie, son arme de prédilection. Un parapluie fatal et en titane qui pourrait lui servir de bouclier comme d'arme à feu. On ne savait jamais comment les pourparlers ne pourraient virer. Le chauffeur de la limousine tourna afin de rejoindre amusement miles. Cet endroit n'avait pas l'habitude de voir rouler une aussi belle voiture. Une limousine Ford, une Américaine, noir, les vitres teintées noires également. C'était un bunker roulant. Des plaques de blindé était fixé tout le tour et les vitres pare-balles était faite pour résisté à un impact de balle à bout portant. Même les pneus avaient une seconde chambre à l'intérieur, lorsqu'il était percé le second caoutchouc se coulait de lui-même, un mécanisme d'hydrogène et d'azote très coûteux.

La limousine d’Oswald arrêta près d'un parc pour enfant. Le parc avait été délaissé depuis bien longtemps par les enfants et c'était des crapules déguisé en clown qui jouait dans le module de jeu en forme de bateau. Depuis que le Joker était mort, Cobblepot s'évertuait à récupérer son territoire avant que quelqu'un d'autre le fasse. Récemment il s’était heurté à une résistance, ma foi, inattendue. Harley Quinn l'insolence compagne du Joker lui mettais un bâton dans les roues résistant à la main mise de Cobblepot. C'était ridicule, aussi folle fût-elle, elle ne pourrait contrôler les hommes du joker bien longtemps. C'était tous des cinglés, et sans le roi des fous, ils perdraient tout contrôle. Se qu'il fallait à Gotham ce n’était pas des fous furieux, c'était des hommes bien guidé, mener par un être intelligent comme Cobbelpot. De toute façon Gordon pouvait bien penser qu'il finirait par faire tomber le crime, Oswald avait compris depuis longtemps qu'il ne fallait pas le faire tomber, mais bien le contrôler. Les gens n'arrêteront pas de se droguer, d'acheter des armes ou de jouer, c'était une théorie d'idéaliste.

La porte de la limousine s'ouvrit Cobblepot sortie. Deux hommes sortirent par la portière du conducteur, 4 autres hommes sortirent d'une voiture qui suivait la limousine. Harley regarda le soleil qui n'était pas encore couché, mais qui penchait dangereusement vers l'horizon. C'était un mois de janvier très doux, et malgré la neige qui tombait de temps à autre le ciel avait été dégagé toute la journée. Le manteau de fourrure de Cobblepot rappelait à tout le monde sa richesse et son importance, mais cachait également une veste par balle. Il alluma une cigarette et prit une bouffée. Puis en s'appuyant sur son parapluie essayant de dodeliner le moins possible il s'avança vers les clowns qui le regardaient dans le module de jeu.

Cobblepot: Harley sort de là, ils font qu'on parle. Il est mort ton clown, sois raisonnable.

_________________


Dernière édition par Le Pingouin le Jeu 20 Sep - 16:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pied dans la porte   Ven 22 Juin - 23:52

Voilà près d’une année entière que Le Joker était déclaré mort. Malgré tout, Harley Quinn ne voulait pas y croire… Elle continuait à espérer un retour de son cher Mister J. Mais plus le temps passait et plus ce fameux retour semblait impossible. Même si Le Joker n’était plus là, Harley refusait d’abandonner ce que son biquet avait laissé derrière lui. Elle avait en quelque sorte repris la relève, c’est maintenant elle qui contrôlait le gang de son chéri. Mais sans Joker, Harley ne savait pas très bien sur quels pieds danser… Elle se sentait déboussoler. Elle n’avait rien d’une meneuse, elle était habituée à suivre les ordres du Joker sans poser de questions. Maintenant que c’était elle la patronne, cela lui faisait vraiment étrange.

Les hommes-clowns avaient du respect et craignaient trop Le Joker pour lui désobéir, mais ce n’était pas la même chose avec Harley… Elle n'était rien d’autre que la marionnette du patron et ils ne lui obéissaient pas autant qu’au Joker. En gros, cela dépendait de leurs humeurs. La plupart avaient fini par croire à la mort du Joker, mais Harley continuait à espérer malgré toutes les larmes qu’elle versait chaque soir en s’imaginant le pire.
La jolie arlequine se trouvait présentement dans un parc pour enfants avec quelques hommes-clowns. Elle était assise au sommet d’un module en forme de bateau.

Vêtue de son habituel habit d’Arlequine rouge et noir, elle avait ses jambes qui balançaient dans le vide. La blondinette chantonnait une chanson qui lui trottait en tête en regardant au loin le soleil qui peu à peu disparaissait. La jeune femme eut un sourire triste alors qu’une fine larme coulait le long de sa joue gauche. À ce moment, le bruit d’une voiture se fit entendre. Harley essuya rapidement sa larme et jeta regard neutre en direction du bruit…

Une limousine Ford, une Américaine, noir, les vitres teintées noires également venait de s’arrêter face au parc. La porte de la limousine s'ouvrit Cobblepot sortie. Deux hommes sortirent par la portière du conducteur, 4 autres hommes sortirent d'une voiture qui suivait la limousine. L’arlequine roula ses yeux avec un soupir. Depuis que Le Prince du Crime n’était plus, Le Pingouin s'était mis en tête de prendre son territoire. Seulement, Harley avait décidé de ne pas céder. Après tout, c’est ce que Joker aurait fait, il n’aurait pas cédé. Elle voulait tellement lui rendre honneur et ne pas le décevoir.

Le pingouin et ses hommes s’approchèrent, les clowns les dévisageaient prêts à attaquer aux moindres mouvements brusques. Harley resta en haut du module, elle n’avait pas bougé d’un poil en laissant toujours ses jambes balancer dans le vide. Le pingouin prit alors parole en s’adressant à elle :

-Harley sort de là, ils font qu'on parle. Il est mort ton clown, sois raisonnable.

Aux paroles de Cobblepot, le regard d'Harley parue s’assombrir. Elle se leva et fit une jolie pirouette en se jetant en bas du module, elle atterrit sur ses pieds entre deux hommes-clowns. Elle mit ses deux mains sur sa taille et s’arrêta à quelques mètres du célèbre criminel.

-De quoi veux-tu parler, Oswald? Si tu es venue pour prendre le contrôle du territoire ou du Gang de Mister J, tu connais ma réponse… C’est toujours non! Et sache que Le Joker restera toujours en vie. Tant et aussi longtemps qu’il y aura des gens pour continuer ce qu’il avait commencé. Dit-elle en croisant ses bras sur sa poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Le Pingouin

avatar

Localisation dans Gotham : Iceberg Casino

MessageSujet: Re: Le pied dans la porte   Lun 25 Juin - 14:26

Oswald jugea la situation. Il pouvait très bien s'occuper d'Harley personnellement et ses hommes étaient beaucoup mieux entraînés que les fous furieux du Joker. Puis il se mit rapidement à faire un calcul dans sa tête. Était-ce plus profitable d'éliminer Harley Quinn et de prendre le territoire ou d'essayer de négocier? Contrairement à ce que l'on pouvait penser un mort coûtait extrêmement cher, les ententes la plupart du temps étaient beaucoup plus profitables. Le coût ne se monnayait pas toujours en argent, mais des fois en argumente. Les hommes du Joker avaient choisi Harley, c'était un peu comme si accrocher à un souvenir, certes elle n'avait pas l'absolu contrôle sur eux, mais pour l'instant ça les contenait. Il faudrait un certain temps pour les remplacer un par un par les hommes du pingouin. Il essaierait donc de ne pas trop "forcer" son acquisition

Oswald: Écoute moi bien Harley. Tu n'es pas le Joker. Tu ne les tiendras pas en laisse très longtemps, tu es assis sur le couvercle d'une marmite qui bouille. Tu es intelligente, tu crois qu'ils résisteront longtemps avant de te faire la peau? Ils n'oublieront jamais le Joker, mais ils oublieront ce que tu représentes... Tu es déjà morte. Et je suis sûr que si le Joker revient il n'aimerait pas que tu sois morte. Donne moi le territoire, on s'approchera pas de ton funny house. Tu pourras attendre le Joker qu'il ressuscite une énième fois. Allez va tenir la maison, en attendant que ton marie rentre du travail.

Le Joker ne reviendrait pas, il était mort. Aussi mort que son sens de l'humour était nul. Mais Harley était une cinglée comme tous ceux qui tournent autour du Joker. La différence était qu'elle ne suivait pas le Joker dans la peur, mais dans l'amour. Cette folle furieuse s'accrocherait peut-être à cet espoir. Et puis c'était une cinglée, mais pas une conne. Elle était assez brillante pour comprendre qu'il ne faudrait pas grand temps pour que ses hommes de main se cherchent un nouveau chef quelqu'un de plus effrayant et de plus fou. Harley finirait comme amuse-gueule pour ses cinglés qui rêvent d'un peu de gloire "Jokerienne". Il cherchait également à la provoquer un petit peu, c'était sa façon de mener ses affaires. Il devait sentir qu'il avait le dessus sur tous les points. Il n'avait pas été trop rustre ou mal poli, Harley était habitué à bien pire avec les hommes qu'elle fréquentait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn




MessageSujet: Re: Le pied dans la porte   Mer 25 Juil - 16:35

Oswald, ce vieil Oswald revenait mettre son nez dans les affaires du Clown. Même s'il n'était plus, étais-ce une raison pour essayer de marcher sur ses plates bandes ? Aucunement ! Aussi longtemps qu'elle vivrait, il y aurait quelqu'un pour défendre le morceau avec hargne. Et très sérieusement, y aurait-il à lutter vraiment contre ce petit truc d'un mètre-même-pas-soixante qui pourrait rouler tellement facilement si on le poussait sur le côté.

*Mon pauvre ami, si on se débrouillait à te faire un cloche pied, dans deux mois tu roulerais encore*

Cette pensée suffit amplement à chasser un instant l'image qui lui avait fait perdre un peu de sa précieuse eau quelques instants plus tôt. Qui craindrait quelqu'un de si petit s'il n'était pas si riche. Cet intraitable homme d'affaire était encore trop richement habillé. Un coup à se faire coincer dans un coin et dépouiller. Mais il ne craignait pas ce genre de mésaventures cet oiseau la. Les armes il les fournissait, et il était bien protégé. Elle avait eu de la chance, aucun des hommes de peut être feu-J n'avait cédé aux appels de la sirène de bac à glace. Il aurait d'ailleurs pu faire feu. Il n'en était rien. Elle en resta souriante, les mains toujours bien crantée à ses hanches.

*Je finis par me demander s'il a choisi son surnom ou si au final c'était son prénom qui l'avait choisi.*

Voila qui lui fit incliner légèrement la tête vers la droite. Pensive elle joua avec une mèche de ses cheveux. Le mot magique qui commençait par une consonne fit battre son cœur et ramena son esprit à la raison. Elle avait interdit à ses hommes de mains de parler du Joker en sa présence, instaurant cette petite manie comme un dernier hommage, une minute de silence éternelle pour un mot chéri. Ca, ils arrivaient à le tenir, et les punitions pour les quelques incartades l'y aidaient. Il faut dire que ceux qui étaient restés devaient bien croire un peu en elle, un an avait quand même passé depuis..Depuis... Elle haussa un sourcil.

« Voyez vous ça... »

La demoiselle enleva finalement les mains de ses hanches et, méprisant les quelques hommes sortis plus tôt de la voiture elle s'approcha du petit homme, assez pour pouvoir lui répondre en le toisant.

« Ne serais tu pas plutôt une sous espèce de requin, plus qu'un simple Pingouin, Oswaldounet ? »

Elle lui sourit de plus haut et entreprit de faire le tour de l'homme, ce qui prendrait un peu plus de temps que de le parcourir en hauteur, et finit par se poser devant un des hommes armés. Portant son regard sur la petite créature, elle joua un peu avec le bout du canon de l'homme qui grimaçait, prêt à tirer.

« Ils sont chargés au moins ? »

Elle se mit à rire toute seule et revint prendre place devant lui.

« Parlons peu, parlons bien. Tu es tout aussi malin que moi. Et qu'est ce qui me retient de penser que tu as réussi à le cacher assez longtemps pour pouvoir le plumer de son terrain, hein ? »

Courte pause. De nouveau, en vautour elle lui tourna autour, jouant avec la même mèche que tout à l'heure .

« Ce serait malin. Ecoute un peu. Il était une fois un petit pingouin qui s'est dit qu'il pourrait détruire Harley rien qu'en cachant un peu son Joker. Donc,- geignant légèrement- la pauuuuuvre petiiite Harley qui se sent biiiien seuuule -reprise de la voix normale- elle va négocier gentiment, voire même se faire avoir. Et hop, on libère le Joker qui revient et se rend compte qu'on l'a dépossédé. Furieux, il cogne la petite harley jusqu'à ce qu'on puisse la manger étalée sur du pain en vulgaire pâté et tout finit bien. Le petit Pingouin il peut continuer tranquillement à vivre, laissant un pauvre Joker tout seul et un pâté de Harley. Allez, on applaudit le plan de génie.»

Elle regarda ses hommes en applaudissant, les encourageant à en faire de même. Elle se tourna de nouveau vers le volatile, et après quelques instants leva la main en l'air pour calmer ses hommes.

« Tant que je mène les affaires ils n'ont pas de raison de me laisser tomber. Ils y croient autant que moi. En son absence je suis sa représentante officielle. Alors de deux choses l'une. Négocier je veux bien, mais y a des choses qu'il faut pas demander. A moins que t'aie vraiment quelque chose de GEANT à me proposer. »


_________________
« “Everyone else sees the Joker laugh, only Harley has ever seen him cry.”»

Revenir en haut Aller en bas
Le Pingouin

avatar

Localisation dans Gotham : Iceberg Casino

MessageSujet: Re: Le pied dans la porte   Jeu 26 Juil - 9:43

Le pingouin regardait Harley. Ouais il n'y avait pas de doute elle était folle. Pas juste un petit peu folle, mais vraiment très folle. Elle avait que quelques hommes, très peu de territoires, Cobblepot l'avaient retranché dans ses derniers bastions et elle n'avait plus le Joker pour l'aider. Cobblepot lui faisait une fleur en lui offrant de prendre son territoire doucement, mais elle s'installait et posait ses conditions. Vraiment elle était plus conne qu'il pensait. Il avait toujours cru qu'Harley était manipulé par le Joker dans la folie et qu'une fois débarrassé de lui elle reprendrait un peu de jugeote. Il se trompait évidemment. L'oeuvre du Joker en la personne d'Harley était complète et irréversible, elle avait sombré pour le clown en mauve et rien ne la ramènerait, sauf la mort.

Tu aurait de l’accepté... Alors comme le dit si bien notre cher président. Je ne négocie pas avec les terroristes. Flinguer moi ces clowns...

Les hommes d'Oswald avaient déjà leurs mains sur leurs armes. Le petit manège d'Harley de tourner autour d'eux leur avait provoquer une petite poussée d'adrénaline. Ils étaient prêts à faire feu, lorsque l'ordre arriva les hommes agirent très rapidement sortant les pistolets et commencèrent à visé les hommes d'Harley ainsi qu'elle même. Cobblepot lui avait décidé de ne pas assister au spectacle. Il s’était retourné laissant ses hommes à leur carnage. Il s'appuyait tranquillement sur son ombrelle et marchait vers sa limousine.

En fait il se doutait bien que Harley essaierait quelques choses contre lui. Il gardait la main bien appuyée sur son ombrelle. Dans celle qu'il avait choisie il y avait une mitraillette dans le bout et la poigné était un crochet (en forme de serre d'oiseau) relié à une chaine et à mécanisme se qui lui donnait un avantage de porter dans un possible combat. Il aimait évités les combats (ça froisse les vêtements), mais au besoin, il était formé en maitre du judo. Comme la plupart de ses adversaires le sous-estimaient à cause de son physique ingrat, il avait rapidement l'avantage. Mais il espérait que les balles qu'il entendait derrière lui frappaient les hommes, d'ailleurs deux cris distincts lui indiquaient qu'effectivement les balles avaient atteint leurs cibles. Mais aucun cri féminin... mais des bruits de pas de course derrière lui. Il y aurait combat...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn




MessageSujet: Re: Le pied dans la porte   Ven 27 Juil - 10:25

On avait bien rigolé, il allait sûrement être nécessaire de passer aux choses sérieuses très bientôt. Soit. Le Pingouin n'était pas un oiseau bien bavard. Elle le savait, et elle n'en avait cure. Un peu comme son compagnon, elle était tout à fait capable de tenir une conversation avec elle même. Et un petit coup de pistolet tiré en l'air, ils rieraient avec elle ses petits gars. La demoiselle s'était sagement placée de nouveau entre ses deux amis préférés, reprenant sa pause initiale. Une nouvelle boucle avait été bouclée, en ouvrant une directement sur le nouveau chapitre. Mouvementé. Et bien tant pis, de toute façon elle n'avait jamais été contre la pratique de l'exercice. Il n'avait rien dit, se contentant de la regarder avec cet air si particulier que prennent les êtres humains lorsqu'ils se tiennent face à une folie que rien ne saurait raisonner. Elle se mit même à chantonner très légèrement pour marquer ce silence de quelques secondes qui lui était déjà bien trop pesant .

*J'aurais du ? Peut être...A moins que ce soit toi qui n'aurais jamais du revenir mettre les pieds ici et demander l'impossible à une femme qui ne sait même pas si elle est en deuil.*

La réaction devait être rapide, elle le serait. Prête à l'affrontement qu'elle pensait de toute façon inéluctable, elle fit un bond vers la droite.

« Allez mes chéris, on se défend dignement. POUR MISTER J. »

« POUR MISTER J »

Et ceux qui avaient réussi à éviter la première salve de balle, c'est à dire tous sauf un, s'étaient réfugiés chacun derrière un bout de manège mal graissé. La demoiselle elle préféra s'occuper de l'oiseau de malheur en personne. Le tout serait de l'atteindre entière. Nouveau cri, un de moins . Ou du moins un membre en moins. Pas le temps de vérifier. Quelques sauts agiles plus tard, elle se servit des épaule d'un des tireurs pour atterrir souplement hors de portée des tireurs. Ils ne prendraient pas le risque de tirer sur leur maître n'est ce pas ? On remplace des larbins, pas les pingouins.

« Hep hep hep. Viens donc ramasser ce que tu sèmes. »

La course ne se finit que lorsqu'elle puisse s'arrêter à une distance juste assez importante pour ne pas qu'elle puisse se prendre un coup d'ombrelle bien placé.

« Aie le courage de tes opinions. Terroriste peut être. Mais j'ai au moins le courage de me battre pour mes idées. Tout ne s'achète pas. »

Et elle fondit sur lui, point doit en avant, prête à frapper en pleine tête.

_________________
« “Everyone else sees the Joker laugh, only Harley has ever seen him cry.”»

Revenir en haut Aller en bas
Le Pingouin

avatar

Localisation dans Gotham : Iceberg Casino

MessageSujet: Re: Le pied dans la porte   Ven 27 Juil - 10:59

Pour ceux qui ne saurait pas familier avec l'art martial qui est le judo une petite mise a jour s'impose. Le Judo signifie littéralement l'art de l'adaptation en japonais. C'est un art martial qui est principalement basé sur des techniques de projection, de contrôle au sol, d'étranglements et de clefs. C’est un art martial qui à l'avantage de ne pas demander une force importante, mais plutôt un cerveau très rapide. En effet, il consiste à analyser très rapidement une situation afin d'adapter rapidement sa position et son rôle de combattant à son adversaire. Plus l'adversaire du Judoka est fort, plus le travail du pratiquant martial est efficace. Le Pingouin avait choisi ce style de combat et l'avait amené à un niveau atteint par les grands maitres. Son génie vif et alerte lui permettait d'analyser les situations les plus étranges et leur avantage possible. De plus sa stature petite et son corps rondelet, lui permettait de servir de levier et de balancement pour effectuer des projections dévastatrices.

C'est d'ailleurs cette tactique qu'il utilisa. Entendant Harley chialer à l'arrière sur l'honneur et toutes ces conneries de pauvres, il ne se retourna même pas. Il continuait à avancer tranquillement vers la limousine. Il voyait le reflet de l'harlequine dans les vitres teintées et réfléchissantes de sa luxueuse bagnole. Il avait donc l'oeil aux aguets et le cerveau en ébullition. Il l'a vit foncé aveuglément vers lui poing devant. Quelques secondes avant que l'impact ne se fît sentir. Le pingouin se retourna de profile et se recula, particulièrement agile et rapide malgré se qu'on pourrait croire. Il se saisit du bras de l'harlequine qui lui passa près du visage et se servit de son ventre comme d'un point porteur. Il laissa le mouvement continuer de lui-même sur le point porteur et l'encouragea en tirant vers le bas. L'effet fut instantané, une pirouette sur le point porteur de la part de Harley qui était tout simplement involontaire de sa part, mais très volontaire du pingouin. Elle alla s'écraser contre le côté de la limousine qui sous le poids de l'impact renfonça.

Pingouin prit son ombrelle et pointa directement dans le bout sur le corps imbriqué dans la voiture d'Harley. Il sortit également la poignée serre de son socle et commença à tourner la corde un peu comme un fléau, mais sur le côté de sa personne.

Tu sais Harley, t'aurais fait une super penguin Girl... Adieu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn




MessageSujet: Re: Le pied dans la porte   Ven 27 Juil - 12:56

Tout était allé vite. Très. Trop. Elle se savait plutôt moyenne au combat rapproché. Son arme principale et préférée était la fuite, sans aucune hésitation. Et pourtant, sans réfléchir elle s'était lancée la tête la première en direction de cette petite chose qui ne frémit pas un seul instant sous son épais manteau de fierté. Elle ne le connaissait que de réputation, et cette dernière ne couvrait pas ses arrières jusqu'au point épineux de la ceinture. Cet animal fourbe en connaissait de toute évidence un sacré rayon sur l'art des clés. De bras principalement. Heureusement pour la bicolorée, il ne lui avait pas fait faire un tour de cou. Mais on s'en rapprochait dangereusement. Ainsi donc elle arrivait à vitesse tout à fait respectable, poing tendu. L'ordre logique des choses voulait qu'un bruit d'os se fasse entendre, suivi par un cri de couleur masculin. Mais du tout du tout. Le cri fut de surprise, et féminin. Il couvrit l'agonie d'un de ses larbins. Et donc, passée la surprise : la voiture. Et une douleur lancinante. La tôle c'est bien trop dur pour un corps humain.

La pirouette, elle l'avait pas prévue. Pas plus que la chute. Douloureuse et humiliante. Harley s'était faite coiffer au poteau par un petit truc hargneux et trop éxubérant. Elle se battait pour une noble cause et se retrouvait au sol si facilement ? Etait elle si faible que ça ? Avait il mis sa confiance en une pleurnicheuse ? Si l'idée que ça soit le cas faillit lui arracher quelques larmes du cœur plutôt que de douleur, ce fut un sifflement bien connu qui lui redonna du courage. Une balle qui avait l'air perdue. L'air seulement, puisque c'est ce sourire du tireur avant de se prendre lui même une balle semblable dans la tête qui lui redonna du baume au cœur. Un de moins pour la défendre, un de plus à venger. Profitant du bref intervalle de réaction de son ennemi, elle se releva. Moins vite qu'elle ne le pensait. Sans Mister J pour l'entrainer, elle supportait bien moins les coups. Elle s'était donc relevée et chercha une solution aux alentours. Rien, si ce n'est la voiture qu'il ne voudra peut être pas abîmer plus. Elle se lanca en arrière, espérant que ses bras supportent son poids endolori. Parfait, seule la chute fut moins aérienne qu'à son habitude. Rangée derrière la voiture, elle

« Tu veux jouer à qui mourra le plus vite ?. »

Affaiblie par la douleur, elle devait trouver une solution. Heureusement, elle se trouvait du côté du réservoir. Elle sortit un briquet de sa poche et ouvrit le petit clapet. Elle bloqua la flamme et l'envoya dedans. Ca n'exploserait pas tout de suite, ce n'était qu'une question de temps, ça brûlerait d'abord avant de finalement faire un joli petit feu d'artifice. S'il ne craignait pas d'envoyer un corps sur sa voiture, il ne devait pas y tenir plus que ça. Elle devait maintenant se protéger tout en le laissant proche de la caisse. Dans son autre poche, elle n'avait qu'un couteau. Pas de trombone, la situation semblait désespérée. Et les autres continuaient de tirer. Armée de son couteau , elle s'assit pour ne pas se prendre un coup de grapin lancé un peu trop bien.

« J'te pensais moins agile que ça. »

Gagner du temps.

_________________
« “Everyone else sees the Joker laugh, only Harley has ever seen him cry.”»

Revenir en haut Aller en bas
Le Pingouin

avatar

Localisation dans Gotham : Iceberg Casino

MessageSujet: Re: Le pied dans la porte   Sam 28 Juil - 9:23

Foutu balle... mais qu'est-ce que vous attendez tuez moi c'est cinglé allez.

Les hommes n'étaient plus ce qu'ils étaient. Allons c'était du tir face à face. Une balle et il mourrait. Comment pouvait-il se manquer à ce point. On entendait les balles sifflées, mais on aurait dit qu'il tirait volontairement à côté. Un peu comme si on visait quelqu'un dans un couloir et qu'on n’arrivait pas à l'atteindre. C'était tout bonnement ridicule. Sa concentration avait été dérangée par l'incompétence des deux camps à s'éliminer. Lorsqu'il se retourna vers Harley, elle n'était plus encastrée dans la voiture, elle était assise près de la voiture.

Elle foutait quoi, ils étaient en mode combat. Soudainement on prenait une pause pour respirer? Ce n’était absolument pas dans les "règles". C'était très frustrant aussi, car sans cette fichue balle tout aurait déjà terminé. Une erreur de la part de l'Harlequine et le Pingouin avait son territoire. Mais là... elle voulait parler quelque chose clochait. Oswald ne répondit pas, mais grogna tout en observant son adversaire. Mais un son vin troublé sa concentration encore une fois. Pas le son d'une balle par contre le son de quelque chose qui s'embrase rapidement

Grumpfh ((( oui tentative de faire un son d'essence qui s'enflamme)))

Par réflexe Cobblepot se retourna vers le son et ouvrit son ombrelle afin d'en faire un bouclier. Il croyait à l'allumage d'un lance-flamme ou d'un cocktail Molotov. Il n'eut pas le temps de trop l'analyser en fait...

BOOM

La déflagration fut presque instantanée. Le pingouin était très proche de la limousine qui volait en éclat. Il sentit la chaleur l'envelopper simplement stopper par l’ombrelle et sa fonction bouclier. Tout le tissu de l'ombrelle pris feu et en quelque seconde il ne restait plus que la structure de métal, noirci par les flammes. L'impact fut assez important. Oswald fut projeté vers l'arrière s'élevant comme dans les aires. Il eut une drôle de pensée à ce moment

Qui à dit que les pingouins ne volaient pas?

Mais le comique de la situation ne dura pas longtemps, car il alla s'écraser contre le sol 5 mètres plus loin. La douleur se fit immédiatement sentir. La douleur de l'impact et de quelques brûlures superficielle une chance. Son ombrelle lui avait encore une fois sauvé la vie. Il n'avait jamais autant aimé sa mère et sa folie à ce moment-là. Il était couché sur le sol. Il ne se relevait pas. Il n'était pas inconscient ou mort il était juste stupéfait. Elle avait fait voler sa limousine en éclat...Bang comme ça...

Il n'entendait plus les coups de feu. Ils avaient arrêté. Des bruits de pas claquaient vers lui. C'était ses hommes qui arrivèrent et le regardèrent de haut. Ils n'osèrent pas le touché et voyais bien que leur patron n'était pas mort.

Ça va M. Cobblepot?

Aidez moi à me relever bande d'imbéciles...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn




MessageSujet: Re: Le pied dans la porte   Mar 31 Juil - 8:23

Il avait failli lui régler son compte une bonne fois pour toute. Pauvre fille. Après tout, perdre la vie c'était peut être la meilleure solution quand on se retrouve tout seul dans un monde si grand. Tseuh, quelle idée ridicule. Sauvée par quelqu'un dont elle se fichait, elle resterait encore un certain temps dans la bataille. La voiture ne lui fournissait pas un véritable abri . Avec son grapin, le petit truc hargneux pouvait tout à fait avoir un coup de chance et viser droit dans la tête. Se cacher sous la voiture était encore plus dangereux au vu de ce qu'elle venait de faire le plus simplement du monde. Elle devait s'éloigner lentement sans que ça s'entende. Un pas de travers et elle se faisait repérer.
Elle entreprit de partir vers la gauche. Elle s'éloignait, lentement...lentement. Impossible de savoir combien de temps il leur restait exactement, et pourtant elle devait tenter quelque chose. On échappe à la mort une fois c'est bien, et bah deux fois c'est mieux. Au moins, il y avait avec les bombes un tic tac rassurant, quelque chose à quoi se raccrocher. La non, c'était laisser sa destinée aux mains de la nature. Et il était un fait avéré : elle n’obéissait qu'a Poison Ivy. Et elle ne l'était pas. Se protéger d'une déflagration quand on est pas équipé, c'est peine perdue. Heureusement qu'elle avait un peu de chance dans la vie.

Grumpfh ((( Bon bah je reprend xD)))

Ah ! Enfin un signal d'activité. Il n'y avait que quelques secondes de reste. Elle choisit l'option reptilienne : elle se recroquevilla sur elle même, le plus proche du sol possible en espérant que ça marche comme elle l'espérait.

BOOM

Peu de temps s'était écoulé entre les deux et de toute évidence l'idée choisie n'était pas la bonne. La voiture avait explosé, heureusement aucun des débris volants ne vinrent l'estropier ou bien la défigurer. Si elle avait pu entendre les pensées du Pingouin, elle aurait ri. Mais sans de telles capacités elle se contenta de voler, atterrissant dans un des jeux un peu plus hauts que les autres. Ses complices furent moins touchés par la déflagration puisque plus éloignés de la voiture . Profitant de l'agitation, ils accoururent. Ils la firent descendre du jeu aux couleurs dégoûtantes et la posèrent par terre.

« Harley, HARLEY, tu nous entend. »
« ... »
« HARLEY »

Une claque et demie plus tard, la -dite Harley ouvre un œil . Il est là, la main levée, prêt à recommencer. Elle bloque son bras brutalement.

« QUI T'A DIT QUE TU POUVAIS ME TOUCHER TOI ! »
« Mais..Tu..Enfin.. »
Un qui ne risquait pas de se faire frapper le défendit.
« On arrivait pas à te réveiller autrement. »
Elle fit la moue.
« Hmm. »

Elle le claqua quand même avant de se relever.
« Il est ou l'autre emplumé ?  Dites moi qu'il est parti en fumée.»
« On sait pas, ça brûle encore.»
« Bah allez voir ! Faut tout vous expliquer vous hein ? »

Et voilà qu'un de ses minions avait fait le tour pour aller voir ce qui se passait de l'autre côté.

_________________
« “Everyone else sees the Joker laugh, only Harley has ever seen him cry.”»

Revenir en haut Aller en bas
Le Pingouin

avatar

Localisation dans Gotham : Iceberg Casino

MessageSujet: Re: Le pied dans la porte   Mar 31 Juil - 20:06

BANG

Le pingouin était extrêmement furieux. Se guidant par la voix des clowns à travers la fumé provoqué par l'explosion. Apparemment l'explosion l'avait poussé d'un côté et Harley de l'autre. Il avança et vit un des clowns s'avancer vers lui sans plus de révérence il lui envoya une droite en plein visage (se qui n'est pas facile pour un homme de sa taille) qui le mit automatiquement chaos. Il se retrouva devant la Quinn et au lieu de replonger dans le combat se mit à gueuler comme un perdu.

Harley ! Sale GARCE, tu me dois une bagnole.

Il sentit un courant d'air sur sa tête puis passa sa main dans ses cheveux...

Et un Chapeau en plus.

La colère l'emportait sur son bon sens. Il regardait Harley Quinn stupéfait de la connerie dont elle venait de faire preuve. Elle avait fait sauter une voiture à côté de laquelle elle était. Tout ça pour quoi? Au final personne n'avait rien gagné et Cobblepot était seulement plus furax qu'au départ. Tenant son parapluie sur lequel le tissu violet ne tenait plus il regardait la folle les mots voulant sortir trop rapidement de sa bouche.

T'est vraiment une folle irrécupérable. Mais qu'est-ce qui t'a pris? Ma bagnole... j'ai fait sauté ton... ton bateau moi? *il pointa la structure de jeu sur lequel était Harley lorsqu'il était arrivé* ah non il y a des choses qui ne se font pas ma chère. Et on ne touche pas à la voiture d'un HOMME. Merde je peux ne pas croire.

Les hommes de Cobblepot arrivèrent à ce moment et le voyant complètement décontenancé essayais de le tiré vers l'arrière. Car l'explosion avait quand même fait quelques victimes. Les hommes de Cobblepot qui avait du reculé sous l'assaut des clowns c'était retrouver plus près de la déflagration. Il n'était maintenant plus que deux contre Harley et ces sbires. Bref, ils étaient en sous-nombre. Mais le fait que ses hommes tentent de le reculer l'énervait encore plus, il devenait rouge de colère et il postillonnait abondamment.

M. Cobblepot on ferait mieux de s'en aller... allez, ça suffit... venez

TU VA ME LE PAYER JE TE JURE, LÂCHEZ-MOI VOUS DEUX, TU VA RECEVOIR UNE FACTURE DE MON GARAGISTE. T'ES MORTE HARLEY MORTE. JE VAIS TE RENVOYER DIRECTEMENT CHEZ TON CRÉTIN DE CLOWN. JE VAIS TE BRISER... MAIS VOUS ALLEZ ME LÂCHER VOUS DEUX?

c'est sur cette note de colère que les gardes du corps de Cobblepot le soulevèrent et l'amenère sur une voiture supplémentaire qui s'approchait. Les dommages avait été trop important et inutile. Il était temps pour Cobblepot de repenser sa stratégie...

Fin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le pied dans la porte   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le pied dans la porte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» APPARITIONS (Tome 2) UN PIED DANS LA TOMBE de N. M. Zimmermann
» [voyage] Le trépied dans l'avion?
» [Jeaniene Frost] Chasseuse de la nuit, tome 2 : Un pied dans la tombe
» Blessure pendant pied dans la main
» Technique de pied dans la main

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Gotham :: Gotham City :: Otisburg :: Amusement Mile-
Sauter vers: