RPG +16 ans
 

Partagez | 
 

 Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Damian Wayne/Robin

avatar

Localisation dans Gotham : A la Batcave

MessageSujet: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Mer 20 Juin - 13:33

Si Damian était encore jeune, il avait déjà parcouru le monde. Grimper des sommets en Asie, traverser des déserts en Orient, visiter des grandes villes en Europe. Il avait beaucoup suivit sa mère, Talia, qui avait la volonté de lui montrer le monde qui serait un jour le siens. Et un jour, elle l'avait abandonné à Gotham City, pour parfaire son éducation par son père, Bruce Wayne. Et Gotham City était sans doute l'endroit le plus singulier qu'il ait pu voir. Cette ville maudite, rongé par une malédiction vieille de plusieurs milliers d'années, étaient la proies aux criminels, à la violence, à la drogue et la prostitution. Et Damian avait décidé, malgré son éducation effectué par des assassins comme Merlyn, de devenir un justicier et combattre les criminels auprès de son père qu'il admirait tant. Même s'il avait du mal à le respecter.

La ville de Gotham était insaisissable. Personne ne pouvait un jour prétendre la contrôler, car il y avait toujours une force qui contrebalançait la donne. C'était sans doute le seul territoire du monde qui n'avait jamais réussis a entrer dans les mains de Ra's Al Ghul, à cause de son défenseur Batman. C'était également une ville que Batman lui-même n'avait jamais réussir à faire sienne à cause des cinglés ou des organisations comme le Gant Noir de Simon Hurt. La ville n'appartenait à personne, et se plaisait à le montrer chaque jour à ceux qui pensait qu'elle était leur. Damian avait une autre approche de la ville. Elle ne lui appartenait pas, non. Il était son ombre. Il se fondait en elle comme s'il ne formait plus qu'un, tout en gardant à l'esprit qu'ils étaient dissociable à tout instant. Lorsqu'elle se montrait violente, il l'était. Lorsqu'elle était plus clémente, il l'était également. Mais comme la ville, Damian n'appartenait à personne. Pas à Talia Al Ghul, sa mère. Pas à Batman, son père. Il portait le costume parce qu'il voulait prouver qu'il était capable de tenir ce rôle mieux que quiconque, et qu'il était digne de devenir lui-même un jour Batman. Mais il n'était pas pour autant un simple acolyte. Batman pouvait croire que Damian lui appartenait, qu'il était son maître, comme il pensait être le maître de Gotham. Mais un jour, il finira bien par se rendre compte que ce n'est pas le cas.

Il se tenait à une corde, la tête en bas, regardant à travers une fenêtre donnant à un appartement certes petit mais confortable. L'East Side n'était pas un lieux réputé pour ses lieux chics, mais on pouvait tout de même s'offrir un certain confort dans le sud du quartier. Il observait à l'intérieur une fille comme lui. L'enfant d'une légende, Slade Wilson. Le plus grand mercenaire du monde, et le criminel le plus impitoyable qu'il soit. Dans la région, il était connu pour avoir massacrer 100 000 personnes, seul, à Blüdhaven. Damian, qui avait fait parti de la Ligue des Assassins qui confiait parfois des missions à Deathstroke, avait entendu parler de ses exploits. Et Rose Wilson était sa fille. Elle avait le même sang, la même génétique. Et le même œil borgne. Ses mêmes cheveux argentés. La fille de la légende Slade Wilson, le Deathstroke, le Terminator. Comme Robin était le fils de Talia Al Ghul et Batman. Damian n'avait pas encore rencontrer de personne qui lui ressemblait autant. À part Cassandra Cain peut-être. Mais elle opérait à Hong Kong et il ne l'avait côtoyé que brièvement lors d'une seule mission.

Damian restait donc là, tête vers le bas, masque en zoom, à l'observer en se posant un tas de question. Pourquoi faisait-il cela ? Déjà, il devait avouer que même si elle était de quatre ans son aînée, elle n'était pas désagréable à regarder. C'était une jeune fille forte, aux allures de guerrière, aux traits marqués par le combat. Ses cheveux argentés lui confiait un style particulier également. Et son œil borgne caché par un bandeau avait également un charme particulier. Mais sans doute aussi parce que justement, c'était sans doute la seule personne qu'il avait rencontré qui lui ressemblait autant. Fille d'un très célèbre criminelle, elle avait préféré le désobéir et de devenir l'apprenti de Dick Grayson et devenir une justicière. Lui-même avait refusé le monde que lui offrait sa mère pour devenir le Robin de Dick Grayson, alors Batman. Leur destin était étroitement lié. Et Robin se posait alors une question : était-elle aussi forte que son père ? Et plus forte que lui ? Damian était sans doute issue de l'union la plus parfaite qui soit. Il ne pouvait accepter d'être dépassé par quelqu'un. Et il devait défier Rose pour se rassurer. Il ne voulait pas penser qu'il y avait une meilleurs génétique que la sienne.

Il attendit donc qu'elle disparaisse dans une salle voisine au salon pour se mettre en action. Il mit plusieurs minutes déjà à retomber en bas, récupérer son grappin et analysé les différentes entrée possible. Passant par derrière et grimpant via l’échelle de secours, il tenta de retrouver une bon étage, et le bon appartement, ce qui n'était pas si évident. Il perdit du temps à chercher, maudissant le fait de n'avoir par marqué la bonne fenêtre, puis lorsqu'il retrouva le bon salon il utilisa son grappin pour y parvenir, une nouvelle fois tête en bas. Il se débrouilla à l'aide de quelques outils pour forcer la fenêtre sans faire de bruit et s'infiltra dans le salon. Il se plaça derrière la porte où avait disparu Rose et attendit plusieurs minutes. Elle sortit, une serviette autour d'elle et une autre sur ses cheveux, mais ne vit d'abord pas Damian caché par la porte. Celui-ci, qui avait toujours sa capuche sur la tête comme habituellement, ne pu s'empêcher d'avoir un sourire moqueur aux lèvres.

« Bonsoir, fille de Wilson. J'avais hâte de te revoir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Rose Wilson/Ravager

avatar


MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Mer 20 Juin - 14:19

Rose Wilson aimait l'eau.
Elle aimait son contact chaud, son abondance et sa fluidité rassurante. L'eau la calmait et l'apaisait, permettant à ses réflexions de prendre un tournant meilleur, plus posé. Accompagnée par le fameux clapotement du liquide sur la baignoire, elle pouvait et passait souvent des heures dans une piscine ou chez elle, à réfléchir en aiguisant son apnée dèja considérable. Elle n'était pas du genre à chanter dans la douche mais se détachait quelques instants de sa condition de guerrière lorsque une cascade d'eau la prenait en son sein. Lorsqu'elle sortait, elle ne sentait pas seulement plus propre physiquement mais "mieux" mentalement, car son esprit ne pourrait jamais être vraiment blanchi de tous les meurtres qu'elle avait commis. Au fond d'elle, elle était une assassine. Pour la simple et terrifiante raison qu'elle était au dessus de la plupart des hommes, peu lui résistaient et Deathstroke l'ayant compris l'avait longtemps utilisé pour ôter la vie à des dizaines, des centaines de personnes. Elle savait faire cela à la perfection mais avait préféré changer de camp pour défendre une cause plus pire, sans pour autant oublier ses intérêts. Et récemment, sa cause s'était déportée à Gotham. Voila presque un mois qu'elle vivait dans la cité cauchemardesque mais elle se sentait très loin d'en avoir fait le tour et se savait seulement au début d'une longue expérience que seul Batman et quelques privilégiés avaient, pour en connaître presque tous les rouages. Presque.

Etre justicière dans cette ville était autre chose que mener la justice dans n'importe quel autre contrée. Il semblait évident que Bludhaven n'était que la première marche du perron du Mal. La criminalité avait son antre ici. Dès sa première journée dans la cité, Rose avait d'ailleurs déjoué une manipulation criminelle d'une certaine envergure aux côtés de Tatters, Catgirl et le nouveau Robin. Depuis, elle avait trouvé une opération encore plus difficile à accomplir : se trouver un appartement. Mais c'était désormais chose faite et elle habitait ici dans le nord de l'East Side. Seule comme à son habitude, trichant sur son âge comme à son habitude, loin de l'humanité comme à son habitude. Comme si être sociable et avoir un cercle relationnel était réservé aux humains normaux et aux justiciers de bas de panier. Seul les vengeurs qui possédaient une double identité et du temps se payaient ce luxe. Elle n'avait d'ailleurs toujours pas retrouvé Dick Grayson mais ne le cherchait en réalité pas vraiment. Il était un souvenir, une amitié passée sur laquelle elle avait compté baser sa vie à Gotham. Mais elle avait réussi à s'installer sans lui. Combien de gens savaient que la fille de Deathstroke se trouvait à Gotham ? Robin l'avait compris d'un coup d'oeil en se basant sur son costume et son bandeau à l'oeil, même si elle n'avait plus aucune plaie à cacher, mais Robin était Robin. Son invisibilité l'arrangeait.

Rose sortit de sa douche, ses pensées s'émoussant comme l'écume d'une vague alors que l'eau se retirait de son corps lentement et elle se passa une serviette autour de la taille et de la poitrine, puis regarda rapidement son reflet dans le miroir et entama une toilette tout aussi rapide. Une fois ses longs cheveux préparés, elle les entoura d'une autre serviette et poussa la porte de la pièce. Elle avait longtemps pensé colorer ses cheveux après que Wintergreen ait découvert ses origines et parce qu'avoir des cheveux blancs ne l'aidait pas, mais après une petite période de rousseur, elle avait pris goût à la singularité et s'était trouvée mieux blanche. Ainsi, la fille de Deathsstroke commença à marcher dans la pièce avec la ferme intention de rejoindre son canapé mais elle s'arrêta au millieu de l'entreprise. Une drôle d'impression lui brulait le cou et d'autres endroits du corps comme si on avait allumé une torche près d'elle ou qu'un petit malin s'amusait à l'attaquer avec un sèche cheveux pleine tension. Chaleur étrange lorsqu'on avait la peau humide. Elle se retourna et découvrit qu'il n'y avait comme dans ses souvenirs pas de torches derrière sa salle de bain. C'était un homme qui la regardait et c'était son regard qui la brûlait. Mue par ses réflexes incroyables, la jeune femme se mit en garde et tira des conclusions de toutes les informations qu'elle pouvait emmagasiner sur ce simple aperçu. D'abord, elle nota que l'intrus n'était pas en garde ni dans une pose offensive. Deuxièmement, ce n'était pas un homme mais un adolescent, ou un adulescent, ou un jeune garçon mature. En réalité, c'était Robin, sous sa capuche qui ne protégerait pas du regard acéré de Rose. La fille du Terminator sentit quelque chose de très consistant la quitter et s'enfoncer à jamais dans les profondeurs du néant. Sa fierté peut être ? Personne ne l'avait jamais vue dans un tel état et surtout personne ne s'était jamais introduit chez elle. Elle n'avait pas placé de sécurité mais était quand même Rose Wilson et était censée être infaillible.

Hésitant entre la colère, l'admiration, la recherche de son orgueuil et tout une gamme d'émotions s'entrechoquant, elle entendit le Robin clamer son nom comme la première fois qu'il l'avait vue et affirmer qu'il avait hâte de la revoir. Cela aurait suffi pour transformer la fille qu'elle était en statue incapable de parler mais la guerrière leva un sourcil hautain et chercha une réaction appropriée sur le champ. Dans le même temps, elle dévisagea l'incroyable garçon et y retrouva comme la première fois les traits de la famille Al'Ghul mais ne put faire le lien avec un autre père qui serait tout aussi fameux et qui ferait partie de la légende, c'est à dire qu'il aurait la moitié du quart du charisme nécessaire pour attirer Talia Al'Ghul et provoquer le consentement de Ra's. Elle lui avait donné à leur première rencontre entre 15 et 16 ans et sans actes ou preuves du contraire, il semblait toujours tourner autour de cet âge là et surtout posséder un sacré courage ou une drôle d'expérience pour rester planté içi à regarder Rose et la surprendre dans son intimité.
Sa vulnérabilité très brève.

Tenant sa serviette d'une main, elle se jeta sans prévenir sur le Robin, ayant calculé que la porte étant toujours ouverte, il n'avait pour seul échappatoire que l'ouest. Même si sa réaction avait une célérité plus qu'humaine, dans ces conditions et avec la surprise, il avait peu de chances d'éviter Rose Wilson. Si elle avait voulu le baffer, son poing décrivit finalement une courbe et frappa l'abdomen du Robin sans force destructrice, juste pour légitimiser la colère de Rose. C'était un geste presque formel entre deux guerriers.

- Robin ! Qui es tu ? Bon sang, mais qui es tu pour avoir des parents plus prestigieux que Deathstroke et pour t'infiltrer chez moi ? Et comment oses tu.. Non réponds d'abord à ma première question.

Elle enleva sa serviette supérieure et la posa sur la poignée de la porte de sa chambre , les cheveux presque secs mais surtout pour affirmer qu'elle allait rentrer dans la salle de bain et se changer.
Revenir en haut Aller en bas
Damian Wayne/Robin

avatar

Localisation dans Gotham : A la Batcave

MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Mer 20 Juin - 15:08

Damian s'y attendait. D'ailleurs, il ne fallait pas être Edward Nigma pour anticiper une telle réaction, surtout venant d'une guerrière née, au caractère farouche et aux réactions impulsives. Robin aurait pu esquiver le coup, où le dévier, ou même le bloquer. Mais il n'en avait pas véritablement envie, et il fallait que Ravager se venge de l'intrusion vulgaire qu'elle venait de subir. Robin était entré par effraction et l'avait surprise, en position de faiblesse et sans doute sa courte tenue la mettait en plus en position de faiblesse. Il fallait donc, en bonne guerrière qu'elle était, qu'elle montre à Robin qu'on ne s'en prenait pas à elle ainsi, et le petit-fils de Ras Al'Ghul le comprenait plus que tout. Esquiver, ça aurait donner une frustration supplémentaire à Ravager. Ainsi, elle était bien plus calme et apte à parler à Robin.

D'ailleurs, Damian devait avouer qu'il apprécier la position. A quelques centimètre à peine du visage propre, encore légèrement humide, amputé de toute imperfection, mis à part de cet œil toujours caché derrière un bandeau, les cheveux pas totalement sec désormais libéré de la serviette. Mais Robin n'était pas là pour ça, et il ne s'attendait pas forcément à la trouver ainsi. Elle avait des questions à lui poser, ce qui était légitime. Et il avait des réponses à lui apporter. Il n'était pas simplement venu dans l'optique de surprendre une jeune fille sortant de la douche, il était venu pour parler à une guerrière, une fille de légende. Une autre personne qui avait un lourd héritage à porter, et qui malgré tout faisait ses propres choix sans doute différent de ceux de son père.

« Je te dois en effet une certaine franchise, Wilson.

Il baissa sa capuche et retira son masque. Son visage, encore jeune, était déjà marqué par des traits durs et sérieux. Ses cheveux sombres et son regard tout aussi noir affichait le mélange de ses deux parents. Il était sans doute possible bel et bien le fils de Talia Al'Ghul et Bruce Wayne. Ses petits yeux perçants affichait sans arrêt une assurance de soit sans doute trop forte, et il affichait sans arrêt une expression de supériorité qu'on lui clame depuis sa plus tendre enfance, lorsqu'on lui promettait encore de devenir le maître de ce monde. C'était sans compter sur la volonté de son grand-père Ras Al'Ghul lui-même de vouloir récupéré son corps, parce que le siens avait trop usé des puits de Lazare jusqu'à s'en dessécher. Mais Damian était de la prochaine génération, la toute dernière, le plus jeune justicier du monde, et pourtant déjà l'un des meilleurs a tout les niveaux.

« Je suis Damian. Le fils de Talia Al'Ghul et Batman.

Elle connaissait Dick Grayson, et par conséquent son père adoptif Bruce Wayne. Son père connaissait également la double identité du playboy milliardaire. Damian ne donna pas son nom de famille par prudence, mais elle connaissait sans doute le véritablement nom du Chevalier Noir. Comme Damian connaissait le nom du mercenaire impitoyable, Slade Wilson. Ce dernier avait eu plusieurs enfant, dont son fils Jericho, qui avait eu une bien triste histoire. Son âme errait désormais dans le monde, il était capable de prendre possession d'un corps par simple contacte optique. Un ancien ami de Dick Grayson lui aussi. Un grand bavard celui-là, qui ne cessait de rabâcher ses histoires à Damian alors que ce dernier n'en avait rien à faire. Aujourd'hui cela lui servait. Il ne le remercierait cependant pas pour autant. Il restait encore 95 de ses histoires qui ne servaient toujours à rien.

Damian se demandait ce que la jeune fille avait encore hérité de son père. Ce dernier avait beaucoup de capacité, certaine surhumaine, que ce soit physique ou cognitive. En plus de maîtrisé toutes les armes et arts martiaux, il avait des capacités de régénérations et de précognitions, ainsi que de stratège hors paire. Ravager n'avait sans doute pas tout hérité, ou en tout cas pas encore, il lui restait cependant une grande marge de manœuvre. Mais jusqu'où la jeune fille était-elle capable d'aller aujourd'hui ? C'était la question qui trottait dans l'esprit de Damian. Elle avait été jusqu'à présent sous exploité, que ce soit par son père ou Nightwing, c'était évident. Elle était capable de faire de grande chose, mais elle était également très dangereuse, et ces deux hommes avaient entravé sa progression pour cette raison. Il fallait que Damian la jauge pour savoir si elle était comme lui, ou juste une fille avec un nom.

« Je suis comme toi, j'ai hérité du nom et de la responsabilité qui va avec. J'ai eu le choix, entre devenir un Empereur sans foi ni loi, ou un justicier. Et Dick Grayson m'a pris sous son aile. Il a décidé de me faire confiance. Et ne lui dit pas, mais je lui en remercie. Car je me rends compte aujourd'hui que mon père est loin d'avoir la même confiance que lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Rose Wilson/Ravager

avatar


MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Mer 20 Juin - 16:18

Rose resta un instant devant Robin, la main sur la poignée de la porte de sa chambre, troublée. Ainsi, Robin, ou plutôt Damian car tel était son prénom, était le fils de Batman et de Talia Al'Ghul. Rien que ça. Si elle avait envisagé un instant de prendre cette nouvelle pour un mensonge ou une trace de la prétention du jeune homme, il n'en fut rien. Elle était largement assez bonne en lecture gestuelle pour savoir que Robin ne lui mentait pas. Le sourcil hautain qu'elle avait soulevé retomba mais dans son esprit, l'étonnement grandit d'un pas. Cela expliquait beaucoup de choses mais en impliquait de bien nouvelles. Elle jeta un oeil nouveau sur Damian, tentant de percer l'identité de son paternel en collant son physique sur des visages connus et en cherchant inconsciemment les points communs qu'il avait avec la famille Al'Ghul. Dans le même temps, une vague de compréhension la frappa. Il était comme elle. A la simple vue de ses mouvements, de l'étincelle du combat dans ses yeux et de son calme du survivant, elle l'avait compris mais ne l'avait pas estimé jusqu'à ce point. Il était comme elle issu d'une légende et avait du non seulement s'adapter pour d'abord être un fils digne de ses origines, puis, lors de son adolescence probablement, pour devenir quelqu'un, au delà du sang qui coulait dans ses veines. La vague de compréhension qui la frappa avait pour écume la souffrance. Souffrance de longues heures passées à s'entraîner, à s'aiguiser pour être potentiel au lieu de nouveau né, guerrier au lieu d'enfant, légénde au lieu d'homme. Il était bien plus jeune qu'elle mais, ne pouvant échapper à la surveillance de la Ligue - personne ne le peut d'après les rumeurs - il subissait sûrement cela depuis son plus jeune âge, au bas mot alors qu'elle n'avait été formée qu'à partir de quatorze ans, même si son potentiel et ce satané sérum lui avait rapidement fait recouvrir les années.

Batman et Talia Al'Ghul. Partagée entre son admiration pour les deux personnes, sa grande et croissante curiosité envers l'homme chauve-souris et surtout envers son fils, et sa soudaine mais brutale envie de le défier et de mettre leurs capacités à eux deux, qui ne s'étaient pas encore ou très rarement, confrontés à de gens véritablement à leurs niveaux en combat. C'était dans son âme, dans ses gênes. Elle prenait du plaisir à combattre et à se surpasser, elle avait le goût de survivre et hélas mais bien évidemment celui de dominer. Damian Wayne était à la fois le contact parfait - il risquait fort soit de reprendre le costume de son père, soit de reprendre l'héritage du Démon en main - mais aussi l'allié parfait, celui sur lequel on pouvait compter vu qu'il était virtuellement invincible. Il était aussi l'ennemi parfait, la quête ultime de tout criminel qui se respecte. Le défier sembla soudain plus qu'urgent. Rose cligna des yeux, comme pour effacer de sa vision le costume du Batman sur les épaules du jeune homme et se demanda soudain si elle l'avait vraiment touché. Au vu de ses hypothétiques capacités, être bloqué par un mur semblait une gageure. Il aurait peut être pu éviter son coup. A l'idée qu'on ai put l'éviter Rose retrouva la colère perdue depuis l'annonce de Damian et son regard étonné se changea en regard noir tandis que Damian après une petite pause de réflexion, continuait son discours.

Pour la première fois depuis qu'elle le connaissait et sûrement pour une des premières fois depuis qu'il était né, le jeune homme avoua qu'il avait été supporté par quelqu'un et qu'il était sensible à la confiance que lui apportait ou pas son entourage. Et quel entourage d'ailleurs ! Il avait du voir, parler, connaître, affronter et apprendre de tout le gratin criminel et justicier que la terre avait porté, tout comme elle mais dans un autre style, puisque Gotham était autant un carrefour de la justice que l'antre du mal. Les méthodes de Deathstroke et de Batman, qui s'étaient dèja affrontées beaucoup dans le passé, étaient différentes et se vainquaient à tour de rôles, régulièrement sans qu'aucune prenne le dessus. Deathstroke était clairement inhumain mais après avoir longtemps étudié Batman, Rose se posait la même question sur le chevalier noir. Etait il vraiment humain ou avait il dépassé cette condition ? Et dans ce cas, que valait Damian ? Elle le regarda une troisième fois, se demandant si il était passé dans le fameux puits de Lazare de sa mère et était donc immortel. Dans ce cas, il était un être parfait qui avait une très longue vie devant lui. Il avait tout pour lui. Tout, était elle capable d'affronter cela ?

Il était étrange que lui aussi doive son présent à Dick Grayson, décidément très important dans les cercles relationnels et moyeu de quelques rouages de la justice. Elle se rappela de ses mots lorsqu'elle s'apprétait à tuer Superman, et sourit en son for intérieur. Elle s'était longtemps voulue de ne pas avoir profité de l'occasion pour défier Superman mais avait finalement trouvé un autre combat de choix à mener. Robin avait apparemment fini de parler mais elle ne lui répondit pas. Il s'était introduit chez elle, l'avait surprise dans son intimité, il était largement temps en son droit de le faire au moins patienter. Sans mots donc, elle entra dans sa chambre, récupéra la serviette sur la poignée, tira quelques habits de ses rangements les plus proches et serra son costume tout en continuant à réfléchir. Lors de leur premier et seul séjour dans les esprits criminels, en compagnie des acolytes de Catwoman et Ragman, les deux jeunes gens avaient tous, sans exception, travaillé avec des gens qu'ils ne connaissaient pas mais l'adaptation avait remplacé le manque de confiance et ils s'en étaient tirés. Cette première journée avait annoncé la couleur à Rose qui depuis avait patrouillé plusieurs fois et rencontré plus ardu et plus étrange dans une Gotham incompréhensible, hermétique et si prenante. Ce n'était pourtant, elle le sentait, que le début. Et sa rencontre avec Damian le prouvait. Une fois habillée, sur son costume, elle arrangea ses cheveux, prit une arme au simple cas où, la rangea à sa taille et poussa la porte de chez elle. Damian était toujours là. Elle ne s'abaissa pas à lui proposer un thé, voyant qu'il n'était pas le genre à patienter mais sortit de son frigo deux limonades qu'elle posa sur la table devant son canapé, mais ne s'assit pas, ses dons de précognition lui soufflant dans l'oreillette qu'elle allait bientôt sortir de chez elle et bouger.

- Dick m'a beaucoup aidée moi aussi. C'est un homme à la hauteur de la situation. Un homme qui n'avait pas peur de mon père, ni de la kryptonite. Enfin, c'est une vieille histoire.

Elle se tourna vers Damian et bien qu'un seul oeil était visible, il dut sûrement lui aussi sentir une sacrée torche près de son visage.

- Rose. Rose Wilson. Comme tu l'a deviné, je suis la fille de Deathstroke, et.. D'une Maîtresse. Mais cela ne fait pas de moi une justicière moins prestigieuse. J'ai très vite compris que ce ne sont pas nos noms qui nous définissent, ce sont nos actes. Que fais tu ici ?

Elle était allée droit au but. Comme d'habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Damian Wayne/Robin

avatar

Localisation dans Gotham : A la Batcave

MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Jeu 21 Juin - 6:32

La fille de Deathstroke resta longtemps à étudier Damian, ses expressions de visages passant de la stupéfaction au mépris, en passant par un respect certain. Elle devait enfin comprendre qui était réellement Robin, et pourquoi il en était arrivé là. Et peut-être même pourquoi il était là chez elle ce soir. Damian était une personne au caractère ambiguë, comme son père, et n'affichait pas forcément les sentiments qu'il ressent vraiment. Il ne sait s'exprimer que dans la colère, la violence. Il avait besoin de ça. Et il avait réellement envie d'affronter cette guerrière, il voulait voir si il avait enfin trouver un rival à sa hauteur. Des rivals, il en avait. A commencer bien entendu par Tim Drake, qu'il avait facilement défait. Drake n'était pas une personne à sa hauteur, comme le reste des Robin. A expérience équivalente, Damian les surpassait tous. Il en surpassait déjà certain, dans plusieurs domaines. Et ses adversaires qui le sous-estimé parce qu'il n'était que Robin, ou parce qu'il était prétentieux, faisaient toujours une grave erreur.

Mais Ravager ne commettrait jamais cette erreur. Elle comprenait désormais qu'il avait un vécu équivalent au siens, avec sans doute encore plus d'exigences sur ses épaules qu'elle. Il avait dû se mettre sa mère sur son dos lorsqu'il avait refusé de suivre la voix qu'elle avait choisit pour lui depuis sa naissance. Cela l'avait beaucoup affecté que sa mère soit autant en colère après lui. Après tout, c'était elle qui avait décidé de le mettre dans les bras de son père, Bruce Wayne, pour parfaire son éducation. Elle ne se serait sans doute pas douté qu'il devienne autant le fils de son père qu'il avait celui de Talia. Il respectait énormément sa mère, elle avait beaucoup de responsabilité sur les épaules, notamment depuis la mort de son grand-père Ra's Al'Ghul. Il voudrait la voir réunie avec Batman pour former un véritable couple de parents, mais les responsabilités de chacun les séparaient, beaucoup trop. D'un côté l'idéal de la justice, de l'autre l'idéal de la domination. Ils n'étaient pas compatibles, et Damian avait fini par le comprendre. Ravager était également dans ce cas là, coupé entre l'idéal de justice que lui avait inculpé Dick Grayson, ou la guerre et la violence que lui demandait son père Deathstroke. Elle avait elle aussi été assez forte pour tourner le dos à son père malgré les dures représailles qu'elle risquait. Et Damian aussi savait que sa mère n'allait pas le laisser en paix, que les chiens de la Ligue des Assassins allaient être à ses trousses. Il était prêt à les affronter.

Mais la belle Wilson s'en aller dans sa chambre, sans nul doute pour vêtir une tenue qui la mette un peu plus à l'aise. Robin ne pu s'empêcher de sourire d'un air moqueur, il devait avouer qu'il n'était pas forcément arriver au meilleurs moment, pour elle. Pour lui, c'était sans doute un meilleurs timing. Quoi qu'il en soit, elle ressortit en habit de guerrière, très semblable à ceux de son père Deathstroke, et même une arme. Damian également était sortit avec son sabre, une arme qu'il appréciait particulièrement, même si on lui avait appris à manier d'autres armes comme les bâtons, des nunchaku, et l'arc notamment par l'un des meilleurs archers du monde, Merlyn. Mais c'était bien au sabre qu'il aimait se battre. Cette arme tranchante ne tolérait aucune erreur de trajectoire. Et Damian aimait ce genre de risque, rien que pour montrer qu'il ne commettait pas d'erreur dans son maniement. Elle avait déjà décapité un vulgaire criminel du nom de Spook, ce qui lui avait valu une très sévère remontrance de la part de son père et a faillit lui coûter le rôle de Robin pour de bon, mais Dick Grayson avait passé outre la décision de son père lorsqu'il était devenu Batman.

La fille du Terminator lui servit un verre de limonade. Damian Wayne avait une tête à boire de la limonade ? Il ressemblait tant que ça à un gamin qui sautait sur un verre de limonade blanche comme cela ? Et bien oui, il ne refusa pas ce verre et accepta donc volontiers de boire en compagnie de cette charmante guerrière, qui commença enfin à parler de nouveau. Elle commença à parler de sa vie, et notamment de Dick Grayson et d'une vieille histoire à dormir debout. Robin n'en avait que faire des vieilles histoires. Et elle prit soin de ne pas la raconter, ce qui au moins aurait l'avantage de soulager ses oreilles. Il préférait entrer dans le vif du sujet. C'était donc bel et bien la fille de Slade Wilson, qui se nommait donc Rose Wilson, qui faisait face au jeune Damian. Hélas, sa mère était une simple femme sans nom, une Maîtresse comme l'avait si bien dit Rose. Mais son père, Slade, était une véritable légende à lui tout seul. Même sa mère Talia le craignait dans une moindre mesure. Disons qu'elle le respectait énormément, ce qui était rare pour quelqu'un qui ne faisait pas réellement parti de la Ligue des Assassins.

« Ce sont nos actes qui nous définissent, effectivement. Mais si tu ne portait pas le nom de Wilson, tu ne serais pas là devant moi. Ton père a voulu te faire choisir une voie, une voie remplis de sang et de violence. Tu as choisis de combattre cette voie. Mais au final, tu te trouve sur la même route, tu as juste décidé de faire demi tour pour rattraper tes erreurs. D'aller à contresens. Si je n'était pas le fils de Batman, crois-tu que je serais Robin ? Nos nom ne nous définissent pas, mais ils tracent nos destins. Nous ne choisissons que le côté de la route que l'on préfère traverser.

Damian regarda attentivement Rose Wilson. Le penchant féminin de Slade, en bien plus jeune, était une femme qui paraissait forte tant physiquement que mentalement, mais Damian sentait néanmoins une fragilité. Une fragilité que possédait également son père, lorsqu'il perdit son fils. Un petit doute. C'était sans doute une différence marquante avec Damian. Sa mère ne doutait jamais. Son père ne doutait jamais. Et lui non plus, il ne doutait jamais.

« Je suis venu te mettre au défi, Wilson. Tu es la seule personne de cette ville capable de relever mon défi. Je n'ai jusqu'à présent trouver aucune personne de ton envergure, équivalente à la mienne. Ne ressens-tu pas le besoin de me tester également ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Rose Wilson/Ravager

avatar


MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Jeu 21 Juin - 8:29

C'était donc ça.
La raison pour laquelle Robin avait retrouvé son appartement, l'avait surprise dans sa vie privée et s'était introduit dans sa propriété. C'était assez évident, surtout lorsqu'on commençait à appréhender le personnage mais l'entendre sortir de sa bouche confirmait cette idée. Sa prétention avait un doute, ou bien voulait trouver une preuve de sa légitimité. A ses dires, il n'avait pas trouvé d'adversaires à sa taille dans la ville. Si c'était vrai, cela impliquait qu'il avait vaincu les autres Robins, et convaincu le Batman de sa valeur ou même impressionner ce dernier. En tant que fils, ils s'étaient probablement dèja entraînés ensemble et n'avaient plus rien à s'apprendre. Et parmi le terrifiant et très étendu choix d'adversaires que lui offrait la Ligue des Ombres, rien n'avait pu le satisfaire, étancher sa soif de défi, le combattre ou le vaincre. Tout le monde a besoin d'être vaincu, pour apprendre de ses erreurs et connaître la défaite, pour apprendre à se relever et ainsi rester debout sur des appuis plus solides encore. Mais lui n'avait jamais vu cela. En quelques secondes, le filligramme de l'enfance du Robin passa dans les yeux de Rose et la vague de compréhension qui s'était retirée revint, enflée. Les paroles de Damian Al'Ghul - elle se décida à l'appeler ainsi puisqu'elle ne connaissait pas son père - sonnaient vraies et étaient pleines d'une mature sagesse mais il y avait au fond d'elle quelque chose de faux. Quelque chose que dans sa vie de perfection, il n'avait pas pu apprendre. Son regard monocentré mais trés concentré resta accroché à ses yeux lorsqu'elle parla mais dans sa voix un trés léger tremblement clama que les paroles qu'elles prononçaient avaient été longtemps ruminées et qu'elle regrettait de ne pouvoir les oublier.

- La vie est un chemin qui se parcourt dans un seul sens. On peut hésiter, s'arrêter quelques instants, changer de voie, regarder la route qui nous reste à parcourir ou celle qui est derrière nous mais jamais, jamais on ne peut faire demi-tour.

Elle resta silencieuse une nouvelle poignée de secondes, pensive. Si elle avait pu faire demi-tour, elle aurait empêché son père d'assassiner Jericho, elle ne se serait pas laissé bercer par ses paroles au subtil parfum de souffre et de sang, Elle aurait refusé d'être comme son père, refuser de le suivre et elle ne se serait pas plongée cette lame dans l'oeil. Aujourd'hui, quand elle repensait à tout ça, il y avait des journées où elle ne regrettait pas d'avoir suivi l'enseignement du Terminator, qui faisait d'elle la personne la plus talentueuse de Bludhaven, et presque de Gotham, lui semblait il. Aujourd'hui, elle ne regrettait pas d'être assez douée pour surpasser l'humain et les criminels, aussi prétentieux soient ils. Mais certains des actes qu'elle avait commis, si il ne lui faisaient lus horreur depuis longtemps, aurait bien besoin d'être oubliés. Il était étrange, après trois ans d'entraînement et de trahisons, des mois entiers à ne pas pouvoir s'entendre avec les Teen Titans, de retrouver non pas un nouveau Dick Grayson compréhensif mais une sorte de version masculine d'elle même, en apparemment moins agé mais à l'enfance plus compliquée encore. Qui sait ce qu'il avait du enduré et comment son corps et son esprit avaient été éprouvés par sa vie aux côtés de la famille maîtresse du monde ou du plus grand des vigilants ? Damian cherchait quelqu'un qui le comprenait, de préférence de son acabit, et elle même se rendit compte qu'elle le cherchait. Inconsciemment cependant.

Lui avait pourtant quelque chose qu'elle n'avait pas. Ou bien, c'était le contraire. Elle avait ce qu'il n'avait pas. Le doute. Le goût de la défaite, l'impression d'avoir au dessus d'elle quelque chose. Cassandra Cain. Voilà bien deux années que cet incident était terminé mais il restait pour Rose le plus marquant moment de sa vie. Loin devant la double tentative d'assassinat raté que DeFarge, son demi frère, avait porté sur elle. Loin devant ses différents avec Tim Drake et sa responsabilité dans la mort de Jéricho. Sa seule défaite, et cuisante, face à Cassandra Cain lui collait à la peau et hantait ses nuits depuis plus sep cent jours. Longues journées et longues insomnies durant lesquelles elle s'était entrainée, sans relâche, blessée par le fait de ne pas être infaillible et d'en avoir la preuve. Stupéfaite par la jeunesse et les talents de son adversaire. Depuis, elle avait changé de camp, elle avait affronté des adversaires aussi puissants que des métas humains et des possesseurs de pouvoirs connus comme indestructibles. Elle avait, tout comme son père, défait des armées entières, agenouillé des menaces que les auteurs de fictions de sa bonne vieille amérique osaient seulement imaginer, aux côtés des Teen Titans ou toute seule. Mais elle n'avait plus trouvé d'adversaires de la taille de Cain et cette dernière étant dans le même camp qu'elle, ainsi qu'exilée à Hong Kong d'après les rumeurs, elle n'avait pu vérifier que son entraînement lui avait permis de l'égaler.

Ainsi la brûlure de la défaite la consumait chaque jour. Damian ne connaissait pas cela. Avait il seulement affronté l'ancienne Batgirl ? Probablement, vu qu'il avait grandi aux côtés de Batman et de la Ligue des Assasins et que Cassandra Cain avait officié dans les deux parties. Dans ce cas, le défier serait comme se rattraper de son doute passé et vaincre son démon aux traits asiatiques. Damian la comprenait, il recherchait la même chose qu'elle mais ses pensées étaient différentes et elle posa sa main, adoucie par la douche récente et toujours pâle comme une japonaise sur le verre de limonade froid. Le contact déclencha une nouvelle conscience du présent dans son esprit et la détacha de ses souvenirs brûlants.

- Je pense que se défier aux autres est plus qu'intéressant mais qu'il faut voir cela comme une exception, un contrôle.Depuis toute petite, je travaille sur moi même. Quelqu'un qui travaille sur lui même et tente de SE surpasser ne cessera jamais d'apprendre et d'avancer sur sa voie, quelqu'un qui travaille en se basant sur les autres sera toujours bloqué à un moment et avancera sur sa voie aux rythmes des autres, pas au sien. Cependant..

Oui, je ressens le besoin de te tester. J'ai trouvé un adversaire à ma taille mais il n'est plus là et j'ai depuis progressé, ajoutant au nom de Wilson mes propres couleurs. Une fois ma défaite acceptée, j'ai passé mon temps à travailler sur mes imperfections et j'ai réussi à les gommer. Aujourd'hui, nous sommes tous les deux curieux de connaître notre vérité, à la fois sur la comparaison de nos capacités et sur nous mêmes. J'accepte donc ton défi, Damian Al'Ghul. Il aura fallu que je vienne à Gotham pour te trouver, mais tu sembles être exactement ce que j'attendais.


Lors de leur première mission ensemble, Damian avait pris les commandes, chose à laquelle Rose était peu habituée. Elle était donc décidée à prendre les devants aujourd'hui, d'autant que cela aurait sûrement le don de rendre Damian plus combattif encore, car il ne semblait lui aussi pas fait pour le rôle de suiveur. Aussi vive que Damian lorsqu'il s'était glissé dans l'appartemment, elle sortit de sous les coussins du canapé ses deux katanas, les croisa derrière son dos tout en courant vers sa fenêtre et quitta son appartement par la fenêtre forcée que Damian ne paierait pas.

Sa dague retirée, elle descendit deux longues secondes à la seule force de cette poignée puis bondit sur un appartement voisin et s'accrocha à une rambarde dont elle fit deux fois le tour, ce qui lui donna la puissance nécessaire pour sauter sur le toit. La fille du Terminator avait une idée précise en tête : laisser Damian la poursuivre tout en tenant la tête de la course jusqu'à trouver des criminels potables afin de tester leurs capacités de combat.
Revenir en haut Aller en bas
Damian Wayne/Robin

avatar

Localisation dans Gotham : A la Batcave

MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Ven 22 Juin - 14:13

Rose reprit la métaphore de Damian et la modifia à sa façon. Damian n'utilisait pas souvent les métaphores, et il comprennent pourquoi. Les gens avaient la fâcheuses habitudes de les tourner à leurs manières. Il aurait dû simplement dire que sa vie avait toujours un rapport avec le crime, que ce soit pour le combattre ou pour plonger dedans. Il y pensera la prochaine fois. C'était sans doute son majordome, Pennyworth, qui avait dû lui donner cette manie de toujours parler en métaphore ou autre comparaison grotesque. Damian devait trouver une manière de ce venger de ce vieux serviteur , bien qu'il l'appréciait pas mal, c'était l'une des seules personnes de la bat-famille qui le considérait vraiment. Avec Grayson, peut-être. Mais les autres, ils le considéraient tous comme un sale gosse, un enfant pourris-gâté, sans éducation. C'était une grave insulte à sa mère Talia Al'Ghul qui avait fait une bonne partie de son éducation, l'autre partie étant dû à son père et ses proches. De toute façon, Damian n'avait aucun compte à leur rendre. Ils étaient jaloux de sa position de seul véritable fils de Batman.

« Je préférais quand même ma version... bougonna Damian.

Il but d'une traite sa limonade, fit un renvoie de quelques bulle de gaz qui voulait absolument remonter, et observa de nouveau la jeune fille. Elle semblait pensive, dans le passé. On avait appris à Damian la lecture des gens. Il paraît que la meilleurs dans ce domaine est l’indétrônable Cassandra Cain. Mais lui-même avait reconnu son père d'un seul coup d’œil, lorsque Talia lui avait demandé de choisir qui des gens présent dans une grande salle mondaine londonienne, juste par sa façon de se tenir, de marcher, ses traits du visage et son aspect. De la même manière, quelques jours plus tôt, il avait reconnu Rose Wilson comme étant la fille de Slade à ses traits, évidemment son costume, mais également dans sa façon de parler et de bouger. Il avait été formé pour cela. Et cette fois, son talent lui disait que Rose était troublée légèrement par quelques choses. Sans doute que la métaphore qu'elle avait utilisé lui faisait remonté de vieux souvenir douloureux. Mais Damian s'en moquait un peu. Il voulait juste que son défi ne soit pas gâcher par des insuffisances psychologiques.

Elle accepta ainsi le défi de Damian et, arme à la main, elle sortit par la fenêtre et se dirigea habilement dehors comme une véritable guerrière. Damian n'avait pas de temps de perdre avec ses acrobaties, et utilisa simplement son grappin pour la suivre. Elle devait sans doute chercher des criminels à combattre. Tant mieux, Damian avait le goût du combat. Il suivit donc à la trace la belle combattante jusqu'à trouver un groupe d'un gang en cagoule noir, armé de kalachnikov, et dirigé semble-t-il par un homme assez énorme, tant par la taille que par le physique. Mesurant facilement 2 mètre 50, pour un poids de 240 kilo, c'était une véritable montagne de muscle. Sans aucun doute méta-humain, où en tout cas qui a abusé d'un produit chimique identique au Venin de Bane. Damian regarda rapidement vers Rose, pour voir si elle avait vu la même chose que lui. Damian aimerait connaître l'identité de leur adversaire, notamment pour connaître sa force exact. Il n'avait cependant pas l'air très malin. Ce n'était donc pas le chef de ce petit gang, mais sans doute le lieutenant d'une escarmouche. Ils se dirigeaient d'ailleurs vers l'immeuble Beacon. Ce dernier abritait notamment sur ses sept premiers étages le Global Modern Bank. Un braquage en bonne et due forme.

« Voilà un beau test pour nous, Wilson.

Damian sortit ses deux batarang rouge. Et il sauta vers ses adversaires.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Rose Wilson/Ravager

avatar


MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Ven 22 Juin - 15:13

Dommage. Des kalashnikovs. Ces fusils d'assaut à la cadence monstrueuse, rapides et secs, étaient les armes les plus utilisées de la planète, que ce soit dans les guerres, les guérillas, les soulèvements, par les gangs ou les criminels indépendants et même parfois dans le cadre de la sécurité et ils méritaient leurs diffusions. En leur présence, les katanas et autres approche au corps à corps ou à l'arme blanche allaient s'avérer ardus. Voir impossible. Même Damian Wayne ne pouvait pas sauter dans un gang rangé d'hommes s'ils maniaient tous un fusil d'assaut soviétique. De plus, les cibles que Damian avait rangées n'étaient pas étendues ni en patrouille mais en rangs serrés, en masse, pour attaquer en cohésion la banque principale de Gotham. C'était une action assez stupide somme toute. Avec tous les braquages qu'elle avait essuyé, la banque s'était dotée d'une excellente sécurité et ce point était bien évidemment l'un des rassemblements de héros et des terminus de patrouilles les plus répandus. Le GCPD y avait probablement toujours un oeil, au cas contraire le commissariat était corrompu ou trés mauvais et même un métahumain n'était pas à l'abri des balles. C'était stupide. Peut être était-ce une diversion, ou une action kamikaze, ou encore le jet à la poubelle d'une partie abrutie de ses forces par un criminel qui n'avait pas peur de renouveler ses finances. Rose était nouvelle à Gotham, mais tout cela lui semblait clair comme de l'eau de roche, et elle n'avait pas le temps ni l'envie de s'abaisser à demander au Robin quel imbécile pouvait envoyer une cohorte de ses hommes ici et quels imbéciles étaient ses hommes pour accepter ? Toujours est il que les cibles choisies par Damian avaient un certain intérêt.

Du fait de leurs armes, il était impossible de s'approcher d'eux, impossible de les éliminer un par un, impossible de jouer au prédateur. Impossible aussi de s'attaquer au méta humain et de se concentrer sur lui, car il était en pointe et donc supporté par l'ensemble de ses hommes. S'approcher signifiait une transformation rapide et peu élégante en gruyère. Rose marmonna, à l'image de Damian il y a quelques secondes. Elle n'aimait pas ce genre d'ennemis. Elle n'aimait pas non plus les fusils d'assaut. Mais Robin semblait très content de les avoir trouvé et après avoir lancer à Rose une petite phrase enthousiaste, il dégaina les fameux batarangs de Batman, à la couleur modifiée pour l'occasion mais toujours aussi efficaces. Il l'appelait encore et toujours par son nom, comme si la seule raison de son estimation du talent de Rose était la réputation de son père. Comme s'il la méprisait, ou au contraire la respectait. Elle arrêta là ses pensées, préférant se concentrer sur le combat. Robin comptait apparemment les attaquer avec ses boomerangs, mais elle n'en avait pas, et ne se voyait pas tirer avec son pistolet sur les imbéciles en kalashnikov d'en bas. Dèja, il s'agissait d'un petit calibre à petite portée, donc, controlé par elle, ils n'avaient pas la moindre chance. Et le métahumain devait probablement être immunisé ou quelque chose du genre. Pour le reste, c'était une question d'honneur. Hélas, elle n'avait pas de batarangs, ni rien. Elle ne pouvait pas descendre. Elle n'avait donc rien à faire. Le test était terminé, Damian avait un meilleur équipement, il l'avait vaincue. Son grappin le prouvait, il n'avait eu qu'à appuyer sur une gpachette alors qu'elle s'était livrée à des acrobaties épuisantes.

Pourtant, Rose ne pouvait pas se résoudre à s'asseoir et attendre la fin du combat pour s'attaquer au méta-humains et cueillir les hommes que Damian aurait au préalable désarmé. Elle préférait se faire seppuku ou se crever à nouveau l'oeil que cela. Le regard de Damian serait bien pire qu'une défaite. Lui avait tout pour lui et on avait tout prévu pour lui. Il ne pouvait pas comprendre cela. Même si c'était techniquement peu possible. Impossible ne faisait pas parti de son vocabulaire, Deathstroke avait banni ce mot en même temps qu'il avait gommé les imperfections de sa garde. Aucun katana ne pouvait repousser des balles, son costume était fait pour la souplesse et n'était donc pas à l'épreuve mais tant pis. Damian avait choisi ce groupe, elle devait s'y lancer. Après avoir fait deux pas calmes et relativements lents en direction du bord du bâtiment, elle s'y laissa tomber, les bras ouverts et tira sa dague pendant le saut avant de se réceptionner au sol. Invisible, indétectable, elle coursa le groupe aux cagoules noires et profita de la confusion provoquée par les batarangs de Robins pour attraper le dernier lascar et le plaquer au sol violemment, avant de l'étourdir définitivement. Sans perdre de temps, elle se glissa vers un nouvel ennemi et tacla ses jambes pour le faire tomber, puis le lança en direction de deux cambrioleurs décidés à lui tirer dessus. Alors que l'une de ses mains frappait l'abdomen d'un homme avec le manche de l'un des katanas, l'autre prit appui sur une épaule et elle grimpa rapidement le corps de sa proie pour sauter sur un autre en évitant les balles et, d'un coup de pied dans la tête, l'envoyer dormir plus loin.

L'enragé méta humain se contenta de grogner et continua professionnellement à s'approcher de la banque, accompagné d'une poignée de ses hommes retournés pour tirer soit sur la sihouette aux batarangs, soit sur Rose, en perpétuel mouvement pour allier la grâce à sa survie.
Revenir en haut Aller en bas
Damian Wayne/Robin

avatar

Localisation dans Gotham : A la Batcave

MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Mar 26 Juin - 12:00

La bataille avait donc commencé, et Rose « Ravager » Wilson avait donc accepté de relever ce défi lancé par le jeune prodige. Le costume de Robin n'était pas véritablement fait pour l'infiltration, et il était même étrange que l'acolyte de Batman soit habillé avec de tel couleur vive. Il était auparavant destiné à un jeune garçon joyeux, sympathique, peut-être même trop enthousiaste, et son costume était fait pour attirer la sympathie des gens. Damian, lui, préférait déjà se mettre dans la peau de Batman, et aimait qu'on le craigne plutôt qu'on le prenne pour un acolyte bien sympa mais pas très dangereux, comme Tim Drake et pire, Stephanie Brown, avait donné comme image du Robin. Il avait eu beaucoup de travail, mais au final les criminels le craignait de plus en plus. Et s'ils savaient que c 'était le même garçon qui avait décapité the Spook, ils seraient terrorisé. Et Damian, ou plutôt ce nouveau Robin, adorait ça. C'est pourquoi il avait un large sourire en dessous de l'ombre de sa capuche.

Les batarangs avaient évidemment fait mouche. Ils s'étaient planté dans les deux mains d'un type armé. Robin était descendu du toit et voyait à présent Ravager l'imiter. Elle fonçait donc vers ses adversaires et les affrontait avec beaucoup de rage et de talent. Le défi n'allait pas être aussi simple. Heureusement, le méta-humain se dirigeait vers la GMB sans trop se poser de question. Il n'avait pas l'air malin, ce n'était donc pas vraiment celui qui avait monté ce coup. Il fallait néanmoins en découvrir l'identité. Grâce à une lentille de contact un peu spécial, confié par Batman et conçu par WayneTech, Damian pouvait avoir accès aux donnés du Batordinateur, avec une accessibilité de 9,5/10 en temps que Robin. Seul lui, Red Robin et Nightwing avait accès à autant de donné. Si Batman INC. Et d'autre justicier comme Batgirl avait le soutiens de Batman, ils n'avaient pas pour autant toutes ses ressources.

" Reconnaissance faciale en cours. "

Il était cependant de dos, ce qui risquait de compliqué la tâche du batordinateur. Damian avait dû lire beaucoup de livre pendant son éducation par la Ligue des Assassins et notamment sa mère Talia. L'un des livres qu'il a lu est bien entendu « l'art de la guerre » de maître Sun Tzu. Il se souvenait donc de la fameuse citation « Qui connaît son ennemi comme il se connaît, en cent combats ne sera point défait. Qui se connaît mais ne connaît pas l'ennemi sera victorieux une fois sur deux. Que dire de ceux qui ne se connaissent pas plus que leurs ennemis ? ». Robin se connaissait, mieux que quiconque. Il était le fils parfait de l'union de Batman et Talia Al'Ghul, la fille du plus grand criminel de tout les temps, qui a traversé les temps. Il était Robin, l'acolyte de Batman et le plus jeune justicier qui soit, et déjà un grand talent. Mais il ne connaissait pas son ennemi. Il n'avait donc pour le moment qu'une chance sur deux de gagner.

D'ailleurs, tandis que Rose combattait plusieurs gangsters, d'autres la mirent en joue. Il fallait intervenir ou leurs fusils d'assaut allaient la mettre en pièce. Robin passa au dessus de Wilson et s'interposa entre les tireurs et elle. Damian tenait dans sa main une petite boule rouge avec le symbole de Robin. Il la leva bien haut vers le ciel. Les gangsters hésitèrent à tirer, ne sachant pas trop de quoi il s’agissait. Robin tourna brièvement la tête vers Ravager, un sourire aux lèvres.

« Ce point est pour moi, Wilson.

Un flash illumina les environs, aveuglant pour une dizaine de secondes tout ceux qui regardaient dans la direction de Robin. Celui-ci n'avait pas besoin de plus pour dégainer ses batarangs et désarmer avec chacun des gangsters. Le flash fit cependant retourna le meta-humain, qui ne semblait pas être très ravi que ses hommes se fassent malmené.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Rose Wilson/Ravager

avatar


MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Mar 26 Juin - 15:00

"Sauvée". "Aidée". Extirpée d'un danger fatal par un garçon plus jeune qu'elle, fils de la maîtresse du monde ou pas. Rose allait avoir beaucoup de mal à l'avaler. Mais d'un autre côté, cela dédoublait son envie de mettre le jeune homme au défi et le point qu'elle lui devait lui permettrait probablement dans quelques minutes de sortir une jolie punchline et la mettait dans une situation de dette qu'elle trouvait assez jouissive. Le combat en lui même était dèja très intéressant et actif, comme venait de le prouver l'intervention de Robin qui avait eu de grandes chances de lui éviter un coup peu adjuvant. Mais elle n'avait pas besoin de lui, elle n'avait jamais eu besoin de personne et essayait de se persuader que Robin entrait dans cette catégorie, ce " tout le monde" qui n'était pas comme elle. Bien que cela devienne de plus en plus difficile. Désorientés par le flash et ses excipients, les sujets du métahumain n'eurent le temps de reprendre leurs gardes et leurs esprits. Dèja Rose était passée à l'attaque et ses deux lames firent rapidement place à un bô rétractable, voir un jô, que Rose maniait à la perfection. En vérité, son père lui avait appris à utiliser tous types d'armes et elle était autant capable de tuer ou de mettre hors d'état de nuire avec un harmonica qu'avec un cimeterre aiguisé. C'était la loi de la survie, la seule et unique loi qui comptait et dans laquelle la famille Wilson comme la famille Al'Ghul se trouvaient être les meilleurs.

Alors qu'elle avait posé son bô sur le sol pour en faire le tour et repousser en cercle les ennemis qui l'attaquait, Rose se rendit compte que le méta-humain s'était retourné et inspectait bêtement ses hommes, surpris par le flash et énervé par la déroute des gangsters qui tombaient un à un comme des dominos. Même si l'étincelle de l'idiotie frappa Rose lorsqu'elle croisa ses yeux d'exécutant exécutable, elle comprit qu'il n'était pas enchanté par la situation, qu'il comprenait qu'elle lui échappait mais il ne semblait pas avoir encore compris que ni lui ni ses hommes n' étaient de taille ce soir. Rose se baissa, évitant physiquement le coup droit d'un apparent ancien boxeur et évitant mentalement le souvenir du sourire narquois de Robin, puis balança son pied sur le torse d'un ennemi et enfonça son bo dans la clavicule d'un autre, laissant ce dernier s'agenouiller lamentablement. Ils étaient si faibles. Tous. Elle comprenait largement la solitude et une partie de la méprisance de Robin, sans partager sa prétention ni son irrespect de ces gens plus faibles.

Même si elle persistait à les considérer comme des proies, parfois des objets, d'autrefois des jouets. En tout cas, ils étaient mignons dans leur chaussettes noires à essayer de soutirer la vie à une Rose Wilson déchainée. Son bô fit un demi tour sur lui même pour repousser une volée de balles, puis elle caressa une kalashnokov et frappa les mains de son propriétaire, avant d'enrouler son cou avec l'une de ses jambes, envoyer un autre dormir d'un coup de poing et relâcher l'homme coincé derrière son genou, inconscient et encore plus pâle qu'elle. Le méta-humain grognant repris sa marche vers la Gotham National Bank, dans une sorte d'attitude étrange oscillant entre professionalisme et idiotie. Les deux étaient d'ailleurs loin d'être opposables. La Ravager se tourna vers Robin, occupé à se sauver lui même cette fois et détacha ses mots, sachant que le calme de ses paroles lui conféreraient bien plus d'assurance qu'un ordre.

- Je m'occupe de lui. I O U.

Rose Wilson disparut sans prévenir, laissant son parfum et le vent déplacé par son mouvement occuper les malfrats qui avaient tentés de la tuer tout en se frayant un chemin vers le méta humain. Alors qu'elle était enfin sortie du peloton et qu'elle se dirigeait à bonne allure vers sa cible, plusieurs volées de kalashnikov la forcèrent à se mettre à terre pour les éviter. Qu'a cela ne tienne. Rose se releva, bondit sur un ennemi qu'elle ne s'embarassa pas à combattre et le mit knockout pour lui voler son fusil d'assaut qu'elle braqua vers ses poursuivants. Ces derniers, pas dupes pour deux sous, hésitèrent à riposter, connaissant les capacités des justiciers et craignant qu'elle ne soit autant capable de tous les tuer avec un chargeur que de les humillier avec ses simples poings. Ils préférérent vite se concentrer sur Damian, qui était dèja une titanesque menace à gérer. Pendant ce temps, Rose s'était retournée et elle fit feu aux alentours du méta, dans le but de le forcer à s'arrêter. Il envoya vers elle les rares hommes qui étaient restés à ses côtés durant la montée mais elle passa à travers de leur charge et en prit deux en otage, emprisonnant leurs cous derrière son bâton et ne laissant que sa propre tête dépasser.

Le méta s'arrêta. Un nouveau sourire illumina le visage de la fille du Terminator. Elle laissa négligemment ses deux hommes se soustraire de son bâton et les assoma d'un coup de ce dernier chacun avant qu'ils ne filent. Puis elle rangea son arme, sortit ses deux épées et jeta au sosie de l'idiotie en marche un regard provocateur.

- Viens là mon gros, ce soir, ce n'était pas le moment de faire un tour en ville..
Revenir en haut Aller en bas
Damian Wayne/Robin

avatar

Localisation dans Gotham : A la Batcave

MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Mar 26 Juin - 18:02

Ravager avait donc décidé de tenter de prendre de l'avance aux points en affrontant directement le méta-humain. Celui-ci c'était brièvement retourné vers eux, ce qui a permis au batordinateur, via la lentille de contact que portait Damian, de l'identifié. Car il était identifiable, et connu des donnés de Batman. C'était donc un des anciens adversaires de son père. Mark Desmond. Qu'on appelait aussi Blockbuster. Un ancien chimiste, qui un peu comme Kirk Langstrom s'était injecté son propre produit et l'avait rendu super-balèze, mais aussi super-idiot. Comment pouvait-on être aussi débile ? Tester sur soit-même un produit potentiellement dangereux. Les chimistes pouvaient être des esprits très brillants et parfois réfléchir de travers. C'est comme si un forgeron, pour tester l'efficacité de sa lame, se coupait un bras. La seule différence, c'est qu'on savait déjà ce qui risquait d'arriver, alors que pour les produits chimiques auto-ingéré c'était un poil différent.

Quoi qu'il en soit, ce méta-humain était très fort. Trop fort peut-être pour Ravager. Sa peau allait résister sans trop de mal aux lames de la guerrière, ou même aux balles des fusils d'assaut. Et sa force était équivalente à celle d'un Solomon Grundy. En fait, sur une échelle de force brute, il y avait Grundy devant, Blockbuster et ensuite Bane, puis Killer Croc. Cela ne laissait présager rien de bon. Mais Robin ne pouvait déjà plus rejoindre Rose Wilson, car il était désormais occupé avec la quinzaine d'homme de main de Blockbuster qui l'encerclait désormais. Même désarmer, ils restaient très nombreux et donc potentiellement dangereux si Robin ne faisait pas attention. En clair, il avait du pain sur la planche, et autre chose à s’inquiéter de la sécurité de Wilson. A savoir s'occuper avant tout de la sienne. Malgré tout, même s'il était égocentrique, cela lui faisait mal de laisser Ravager face à un adversaire bien trop fort, peut-être même pour eux deux.

« Bon, c'est parti.

Robin sorti un genre de Bat-griffe rouge et tira sur l'épaule d'un premier type. Celle-ci se referma sur sa cible, hurlant de douleur au passage, et l'attira vers lui. A l'aide d'un coup de genou dans le bas-ventre, il stoppa net l'accélération du gangster et grâce à une prise d'art martiaux, il utilisa la force et la vitesse qu'il avait pris pour l'envoyer directement sur deux autres hommes situé dans le dos de Damian. Tous les autres gangsters se précipitèrent vers Robin. Celui-ci utilisa sa petite taille et sa vivacité pour échapper au coup de poing, coup de pieds et autre tentative de plaquage de ses adversaires. En riposte, il brisa des mains, des genoux, et tout autre point sensible facilement accessible pour lui qui lui permettra d’éliminer un maximum d'adversaire dans un temps très court. Il ne savait pas en revanche où en était Ravager avec le gros monstre de Blockbuster.

Robin était déjà las de ce combat alors qu'il y avait un méta-humain de l'autre côté de ce mur de gangsters. Il voulait lui aussi participer à ce passionnant combat impossible plutôt que de répété des gestes effectués des centaines de fois à l’entraînement contre des hommes qui faisaient toujours les mêmes erreurs que leur prédécesseurs. Il peuvent être dix, vingt ou cent, le combat reste le même. Alors que le duel contre Blockbuster pourrait s'avérer être intéressant. C'était vraiment injuste, et il s'était fait doubler par Ravager comme un bleu, alors qu'il aurait dû avoir l'avantage en lui sauvant la mise.

« J'arrive dans moins d'une minutes, Wilson. Le temps de m'occuper de ses abrutis... murmura-t-il à lui-même.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Rose Wilson/Ravager

avatar


MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Mer 27 Juin - 10:50

Une minute ? Parfait. Blockbuster avait le temps de transformer en salade niçoise ou en carpaccio, au choix. Rose repoussa ses cheveux devenus rebelles à cause du combat en arrière et fit en sorte d'exprimer par sa position la provocation qui manquait à Blockbuster pour qu'il se jette sur elle. Sa masse spectaculaire s'était arrêtée à quelques pas de la banque et ses yeux globuleux, à peine plus agités par une étincelle de vie que la serviette que Rose Wilson avait jeté sur une poignée il y avait moins d'une heure, restaient fixés sur elle, tentant peut être de l'assommer en se chargeant d'une idiotie trop lourde pour la soutenir. Mais c'était peine perdue. Elle restait là, souris sur le chemin d'un chat et attendait qu'on l'attaque. Dans le cerveau du méta-humain, c'était clair : elle était une proie, et même si elle avait concocté un piège ou tenté de souligner sa prise en main d'un combat par cette initiative, elle n'était pas de taille à le battre, trop mince, trop jeune et il n'en ferait qu'une bouchée. Les deux sabres qui brillaient dans ses mains gantées ne lui faisaient pas plus d'effets que la vue de deux mandibules de scarabées pour un humain normal. Avec un grognement trés convainquant, il dévala les marches qui le séparait de la fille du Terminator et tenta de l'attraper, avec peut être dans l'idée de la lancer quelque part ou elle rencontrerait un ami assez dur pour rester à ses côtés et glisser tout son long.

Rose ne bougea pas durant la course du monstre, concentrée sur ses pieds et à la périphérie de son regard, ses mains noueuses et puissantes. Elle apprécia sa course et estima qu'il s'agissait d'une débauche d'énergie brute dont la rapidité était élevée mais trop faible encore pour l'inquiéter. La jeune femme releva rapidement la tête, ne s'enfuit pas mais prit une inspiration avant que le gorille blond ne tombe sur elle. Au terme de cette dernière, elle évita souplement l'attaque, donna un coup de pied dans une kalashnikov tombée tout près qui la gênait, fit un quart de tour et passa sous le bras enragé de son adversaire avant de donner un coup de poing dans l'intérieur de son coude, puis de tendre son bô entre ses jambes, sans les toucher. Décidé à la tuer, le méta humain se retourna, elle profita alors de son talent acrobatique pour prendre appui sur l'arme posée à terre et en faire le tour, afin de se retrouver de profil avec son ennemi et projeter violemment ses deux pieds sur son torse. Gêné par le bâton, les deux jambes du démon tout droit venu de Blûdhaven s’empêtrèrent, perdirent la coordination puis l'équilibre et la poussée de Rose obligea le corps entier à reculer, puis à tomber à terre avant de se relever bien vite. Voulant tenter sa chance malgré le risque, la Ravager bondit vers Blockbuster en mauvaise posture pour prendre appui sur sa poitrine et rouer sa tête de coups mais un pied proéminent barra son chemin et la renvoya en bas des escaliers, avec un crac de mauvaise augure.

La respiration coupée, Rose tenta une première fois de se relever, constata l'impossibilité de cette action et fit revenir un taux d'air honorable dans ses poumons avant de reprendre un rythme normal. Elle était prise de tremblements et de spasmes lorsqu'elle reprit appui sur ses deux pieds mais elle était debout et le méta sautait les marches quatre à quatre pour revenir à son niveau et finir le travail. C'était une bonne chose. Cela voulait dire qu'elle avait dévié son cerveau limité de son objectif et avait détourné sa volonté d'attaquer la banque un instant, en s'imposant comme la proie numéro une. Une bonne chose de faite. A l'orée de sa vision, elle trouva la nouvelle phase de son combat et se baissa à nouveau pour s'emparer du fusil d'assaut perdu auquel elle avait administré un coup de pied, vérifia son chargeur et fit un pas en arrière pour laisser Blockbuster arriver. Lorsqu'il fut à bonne distance, elle se rua en avant, le surmenant dans sa course, évita sa garde et se coula entre ses poings pour arriver à son contact physique.Il lui suffit alors de lever son fusil d'assaut vers son menton, juste au dessus et elle n'eut pas besoin d'utiliser ses capacités de tirs et de précision extraordinaires pour décharger le magasin de l'arme à l'intérieur. Quelques secondes plus tard, elle se dégagea de cette entreprise, pensant que l'action avait assez sonné Blockbuster pour le rendre sage un moment, mais un poing tenta de la frapper sur le côté droit. Elle l'arrêta en croisant ses deux lames sur lui et se prit l'autre poing dans les côtés, avant de rouler sur le côté en soupirant. Cette fois, l'air l'avait complètement désertée et elle se sentait comme une cannette de soda qu'on aurait pressé après l'avoir utilisé. Elle n'avait pas le choix et se releva mais garda une main sur son flanc blessé, après avoir remisé son épaule ébranlée.

Blockbuster se remettait de l'attaque de Rose et semblait même blessé mais il avait l'air d'être encore largement en état de vivre, et encore assez solide pour l'achever. Elle leva son regard vers la banque et se demanda où étaient les systèmes de sécurité de l'établissement. Il s'agissait sans doute de l'un des endroits les plus importants de Gotham City et il n'avait pas l'air de se prendre au sérieux. Ou étaient les armoires à glace en costume à cravates avec des flingues gros calibres ? Ou étaient les tourelles à détecteur de mouvements et au rendement de gatlings ? Les lasers infragouge servant de détecteurs pour les plaques explosives ? Ou était Picsou et ses machines inventives pour écrabouiller les gens ? Sûrement peu loin de Wayne Entreprises, qui n'avait apparemment pas trouvé intelligent de prévenir des attaques de méta humains et de gangs d'idiots. Rose fit un pas sur le coté et ôta sa main de son corps douloureux pour retrouver le contact de ses deux épées. Le méta se releva et elle fit le point sur ses chances de victoire. Qu'avait il pour lui ? La force, les armes, la résistance et la fatalité de chacun de ses coups. Qu'avait elle donc qu'il n'avait pas ? C'était une question très simple. Il suffisait de le regarder suinter l'idiotie pour savoir ce qu'elle avait de plus que lui. Rose se décida à demander le soutien de Robin. Seuls, ils n'avaient que peu de chances contre lui. A deux, la victoire était plus probable.

Mais comme il l'avait fait remarquer, le fils de Batman et de Talia Al'Ghul était occupé avec la bande de sujet du sujet aux gros bras. Ce combat là était tellement peu intéressant et tellement plus répétitivement simple du sien qu'elle ressentit presque une nouvelle fois la vague de compréhension qui avait amenée cette soirée, et surtout, elle avait un point à retrouver. Profitant de ce que Blockuster était à une dizaine de mètres et qu'elle avait une rapidité de tir hors du commun, surtout avec un fusil d'assaut d'une telle cadence, Rose fit le ménage autour du jeune rouge-gorge appelé à devenir le Chevalier Noir. Un autre qu'elle n'aurait jamais essayé de faire fuir les adversaires directs de Robin avec un fusil d'assaut et avec aussi peu de temps mais telle était la raison de leur venue ici et de leur rassemblement : ils n'étaient pas comme les autres. La première salve caressa l'air autour d'un ennemi derrière Robin, occupé à le viser avec sa propre arme et il eut un tel choc qu'il tomba à terre. La seconde fit reculer un autre adversaire en plein bond, la troisième vola autour ds jambes d'un gangster qui avait perdu son masque et s'éloigna en trébuchant. Au bout de la sixième salve, Robin était seul avec à peu près deux mêtres de liberté autour de lui. Elle avait enrayé trois armes et détruits les crosses de deux autres. Il pouvait donc se soutirer à ce combat, peut être avec un nouveau flash et s'occuper de Blockbuster avec elle. D'autant que le monstrueux ennemi avait totalement reprit ses esprits et n'était pas très enchanté par le tournant de la situation. Il allait très très vite repasser à l'action.

Dans un dernier geste, donc, Rose retira du sol l'un des batarangs de Robin lancés alors qu'ils étaient encore hors de portée de leurs ennemis - il lui sembla que cela faisait une éternité - et sans avoir le temps de tester sa méthode de lancer, son poids et tout ce qui aurait pu l'aider, elle le fit fendre l'air en direction des trois ennemis encore debout. Il ricocha sur le crâne du premier pour frapper l'arme et les mains du deuxième, avant de tomber aux pieds du premier. Il ne restait donc qu'un homme et demi en dehors de Blockbuster. La chose devenait soudain plus intéressante.

Et bon sang, elle avait mal aux côtes.
Revenir en haut Aller en bas
Damian Wayne/Robin

avatar

Localisation dans Gotham : A la Batcave

MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Jeu 28 Juin - 8:55

Robin avait été entraîné dès sa naissance à devenir une arme à tuer, par les plus grands assassins de ce monde. Il avait ensuite été entraîné par Batman, le plus grand de tous. Ensuite par Dick Grayson, utilisant bien plus les acrobaties et les artifices dû à ses origines de garçon de cirque. Robin, qui était encore très jeune, avait donc eu un nombre incroyable de mentor talentueux, tout en étant aussi génétiquement fait pour avoir un énorme potentiel. Et c'est pour cette raison que ses adversaires du soir pouvaient être en surnombres, ils n'avaient aucune chance de vaincre Damian Wayne Al'Ghul. Il évitait chacun de leur coup, brisait chaque bras et chaque genou qui passait à sa hauteur par des coups précis et sec, la main très ferme. Utilisant parfois des batarangs ou des bâtons télescopique, il éliminait ses adversaires, qui revenaient de plus en plus nombreux à chaque fois. Peut-être qu'au final, il dépasserait la minute qu'il s'était fixé. La police n'arrivant toujours pas, cela n'arrangeait pas les choses non plus.

Ravager n'avait pas pu s'empêcher de venir aider Robin. Elle semblait assez mal au point s'il en jugeait par ses mouvements. Sans doute que Blockbuster l'avait blessé. Grâce à son aide, elle avait récupérer une des armes de leurs adversaires du soir, elle faisait fuir et mettait hors course une bonne partie des gangsters. Il en fallait plus pour impressionner Robin. Mais cela avouait un peu également de l'impuissance de Ravager d'affronter Blockbuster à elle seule. Ce criminel méta-humain opérait pour le plus souvent à Blüdhaven, elle devait donc le connaître mieux que Robin pourtant. Mais il avait été arrêté il y a longtemps, puis libéré par le Suicide Squad de Waller. Robin le pensait mort. Mais il avait l'air bien vivant. Sans doute que le gouvernement avait caché sa dangereuse présence par une mort simulé. Peu importe. Quelqu'un l'utilisait désormais pour accomplir des actes criminels. Car encore une fois, il était évident que ce n'était pas Blockbuster qui avait décidé de conduire des troupes jusqu'à la Global Modern Bank.

Alors qu'il n'y avait pratiquement plus d'homme de main, Robin pu enfin se tourner vers Blockbuster. Le géant, aux muscles impressionnant et à la cervelle beaucoup moins impressionnante, semblait très énerver. Ravager avait dû lui faire mal. Mais pas assez. Et Robin avait un plan, qui devrait fonctionner. D'après les donner de l'ordinateur, Blockbuster était juste doué de grande force et résistance physique. Il gardait donc des points faibles équivalents aux êtres humains normaux, contrairement à un Grundy.

« Le deuxième point est aussi pour moi, dit Robin d'un air sûr de lui.

Il sortit deux boules marrons de sa ceinture et les lança sur Blockbuster. Celui-ci fonça sur Robin en riposte. Mais les boules marrons explosèrent au contact et une mousse se propagea tout autour du corps de Blockbuster. C'était une mousse durciçante, qui serait bientôt aussi résistante que le bêton d'ici six secondes. Robin recula de deux pas et compta dans sa tête les six secondes. La mousse se propageait de plus en plus, recouvrant la quasitotalité du buste et du haut des jambes du méta-humain. Lorsqu'il arrivait enfin à quelques centimètres de Robin, la mousse était totalement durcie. Blockbuster hurla un cri de rage car il n'arrivait désormais plus à bouger, alors que Robin était à porter de main. Robin sortit alors deux bombones rouges, sauta sur les deux épaules de son adversaire et aspergea la face de Blockbuster de gaz. Pour un homme de constitution normale, une dose de ce gaz permettait de le mettre dans les vapes pour une bonne heure. Robin profita de l'immbilité, temporaire car la mousse durcie commençait déjà à se craqueler sous la pression de la force de Blockbuster, pour vider ses eux bombones au complet au visage.

Une fois terminer, Robin fit un salto arrière et retomba sur ses jambes, dans le dos de Blockbuster. Celui-ci fit exploser la mousse en mille morceau, se retourna, mais titubait, comme un homme bourré. Il avançait d'un pas très mal assurer vers Damian, frappant dans le vide. Robin fit un coup de pied sauter dans son visage, et Blockbuster s'écroula par terre, ce qui fit d'ailleurs un léger tremblement à cause de son énorme poids. Blockbuster était vaincu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Rose Wilson/Ravager

avatar


MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Dim 1 Juil - 12:52

Rose se désintéressa rapidement de la chute de Blockbuster et se mit à sonder les ténèbres, l'oreille tendue, les yeux plissés. Le GCPD avait largement déjà assez trainé, et il risquait d'arriver d'un instant à l'autre. Les deux justiciers n'avaient pas réellement le temps de rester sur le terrain, et ce n'était pas le moment pour admirer les techniques de close-combat de Damian Al'Ghul, bien qu'elles soient à la hauteur de tout son combat. Après avoir fait une bonne partie du travail contre les gangsters lambdas, Damian s'était intelligemment servi des blessures et de l'amorce placée par la Ravager pour mettre fin à toute trace d'agressivité chez le monstrueux maître de Bludhâven. A le voir en train de vérifier son œuvre, transpirant et droit, les mains serrées autour de ses armes, Rose se demanda à nouveau quel âge pouvait bien avoir le remplaçant de Tim Drake à qui il ressemblait comme un gorille ressemble à un babouin. Il semblait moins âgé que Rose, ce qui était déjà un exploit pour obtenir un rôle de justicier. Mais il avait des talents qu'elle estimait, plus les secondes passait, comme plus qu'égaux aux siens. Dans ce cas, il était plus qu'un prodige. D'autant qu'au contraire de la fille de Deathstroke, il n'avait subi aucun traitement avec un sérum qui aurait influé ses gênes pour en faire un monstre. La famille Al'Ghul était elle si surhumaine ? Au fil de l'immortalité, ils avaient fait face à absolument toutes les situations et avait appris des milliers de fois plus que n'importe quel être vivant aurait pu apprendre, surtout à une heure du « crétinisation planétaire » mais Damian ne vivait pas depuis autant de temps. Même s'il était immortel, elle était certaine qu'il avait l'âge qu'il semblait avoir et non plus que cela.

Dans ce cas, son enfance et le début de son adolescence n'avait été faite que d'entraînements et son père avait un talent environ égal à celui de Talia Al'Ghul. Voilà qui réduisait encore très largement la liste des personnes avec qui l'héritière du Démon aurait pu procréer. S'il officiait à Gotham, comme l'indiquait la présence de Damian dans cet endroit et les signes de vie la Ligue des Assasins récents, la liste était encore plus réduite. Voir unique. Troublée, Rose jeta un nouveau regard sur Damian, et passa au travers de sa jeunesse et du chantier de son corps pour y découvrir les éléments qu'elle cherchait. Elle n'avait jamais vu Batman d'aussi près qu'elle voyait Damian mais une troublante ressemblance était peut être visible. Elle resta cependant perplexe, ne pouvant juger de la chose sur une simple équivalence de mouvements, d'autant que les Al'Ghul avait une façon particulière d'entraîner leurs fameux membres et leurs sujets, la Ligue des Ombres et que cette marque se voyait clairement en Damian, effaçant une partie des autres inspirations qu'il aurait pu avoir.

La femme aux cheveux blancs bougea enfin, toujours en attente d'un gyrophare et d'une alarme de police. Fils de Batman ou pas, ils allaient devoir se dépêcher pour fouiller la zone et tenter de trouver des indices à propos du but de ce braquage. Car il semblait évident qu'il faisait partie d'un plan. Blockbuster était obsédé par la maîtrise de Bludhaven, mais n'avait jamais rien eu à faire de Gotham et elle ne lui connaissait aucun lien avec cette ville, en dehors de Nightwing. Il paraîssait aussi que Tarantula y avait mis les pieds. Elle s'approcha du corps désarticulé, sans faire de commentaires sur le gadget imbattable de Robin qui lui avait permis d'avoir «  le point » et se pencha sur le méta-humain, consciente qu'il devrait être mort depuis un bout de temps. Que signifiait donc cet assaut idiot sur la Gotham National Bank ? Il y avait forcément quelqu'un derrière cela, quelqu'un d'assez influent pour s'assurer les services de Blockbuster et pour l'avoir ranimé. Ce « quelqu'un » ne pouvait pas – logiquement- être assez bête pour attaquer la banque aussi brutalement et avec une aussi petite force, sans s'attendre à des résultats. Il n'y avait qu'une seule explication à cela : cette attaque était une diversion. Au vu de l'importance du bâtiment, beaucoup de policiers s'y masseraient bientôt et la majorité des cerveaux de l'agence cogiterait là dessus aujourd'hui, laissant le champ libre à une autre opération de tout autre envergure. Une attaque bien plus lourde sur un autre endroit ou bien au contraire un simple meurtre ou un enlèvement qui serait littéralement aspiré par l'attaque de la banque. Bien entendu, réveiller l'un des malfrats et l'interroger ne servirait à rien. Ils ne savaient jamais rien, n'étaient pas assez curieux, ce qui leur permettait souvent de rester en vie lorsqu'ils avaient un employeur un tantinet agacé et pressé comme Scarface ou le Romain.

La Ravager ne pouvait pas avoir accès aux autres délits enregistrés par le GCPD et n'avait pas envie de s'abaisser à le demander au Robin, bien qu'au vu des technologies qu'il possédait, elle le savait capable de pirater à distance la base de données de la Police. Il était bien connu que le Batman savait le faire, son fils et sidekick aussi probablement. Avant que les détenteurs de képi ne viennent pourrir les yeux, elle fit le tour de Blockbuster, sans s'intéresser à ses suivants et remarqua sur ses chaussures un mélange intéressant de marbre et de terre ainsi que de plusieurs matières ferriques qu'elle n'avait pas les moyens de faire analyser, toujours au contraire de son partenaire. Ce genre de matériau se trouvait un peu partout dans Gotham, mais surtout dans les entrepôts dont l'ancienne zone industrielle comptait tout un troupeau de désaffectés, où il pouvait se passer bien des choses. Mais dans quel genre d'entrepôts pouvait-on trouver du marbre et de la terre ? Elle se retourna pour poser la question à Robin mais un déclic se fit dans sa mémoire. En plusieurs semaines de vie à Gotham, elle avait eu le temps de faire quelques patrouilles et s'était même aventurée du côté du Robinson Park où elle avait remarqué dans la nuit un étrange monument. Le Forum des 12 Caesars. Or, derrière la silhouette antique de ce temple réaménagé se dessinait l'ombre d'usines qui gâchait la beauté verte du parc mais constituait une liaison avec une zone plus urbaine et industrielle, où elle n'avait pas encore jeté son regard. C'est près du Forum des 12 Caesars que devait se trouver la vérité sur cette attaque. C'est là en tout cas que semblait mener le fil par lequel Blockbuster était joué. Il n'y avait pas de forum de n'importe quoi à Bludhâven.

- Le Forum des 12 Caesars. Je pense que c'est par là que nous devons aller. Si je n'ai pas raison, tu gagnes le point.

Et Rose se mit à grimper le bâtiment par lequel ils étaient arrivés, usant des points d'escalades utilisés et recherchés durant sa descente pour monter plus rapidement. Elle était rompue à l'exercice et parvint au sommet avant que le GCPD n'illumine la rue de sa bicolorité chatoyante. Robin ne devrait pas tarder non plus, aussi l'ex-assassin se mit à courir de toit en toit, ses armes rangées, son bô ramassé sur le champ de bataille battant sa cuisse sur le côté. Elle espérait avoir raison, les victoires de Damian commençant à titiller son égo personnel. Elle espérait aussi comprendre ce que cet entrepôt cachait, et si elle savait qu'il serait bien défendu, elle aurait aimé en connaître la raison. Pour cela, il aurait fallu qu'elle pirate le GCPD. Ou tout simplement qu'elle écoute la radio. Cela aurait été une bonne idée car la radio commençait à pérorer que l'adjoint au maire de Gotham City avait tenté d'attenter à la vie du maire et avait assassiné une femme et un agent de sécurité, en prétendant qu'on l'avait obligé à faire cela en échange de la vie de ses enfants, disparus de la circulation depuis une semaine.
Revenir en haut Aller en bas
Damian Wayne/Robin

avatar

Localisation dans Gotham : A la Batcave

MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Mer 4 Juil - 7:15

Damian avait pour le moment été le meilleurs dans son duel à distance contre Rose Wilson. Il remit sa capuche au dessus de sa tête, et laissa Ravager faire son enquête. Il fallait bien lui laisser quelques points à grignoter. Pendant ce temps, le batordinateur analysait l'identité de tous les hommes à terre, via la lentille du masque de Robin, et tentait de recouper leurs points communs de ses hommes. Beaucoup, comme Blockbuster d'ailleurs, vivait à Blüdhaven, ou alors ils y avaient vécu. Il y avait bien entendu une ou deux exception, mais il y a toujours des exceptions. Et cela n'invalide en rien la théorie d'un type de gang venant peut-être de Blüdhaven, ou en tout cas qui a recruté là-bas pour passer inaperçu un certain temps. Un certain temps seulement, car utilisé son groupe restreint améliorer par un méta-humain plus résistant que puissant pour gagner sans doute du temps. Du temps pour faire quoi ? C'était une question qui fallait résoudre assez rapidement. Surtout si Damian voulait gagner des points.

Robin regarda Ravager monter sur le toit avant l'arrivé du GCPD et courir sur les toits de Gotham pour se diriger vers le Forum des 12 César. Elle avait sans doute dû trouver un truc sur Blockbuster, un genre d'indice sur la composition de la terre qui était assez spécial là-bas. Robin n'avait pas le temps de vérifier étant donner qu'elle était déjà partie. Surtout qu'il préférait éviter de se faire attraper par la police. Le GCPD n'était pas l'ennemi de Batman et Robin, mais il valait mieux éviter la plupart du temps l'affrontement avec les flics qui avaient à cœur de suivre leurs méthodes conventionnelles. Surtout lorsque James Gordon, le commissaire et l'ami du père de Damian, n'était pas là. Les autres policiers voulaient souvent prouver aux justiciers qu'ils étaient meilleurs ou juste les affronter par fierté. En plus, la police n'aimait pas trop le nouveau Robin, juger trop violent, et Damian s'est souvent fait engueuler par Gordon. Pas que des bons souvenir.

En bref, Damian déplia les ailes de son espèce de Jet-pack et s'envola dans les airs avec une vitesse convenable. Il passa au dessus de Rose Wilson, qui courrait désespérément de toit en toit. L'East Side était diamétralement opposé à Robinson Park, le quartier ou le Forum des 12 Césars était situé. Il faudrait quelques bonnes heures à Ravager pour remonter à pieds jusque là-bas. Robin, avec son nouvel engin, y serait en une quinzaine de minutes. Mais le Rouge-gorge savait voler, et ça, c'était cool. Heureusement, son appareil était également prévu pour ce genre de situation.

« Alors Wilson, on a pas encore appris à voler ? On y sera jamais a temps si on suit ta façon de faire. Surtout on en perdra énormément si tu t'es trompée. Aller, laisse-toi faire.

Robin fonça vers Ravager et l'attraper par la taille. Ils s'envolèrent donc tout les deux à vitesse maximale en direction du Robinson Park. Et Robin méritait d'avoir un nouveau point.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Rose Wilson/Ravager

avatar


MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Mar 10 Juil - 11:07

Au fur et à mesure qu'elle prenait de l'altitude, Rose se mit à grimacer avec immaturité. Non pas parce que voler tirée par un jetpack et Damian était moins confortable que voler dans les bras de Superboy, même si c'était hélas vrai. Mais parce qu'elle avait une seconde fois recours à "la troisième génération du démon" pour parvenir à ses fins. Sans les gadgets du Rouge-Gorge, elle aurait eu plus de mal à défaire la cohorte de Blockbuster et serait probablement arrivée bien en retard au Forum, s'il s'y passait quelque chose. Mais l'utilisation et l'accès aux gadgets faisait elle vraiment partie du défi ? Dans ce cas, le Robin était avantagé. Après une courte réflexion, elle s'avisa que l'utilisation de gadgets n'était pas plus incongrue que le sérum qui coulait dans ses veines depuis que son père la lui avait administré de force. Cet additif la rendait beaucoup plus forte, rapide et réactive que la moyenne des justiciers mais il était considérable - avec une certaine raison - comme une sorte de produit dopant. Depuis, il était devenu une partie d'elle même, et malgré sa disparition, ses effets se ressentaient encore dans les actes de la Ravager. Robin ne le savait pas, mais elle préférait ne pas attaquer son utilisation de la technologie très poussée, qui répondait finalement à son utilisation du sérum de Deathstroke.

- Je n'ai pas besoin de voler pour te mettre la pâté, Rouge-Gorge.

Ils évoluaient rapidement, assez furtivement ce qui était étonnant et assez bas pour atterrir sans problèmes et pour distinguer le Forum des 12 Caesars même sans lumières. Lorsqu'ils y seraient arrivés, il faudrait encore trouver l'usine en question et intercepter ce qu'il y avait à intercepter. L'avantage d'être Damianoportée, c'est que le calme de l'altitude, l'absence de contacts hormis avec un quelconque sol et la vitesse étaient tous d'excellents facteurs pour permettre la réflexion, ainsi Rose put réfléchir tout son soul à la finalité de ce défi, aux enjeux qu'il supposait et à sa situation actuelle. Il était clair que Damian avait pris l'avantage mais Ravager ne baissait pas les bras pour autant, stimulée par le talent de cet adversaire/allié hors du commun. Avec tout ça, elle n'eut pas le temps de s'attarder sur la mission et les manigances de l'homme qui tenait les fils de Blockbuster. Qu'allaient ils trouver et jusqu'où cette sombre histoire pouvait elle aller ? Trop tard pour spéculer, ils arrivaient en vue du bâtiment faussement antique. Et en effet, une zone industrielle à l'allure de fôret noire se dressait sous les yeux des deux jeunes vigilants, écrasant de masse informe et laide le mémorial. Si la présence de marbre ne trompait pas, la source de l'attaque de la banque se trouvait par là. La diversion servait à cacher quelque chose qui n'était pas plus lointain que leur horizon de regard. Elle ne pouvait pas s'être trompée, la victoire de Robin serait trop insupportable avec cette faute mineure. De plus, elle ne savait pas ce qui était en jeu mais leur intervention pouvait s'avérer d'une importance capitale.

C'est son don de précognition qui l'avertit du danger. Même si il avait une excellente vue, Damian aurait eu un mal incroyable pour dénicher l'homme agenouillé dans une baie ouverte, à deux étages en dessous du sommet de la seconde usine la plus proche. Il n'aurait pas non plus pu voir, à moins qu'il avait une vision inversée, le petit marqueur rouge venant d'apparaître sur ses genoux, puis sur le bras de Rose avant de réussir avec difficulté à se poser sur le jetpack, dans le but de préparer un tir destiné à le faire exploser. Le don de précognition de la Terminator aida son regard à découvrir l'homme et son fusil, et à ressentir sous forme de frissons la proximité du marqueur. Ordonner à Robin de bouger serait sûrement une mauvaise idée, même si elle y mettait tout le désespoir du monde, il serait trop fier pour bouger sans poser des questions. Des questions longues, trop longues pour préserver leurs vies. Elle utilisa donc son coude pour frapper le thorax de Robin et appliqua ses deux mains sur son cou avant de le forcer à descendre. Occupé à la tenir, il ne pouvait se défendre sans la lâcher et mettre implacablement fin à ses jours. Elle sentit le tir qui les rata de peu siffler dans l'air, puis cria à Robin où était la menace et qu'ils devaient se dépêcher.

- Cette fois, le point est pour moi. J'en ai même deux, vu que j'avais raison. Une objection, Rouge-Gorge ?

[ HRPG : Les deux enfants sont au quatrième étage sur huit du bâtiment, en train de manger des bonbons et chocolats imprégnés de mercure. A part le sniper, une dizaine d'hommes armés sont présents ]

_________________
A force d'être seule, on finit libre. Désespérément libre.
Revenir en haut Aller en bas
Damian Wayne/Robin

avatar

Localisation dans Gotham : A la Batcave

MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Lun 29 Oct - 14:17

Le périple se fit assez tranquillement. Ravager n'était pas une fille très bavarde, et Damian était concentré sur son vol et n'était de toute façon pas une pipelette non plus. Dans le premier Dynanic Duo qu'il avait participé en tant que Robin, c'était Dick Grayson le grand parleur, et dans le nouveau, c'était au final assez silencieux, car son père n'était pas très loquace non plus. Peut-être était-ce un autre point que Damian avait hérité de son père ? Peut-être. Ou de l'éducation de sa mère, qui n'autorisait au final que peu de questions. Ravager fit tout de même référence au fait que sans le gadget volant de Damian, elle arriverait quand même à la battre en terme de points. Celui-ci fit un léger rire sarcastique. Ravager n'avait ni moto, du moins ce soir, ni voiture, ni même de vélo, et le Forum des Douze Caesar était assez loin de l'endroit où ils se trouvaient tout les deux. Elle serait arrivé dix ans trop tard si elle avait dû y aller à pied. De toute façon, elle ne serait même pas sorti ce soir si Robin ne l'avait pas tiré de la douche.

Le Rouge-Gorge avait l'habitude de survoler la ville de Gotham. La plupart du temps, bien entendu, c'était grâce à l'utilisation de grappin qui lui permettait de sauter de toits en toits, mais il avait également, à la mort présumé de son père, amélioré la Batmobile en lui confiant une fonction volante, qui permettait au véhicule d'être encore plus efficace et plus rapide, sans compter qu'il était moins encombrant que le Batwing. Au final, il ne se dirigeait quasiment que par les airs, tel l'oiseau, ou du moins la représentation de l'oiseau, qu'il était. Aussi, il n'avait aucun mal à se diriger avec ce jet pack, tout nouveau gadget de son arsenal, tout droit sorti des labo de Wayne Tech. Batman n'en n'avait même pas encore. Il attendait sûrement que Lucius Fox ne lui en parle, ou alors il attendait la dernière version plus « Batmanisé ». Le Bat-Pack. Ou bien il n'aimait pas les jet pack. En combat, utiliser un tel gadget pouvait être dangereux à cause des différentes combustions et réactions qui se produisait dans le jet pack, mais pour les déplacement rapide cela avait son utilité. Surtout que Damian n'avait pas le droit de conduire la Batmobile.

Aussi, même si Ravager avait trouvé l'endroit où les deux justiciers devaient se diriger (qu'il aurait pu lui-même trouver d'ailleurs si elle n'avait pas profité du fait qu'il regardait ailleurs pour s'accaparer son indice), c'était grâce à lui et lui seul qu'ils allaient si rendre à temps. Cela lui conférait donc un point supplémentaire selon ses calculs et ses règles. De toute façon il avait inventé le jeu, donc c'était ses règles qui devaient être mises à l’œuvre. Et puis il n'avait pas eu besoin de ça pour savoir qu'il était au final meilleurs sur tout les points que Ravager, après tout il venait de lui mettre la pâté dans leur combat contre les hommes de Blockbuster. Et le meilleurs atout de Ravager résidait surtout dans le combat, elle n'avait rien à lui montrer pour ce qu'il s'agissait en terme d'enquête ou d'infiltration. En revanche, Robin devait lui reconnaître son instinct.

Car sans qu'il ne sache pourquoi, Ravager c'était mise à lui frapper les côtes et a le faire descendre en piquet vers le sol. S'il se repris au dernier moment pour le pas heurter le sol, il entendit un coup de feu de sniper qui les rata de peu. Après quelques minutes de bafouillement sur le pilotage de l'engin, le temps de se reprendre, Damian fonça vers l'origine du coup de feu et sauta a pied joins sur le sniper. Avec sa vitesse, son adversaire n’eut aucune chance et fut assommer sur le coup. En revanche, Damian dû lâcher Ravager et retira en vitesse son jet pack, ce qui lui valu quelques rouler boulets et la disparition du jet pack. Il se releva doucement, il n'avait rien de casser mais il était légèrement troublé. Il se tourna vers Ravager, qui devait être dans le même état que lui.

« Au moins, on est arrivé à destination, dit-il d'un ton assez bas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Rose Wilson/Ravager

avatar


MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   Mar 30 Oct - 17:13

Rose attendit que la poussière soulevée par leur double aterissage ne commence au moins à se dissiper dans l'air avant d'ouvrir la bouche. Elle n'avait pas particulièrement tenté d'atterrir sur ses deux pieds mais plutôt en sureté. Elle se retrouvait donc, au sol, allongée, les bras en croix comme si elle avait tenté de se rattraper aux murs en tombant du haut d'une plateforme. Comme si elle tentait d'étreindre le ciel. Une position tout à fait ridicule, qui ne semblait pas déranger la fille du stratège outre mesure. Lorsque le choc fut passé, très rapidement fort heuresement, elle poussa un long soupir qui lui permettait de taquiner Damian, d'exprimer son soulagement, mais aussi de repousser la poussière s'accumulant au dessus d'eux. Sans pour autant perdre de temps, elle retourna ses deux mains gantées, les appliqua sur le sol et se releva d'un bond, alors que le jeune remplaçant de Dick venait lui aussi de retrouver sa position verticale, plus prudemment cependant que la jeune femme à la crinière blanche. Pour répondre à l'affirmation murmurée du très jeune homme, elle eut un petit rire ostensiblement taquin et deathstrokien, qu'elle surmonta elle aussi d'une petite pique.

- Au moins oui, et ne me dis pas que c'est grâce à toi.

D'un geste ample, Rose repoussa ses cheveux dérangés vers l'arrière de son dos, tandis que son autre main tirait un shamshir propre qu'elle s'empressa, en deux pas, de déposer à la base du cou poilu du sniper. Mais comme prévu, l'arrivée impromptue du pied de Damian dans sa vie de tranquilité, sa bulle de silence, l'avait choqué et traumatisé, et surtout assommé. Elle dut donc le réveiller, à l'aide de deux trois claques et d'un peu d'acier dans les cuisses, avant d'accéder aux informations désirées. Paniqué devant la puissance de frappe de deux gamins ne dépassant pas la quinzaine pour l'un et dix huit ans pour l'autre, il balbutia un petit moment, puis dut recracher l'hémoglobine qu'il avait dans la bouche avant de livrer des paroles intelligibles.

Son discours fut pourtant assez productif puisqu'il livra le nom ô combien agaçant et mystérieux de ce satané "Soleil et Pluie" et révéla une location changeante, une infiltration prévue dans l'asile d'arkham et un partenariat avec la Ligue des Assassins, fait totalement inédit qui choqua Rose, l'obligeant à réprimer son étonnement en déposant sa main sur ses lèvres. Toute à sa réflexion, elle ne prit conscience que quelque seconde plus tard de ce que cela impliquait et se retourna, lentement, vers le jeune homme avec qui elle venait de traverser toute cette longue nuit...

_________________
A force d'être seule, on finit libre. Désespérément libre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux héritages à porter (Pv Ravager) - 02 Février 2012
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pilatus pc6 turbo porter 1/72
» J'aime deux choses
» editions des deux coq d'or
» Une fille pour deux mecs...
» [Collection] Nous deux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Gotham :: Gotham City :: East Side-
Sauter vers: